Un saignement de nez qui émeut jusqu’au gouvernement japonais !

Un Manga qui offense le gouvernement !

Jusqu’à présent le manga hebdomadaire «Oishinbo» ne parlait que de gastronomie. Et voici que dans les pages des 28 Avril et 12 mai, le héros a un saignement de nez après avoir visité la centrale détruite de Fukushima Dai ichi. Dans ce même manga, d’autres personnages déconseillent aux gens de vivre à Fukushima; un professeur agrégé qui apparait sous son vrai nom dans la parution du 12 mai y affirme qu’il est impossible de décontaminer toute la préfecture et de la rendre à nouveau habitable. Katsuka Idogawa, l’ancien maire de Futaba y est cité aussi sous son vrai nom.
Il n’y a aucune mention des rayonnements, mais le lien est évident.

La page du manga Oishinbo en cause

La page du manga Oishinbo en cause

Réaction offensée de la préfecture de Fukushima:
« les sentiments des gens de Fukushima ont été totalement ignorés et profondément blessés.» «Cette publication pourrait gravement nuire à l’agriculture, la foresterie, la pêche et au tourisme
La préfecture a protesté auprès de l’éditeur, affirmant qu’«il n’y a aucun cas confirmé de dommages directs causés à la santé par les matières radioactives émises par l’accident nucléaire».
[ils ont déjà oublié les cancers de la thyroïde ?]

Le gouvernement a réagi: «Il a été précisé par les experts qu’il n’existe pas de lien de causalité entre l’exposition aux rayonnements et les saignements de nez».

Même l’Université appelle les enseignants à la réserve suite à la citation du professeur agrégé.

Les divers protagonistes résistent à la pression des autorités

Tetsu kariya, le créateur du manga Oishinbo

Tetsu kariya, le créateur du manga Oishinbo


– Le professeur à confirmé.
– Katsuka Idogawa, l’ancien maire de Futaba ( voir son interview à la télé russe> ) a confirmé ce que le manga lui attribue.
– Les dirigeants du magazine ont annoncé qu’ils ne modifieraient pas le manga.
– Tetsu Kariya, le créateur de Oishinbo: «J’assume l’entière responsabilité de ce qui apparait dans le manga».

Information tirée en majeure partie de l’article en anglais de l’Asahi Shimbun


Dans le même temps, une journaliste libre, Mari Takenouchi est tracassée par la police à cause d’un Tweet où elle mettait en cause le programme ETHOS et sa directrice japonaise.

Le programme ETHOS est un programme international qui a débuté en Europe à Tchernobyl. Son but était de favoriser le retour des populations dans les zones contaminées et la reprise de l’économie.
Effectivement des populations vivent dans des zones contaminées autour de Tchernobyl mais la santé des enfants est mauvaise et cela ne fait qu’empirer.
Voir l’article du Pr Fernex sur l’action de Ethos à Tchernobyl

Voir les articles sur la santé des enfants dans la région de Tchernobyl à la rubrique « Documents » en haut de page.Spécialement l’article du dr Bandajevskaya

ETHOS est maintenant à l’oeuvre au Japon avec toujours le même but: inciter les gens à revenir vivre en zone contaminée.
Alors que plusieurs organisations japonaises demandent que les enfants au moins soient évacués des zones contaminées.


Mari Takenouchi

Mari Takenouchi

Le blog de Mari Takenouchi
Articles de journaux au sujet de Mari Takenouchi:
http://nuclear-news.net/2014/05/12/what-will-happen-on-mothers-day-for-mari-takenouchi/

http://enenews.com/vice-japan-mother-fled-radiation-jail-tweet-critical-nuclear-lobbyist-fukushima-police-travel-1000-miles-interrogate-her-examine-computer-officer-only-prefecture-potentially-dangerous-criminal

Un article du Pr Fernex sur l’action d’ ETHOS à Tchernobyl


Note

Pourquoi cette inquiétude devant les saignements de nez des enfants qui sont en principe sans gravité ?
Tout d’abord, il n’est pas tout à fait normal que dans une famille un ou des enfants saignent souvent du nez; des professeurs des écoles signalent régulièrement que beaucoup de leurs élèves saignent du nez.
Les parents voient leur demande de soins rejetée systématiquement; pourquoi les autorités refusent-elles de voir ce symptôme et de l’examiner ?
En 1945, juste après les explosions de Hiroshima et Nagasaki, les saignements de nez ont été les premiers symptômes de la grave maladie des radiations chez des survivants qui semblaient ne pas avoir été atteints par les radiations. Les japonais le savent.

le 15 mai 2014


Les commentaires sont fermés.