Nov 11

Des mortalités anormales d’animaux marins signalées dans le pacifique Nord

Voilà des mois que les revues de presse d’ENENEWS (enenews.com) signalent des mortalités anormales, des disparitions d’espèces marines sur la côte pacifique des USA, du Mexique et du Canada.

Échouages de mammifères marins, oiseaux affamés, mortalité massive d’étoiles de mer, les poissons ne sont pas là où on les a toujours trouvés…

Les auteurs des articles, les chercheurs privés disent qu’ils n’y comprennent rien. Les états gardent un silence remarquable.

Parmi les causes probables, on évoque, le réchauffement des océans, l’acidification des mers, la pollution chimique, El Nino, le recul de la banquise, la surpêche, les épidémies, les algues toxiques … Chose remarquable, la pollution nucléaire par les réacteurs fondus de Fukushima Dai ichi n’est jamais évoquée dans les articles de presse ! Silence remarquable et assourdissant ! Pourtant c’est la première fois qu’un océan subit une pollution radioactive d’une telle ampleur.
La bonne santé des océans est vitale pour notre petite planète.

Je n’ai pas trouvé d’article scientifique de fond qui nous décrirait au moins le problème dans son ensemble.
J’en suis donc réduit à vous proposer quelques extraits d’articles qui vont de l’Alaska au Mexique; et à vous inviter à consulter les rubriques de Enenews.com, malheureusement en anglais. La presse francophone semble se désintéresser totalement du problème. Si l’un d’entre les lecteurs connait une bonne source d’information, je le remercie de me la signaler.

Voici quelques exemples tirés des revues de presse de ENENEWS:


Un communiqué de l’Alaska SeaLife Center and U.S. Fish and Wildlife Service

Anchorage, Alaska, le 8 octobre 2015

Plus de 200 loutres de mer mortes ou malades se sont échouées sur les plages de la région de la baie Kachemak en 2015.
Dans le passé des cas similaires ont attribués à des maladies causées par des streptocoques.
Une équipe d’experts des U.S. Fish and Wildlife Service, Alaska SeaLife Center, Alaska Veterinary Pathology Services, et du USGS National Wildlife Health Center travaillent à comprendre ce qui a causé ce pic de décès de loutres de mer et ses possibles conséquences sur la population.

Malgré les investigations en cours, y compris les examens et analyses sur les cadavres, la cause du décès de beaucoup de loutres de mer demeure inconnue.
Les loutres de mer sont des animaux aquatiques et normalement, ils ne passent pas beaucoup de temps à terre. Si une loutre de mer est trouvée sur la plage, il est probable qu’elle est malade ou blessée; elle ne doit pas être approchée…

Visitez le site de Alaska Sealife Center
En savoir plus sur les loutres de mer


Canada: Des millions de saumons disparaissent

VANCOUVER — The Globe and Mail
Published Tuesday, Nov. 03, 2015 9:35PM EST

Des millions de saumons BC (saumons sauvages de Colombie Britannique, Canada ) disparaissent mystérieusement cette année… Il y a eu très peu de retours sur le fleuve Fraser, où seulement deux millions de Sockeyes sont revenus, loin des six millions attendus. Encore plus dramatique: l’effondrement du saumon rose sur le Fraser, seulement environ cinq millions de poissons quand plus de 14 millions étaient prévus…

Dr Brian Riddell, président de la Pacific Salmon Foundation:

Ce qui est arrivé à tous ces saumons roses qui devaient retourner au fleuve Fraser est un mystère. Les pêches «test» dans le détroit de Georgie on montré un fort passage de saumons roses entrants mais … le poisson n’est pas arrivé…
«nous avons vu passer en gros 40% des arrivants, c’était conforme avec les habitudes, et puis littéralement en deux jours le saumon a disparu…. Je n’avais jamais vu, je ne peux pas expliquer non plus une telle pêche d’essai. Le poisson arrive, selon le modèle qu’ils suivent depuis des années, et il disparait tout d’un coup. Et nous n’avons pas d’explication. Les millions de poissons qui auraient dû arriver pendant la seconde moitié de la migration ne sont pas arrivés.

L’article de Enenews
L’article du Globe and mail


Des mammifères marins s’échouent dans le golfe de Californie

Te Sun, le 16 octobre 2015
La mort mystérieuse de dizaines d’animaux marins rares dont 21 dauphins qui sont venus s’échouer sur le littoral des îles mexicaines du golfe de Californie

Une longue portion du littoral a été fermée au public après que les cadavres de plusieurs dizaines d’animaux marins rares se sont échoués sur la plage. Un mystère entoure l’afflux soudain de vies marines mortes…
Quoiqu’aucun de ces animaux n’apparaissait coupée ou marquée, il a été jugé que ces animaux sont morts après avoir été pris dans les filets de pêcheurs. L’inquiétude croit au sujet de la cause de cette tragédie.
L’agence de protection de l’Environnement, Profepa, a activé un protocole de sécurité et les touristes ont été avertis de ne pas utiliser les plages tandis que des analyses de l’eau sont en cours à la recherche de signes de pollution et autres preuves.
Un porte parole du gouvernement a affirmé: «nous allons examiner quelles espèces sont touchées, leur état, taille, âge, aspect physique, leur état nutritionnel, leur santé, existence de signes de traumatismes, l’heure et la date, les conditions climatiques, l’état de la mer,la topographie de la plage et l’accessibilité de cette zone. Les examens peuvent nécessiter plusieurs semaines.

l’article du SUN


Et quand même, mais si isolée: une ancienne membre du congrès US:

« L’éléphant qui est dans la pièce, ce sont les radiations de Fukushima». Quand elles arrivent dans l’océan pacifique, les animaux meurent… Le gouvernement a totalement omis d’informer le public de toute l’étendue des retombées…le silence des médias est assourdissant.»

Extrais de l’article de Cynthia McKinney, ancienne membre du congrès qui a servi 6 mandats à la chambre des représentants, sur la chaine de TV «RT»
19 octobre 2015

<<

* A la suite des fusions à la centrale nucléaire de Fukushima..la communauté internationale a totalement omis d’informer correctement le public et de le protéger des retombées. Les scientifiques et les responsables de l’environnement continuent d’exprimer leurs inquiétudes , même maintenant, au sujet des événements inhabituels et s’interrogent sur leurs causes. Dans le même temps les médias présentent les faits mais ils ne parviennent pas à faire un lien quelconque avec la situation découlant des tragiques événements de Fukushima en 2011.
Voici quelques exemples récents…

Un enregistrement audio de Robin Corcoran, biologiste de Refuge national pour la faune de Kodiak, daté de Septembre 2015 confirme les rapports locaux signalant que des carcasses d’oiseaux «émaciés» s’échouent sur les côtes de l’île de Kodiak… L’émission concluait en affirmant que plusieurs espèces d’oiseaux ont diminué en nombre dans d’autres régions d’Alaska …
Quelques jours avant les rapports de Kodiak … Josh Saranpaa, de centre de la faune de la côte nord était cité, disant:« Chaque oiseau que nous voyons est affamé à mort. Cela va mal.». Saranpaa ajoutait: «Quand vous voyez tant d’affamés c’est que quelque chose ne va pas là bas.»…
Julia Reis, de l’Etude de la Half Moon Bay écrit avec euphémisme « Il y a eu des changements notables dans l’océan pacifique qui ont causé des problèmes à la vie marine ces derniers temps.»

Gerry McChesney du «Farallon National Wildlife Refuge» affirme que cette mortalité l’a d’autant plus déconcerté qu’il y a une bande d’eau froide dans cette zone, pleine de nourriture pour ces oiseaux. Je peux imaginer McChesney se grattant le crâne quand je lis qu’il considère l’empoisonnement, la famine et El Nino comme des causes possibles de cette mortalité. L’article se termine par le commentaire de MCChesney:
« nous pourions avoir à constater d’autres problèmes dans l’océan avant d’avoir compris ce qui cause cette mortalité.»

* Enenews souligne le problème de la mortalité massive de San Diego à l’Alaska, tout au long de la côte Ouest des États-Unis. Dans les différents rapports Enenews souligne la présence des mots comme «étrange», «sans précédent», «fou», «le pire» …».

*Les médias couvrent ces anomalies marines et citent le réchauffement climatique, voire El Nino et les algues toxiques, alors que l’éléphant qui est dans la pièce, c’est les radiations de Fukushima. C’est un silence assourdissant !… Je voudrais savoir pourquoi en présence de ces morts massives dans l’océan pacifique, El Nino est mentionné et non pas les niveaux croissants de radiations issus de Fukushima.

Tant qu’il y aura un manque manifeste de transparence dans les principaux médias sur la couverture de ces événements extraordinaires (ce que je perçois comme une réticence à discuter de ce qui est évident), Je prédis qu’il y aura une prolifération de citoyens journalistes et de citoyens scientifiques qui s’empareront de chaque nouvelle donnée pour tenter de lui donner une signification approuvée par le gouvernement; signification qui précisément n’a pas de sens.

Nous ne pouvons pas compter sur les représentants du gouvernement pour nous dire la vérité au sujet de l’étendue complète ds retombées de Fukushima.

>>

L’interview de Cynthia McKinney(ancienne membre du congrès US) sur la chaine de TV «RT»
L’article ci-dessus de Enenews en anglais
Voir sur Enenews une revue de presse sur le sujet de ces mortalités massives en anglais
Une autre revue de presse de Enenews concernant notamment la disparition des sardines, ce qui cause de graves problèmes alimentaires aux phoques, spécialement les jeunes.


Note

Il y a vraisemblablement tout un ensemble de causes à ces bouleversements de la vie marine.

Les scientifiques s’alarment des conséquences du réchauffement climatique et de l’acidification des océans qui sont en train de bouleverser la vie des animaux marins et des riverains.

La pollution radioactive n’est pas seule en cause. C’est la première fois qu’un océan subit un tel niveau de pollution radioactive; pourquoi est-elle ignorée ?

le 11 Novembre 2015

PS:
La Woods Hole Oceanographic Institution (privée) nous fournit une cartographie des concentrations des Césiums relevées sur la côte pacifique des USA et Canada
Les cartes

L’information en français sur Fukushima:
La revue de presse hebdomadaire de PECTINE
Les Veilleurs de Fukushima
le site de l’ACRO
et bien d’autres que vous trouverez aux adresses ci-dessus
et dans la colonne de droite de cette page.

Sep 05

La pollution radioactive émise par Fukushima Dai Ichi suit son cours

Dans la zone fortement polluée de Non Retour autour de la centrale:

De nombreux sapins ont une anomalie de croissance.
L’anomalie est l’absence du bourgeon terminal de l’axe du jeune sapin.C’est ce bourgeon qui assure la croissance du tronc de l’arbre.
Du fait de son absence, l’arbre devient fourchu: le tronc bifurque, soit verticalement, soit horizontalement

anomalies des sapins

Cliché de la revue Nature

  • dans la zone à 33µSv/h: 97% des jeunes sapins sont atteints
  • dans la zone à 19,6 µSv/h: 43% sont atteints
  • Dans la zone à 6,85 µSv/h : 27 %

Dans la zone témoin à 75km de là, il y a 0,13 µSv/h et environ 5% des sapins ont une anomalie.
Ces troubles de la croissance existaient avant l’acident nucléaire mais étaient rares.
Ces anomalies se sont accrues en 2012, l’année qui a suivi l’accident nucléaire.

L’article de fukushima-diary
L’article paru dans la revue «nature»

A 22 Km de la centrale

On a mesuré 481.000 Bq/kg de Cs-134/137 dans la terre en bordure d’un lac de retenue de la ville de Minamisoma

le 18 août 2015, un groupe de citoyens a mesuré la radioactivité du sol en bordure du lac de barrage Yokokawa de la ville de Minamisoma. Ce barrage fournit de l’eau agricole et industrielle. Il est situé à 22km à vol d’oiseau de la centrale ruinée.
Le maximum de radioactivité en Cs-134/137 mesuré est de 480.000 Bq/kg dans de la mousse et au sol
Le deuxième chiffre est de 222.000 Bq/kg sur le sol du pont.
Des excréments de singe ont aussi été analysés, on y a relevé jusqu’à 50 000 Bq/kg de Cs-134/137.

La quantité normale de Césium dans le sol et dans les organismes vivants est de ZERO

Les résultats détaillés
Plan des points de prélèvements
Des vues du lac et du barrage
L’article de Fukushima Diary

A 200 km de la centrale

De l’iode 131 dans les boues d’une station d’épuration de Gunma

carte

Selon la préfecture de Gunma, 24 Bq/kg d’iode 131 ont été relevés dans des boues séchées d’une station d’épuration.
Les échantillons ont été prélevés entre le 27 et le 29 juillet 2015. La station d’épuration se trouve à côté du fleuve Tonegawa.
On a relevé 33 Bq/kg de Cs-137 dans ces mêmes échantillons.
De l’ iode 131 avait également été trouvé dans 2 des 6 échantillons de mai et de juin. Le record était de 49 Bq/kg.
La présence de Césium prouve que la pollution de ces ces boues provient de la centrale nucléaire de Fukushima.

La période de l’I 131 est de 8 jours; ce qui signifie que au bout de 80 jours il ne reste plus que 1 Millième de la radioactivité initiale. Cela montre que l’émission de cet iode date de moins de 3 mois.

4 ans après l’accident, cette centrale relâche toujours de la radioactivité dans l’air et dans l’océan.

L’article de Fukushima Diary

Dans la préfecture de GUNMA également

Le lac Haruna de Gunma est un site touristique réputé notamment chez les pêcheurs pour sa population d’éperlans d’eau douce.
9 poissons ont été prélevés en août 2015. Du Cs-134 a été relevé dans 8 de ces 9 poissons.
Le maximum a été de 62 Bq/kg.
En 2013, ils n’avaient réussi à attraper que 4 poissons tant le lac est dépeuplé; dans lesquels ils avaient relevé 340 Bq/kg de Cs 134/137.

L’article de Fukushima Diary

A Tokyo: 220 km de la centrale Dai ichi

Le 18 août 2015, une laboratoire privé de surveillance de la radioactivité a relevé 81,4 Bq/kg de Cs 137 dans les poussières d’un aspirateur de Tokyo.

L’aspirateur avait été utilisé pendant 3 mois depuis mai dernier dans le quartier d’Itabashi de Tokyo.
La radioactivité en Cs 137 est de 81,4 Bq/kg.
La radioactivité en Cs 134 est en-dessous du seuil détectable (< 11,9 Bq/kg).

L’article de Fukushima-Diary

Le dernier décompte des cas de cancer de la Thyroïde des enfants de Fukushima est de 104

La préfecture a annoncé le 31 Août que 104 jeunes sont maintenant atteints de cancer de la thyroïde à Fukushima.

104 cas sur les 385 000 enfants de la préfecture de Fukushima qui ont été examinés; ils avaient 18 ans ou moins au moment de l’accident.
Cela fait 270 cas pour 1 million d’enfants alors que le taux « habituel » de ce cancer est de 1 à 3 cas /million d’enfants
ici on en est à 270/million

L’article de l’Asahi Shimbun

Le 4 Septembre 2015

L’information en français sur Fukushima:
La revue de presse hebdomadaire de PECTINE
Les Veilleurs de Fukushima
le site de l’ACRO
et bien d’autres que vous trouverez aux adresses ci-dessus
et dans la colonne de droite de cette page.

Mai 16

Alors que les pêcheurs tentent de reprendre le travail, Tepco envisage de rejeter des eaux souterraines à la mer.

Tepco est embarrassé par les 400m3 d’eaux souterraines qui envahissent chaque jour les parties basses des réacteurs accidentés; elles se mélangent à l’eau que Tepco doit injecter pour refroidir les réacteurs ravagés et sont donc contaminées.

Carte de la côteTepco se propose de pomper en partie ces eaux souterraines avant qu’elles n’atteignent le site et de les rejeter à la mer, après contrôle de leur radio activité.

Les administrateurs des fédérations de pêcheurs étaient sur le point d’accepter mais la vive opposition des pêcheurs de base les en a dissuadés.

Dans la partie nord de la zone de Fukushima, qui est la moins contaminée, les pêcheurs se préparent en effet à reprendre leur activités interrompues depuis le 11 mars 2011.
Depuis Juin dernier, le syndicat a vendu ses prises à titre d’essai. Les types de produits de la mer autorisés à la vente sont maintenant de 16.
Lire la suite

Mar 31

Tritium à Fukushima – Tritium à La Hague – Tritium partout

L’usine de retraitement de La Hague relâche beaucoup de tritium dans la Manche.
Tepco annonce qu’il va vider ses réservoirs pleins d’eau radio-active dans le pacifique. Après épuration ! oui, mais épuration partielle ! le Tritium notamment ira à la mer.

Le Tritium est un isotope de l’hydrogène, mais radioactif.
Il se décompose en hélium, stable, en émettant un rayonnement Bêta – de faible puissance.

Il s’en forme un peu naturellement dans la haute atmosphère sous l’influence des rayons cosmiques.
Mais surtout il est formé par les essais de bombes atomiques et l’industrie nucléaire, les centrales, les usines de retraitement.

Il est difficile à contenir: il traverse les aciers et le béton.
Les installations nucléaires le relâchent en totalité dans l’air ou l’eau.
Jusqu’à présent il était catalogué par les autorités nucléaires comme inoffensif !!!!! (commode, comme il n’y a pas de méthode industrielle pour épurer les effluents des industries).
Lire la suite

Jan 20

Une rascasse chargée à 254 000 Bq/kg de Césium dans le port de Fukushima Dai ichi

rascasse

Image Tepco

Le poisson a été pêché par Tepco en Décembre; c’est le record actuel de contamination d’un poisson.
Il n’y a bien sûr pas de pêche alimentaire dans ce port.
Le record précédent était de 25 000 Bq/kg dans deux « greenlings » pêchés à 20 Km au nord de ce port en août 2012. Lire la suite

Nov 03

Poissons radio-actifs à Fukushima

Campagne de banalisation de la vie sous radio-activité

Les autorités japonaises font campagne pour banaliser la vie en territoire contaminé. Voir l’illustration reproduite ci-contre.

Au même moment:
La radio activité des poissons sur les côtes de la préfecture de Fukushima et les 4 préfectures voisines ne baisse pas . Elle va même en croissant.

Cela signifie la ruine des pêcheurs pour des décennies.
C’est un problème pour la santé des japonais qui consomment beaucoup de produits de la mer. Lire la suite