Sep 20

Typhon au Japon: la contamination radioactive a été déplacée.

les innondations ont recontaminé le Japon

Traduction d’un communiqué de Fairewinds education.
Les inondations ont recontaminé le Japon

le 18 Septembre 2015
Les grands médias des États-Unis et du Japon n’ont tout simplement pas fait leur travail.

La semaine dernière un sérieux typhon a frappé l’Est du Japon provoquant des innondations comme il n’en était pas survenues au Japon depuis au moins 50 ans.
Avant que le typhon n’arrive, Tokyo Electric avait assuré aux japonais que la centrale de Fukushima Dai ichi était sûre.
Quand le typhon a frappé le Japon, Tokyo Electric a admis que les pompes de drainage ont failli et que de l’eau radioactive s’était à nouveau écoulée dans l’Océan Pacifique.
De même, Tokyo Electric a admis que plusieurs dizaines de sacs contenant des matières radioactives antérieurement collectés, ont été emportés.
Pour les médias grand public, l’extension de la contamination radioactive consécutive à ce typhon s’est limitée à ces relativement petites quantités concernant le site de Fukushima.

préparation d'héliportage

Préparation d’héliportage
Voyez la violence du courant

Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité.
La préfecture de Fukushima est très montagneuse et a été fortement contaminée après la triple fusion des coeurs. Ceux d’entre nous qui ont étudié la catastrophe de Fukushima Daiichi ont noté que de grandes quantités de césium radioactif, le strontium et d’autres isotopes radioactifs issus des 3 fusions du coeur se sont répandus à des centaines de miles du site du désastre. La pluie qui a fouetté la côte est du Japon a fait descendre les produits radioactifs vers de nouveaux endroits en aval.
Il est évident pour les scientifiques, mais pas pour les médias grand-public du Japon, que des zones qui avaient été auparavant décontaminées par les japonais sont maintenant à nouveau contaminées. Ces zones nouvellement contaminées comprennent des villages qui avaient été évacués lors du désastre il y a 4 ans et demi et que le gouvernement japonais avait ouvert au retour des populations.

Fairewinds l’avait déjà dit et nous allons le répéter. Suivez l’argent ! Tokyo Electric et le gouvernement japonais ne veulent pas de réévaluer la propagation du rayonnement à la suite de ce dernier typhon. Cela coûterait trop cher. Le coût d’une décontamination réelle après ce désastre est inimaginable.
La dissémination de la contamination dans les zones peuplées par ces innondations est un risque pour la santé du peuple japonais que le gouvernement refuse de considérer.

Innondations
Au cours des 300 prochaines années des événements comme ce typhon se reproduiront; jusqu’à ce que toute la radioactivité relâchée par le désastre de Fukushima soit finalement entièrement lessivée dans l’océan Pacifique; non seulement seulement à partir du site de Fukushima Dai Ichi mais aussi à partir de tous les affluents et rivières des montagnes qui se jettent dans l’océan Pacifique.

Il est temps que les grands médias traditionnels japonais et américains tiennent que Tokyo Electric et le gouvernement japonais ont la responsabilité de réévaluer la propagation de la contamination radioactive qu’a provoqué ce dernier typhon, et quelle dose atteint la population suite aux innondations.

Arnie Gundersen.
Fairewinds vous tiendra informés.

L’information en français sur Fukushima:
La revue de presse hebdomadaire de PECTINE
Les Veilleurs de Fukushima
le site de l’ACRO
et bien d’autres que vous trouverez aux adresses ci-dessus
et dans la colonne de droite de cette page.

Mai 10

L’Europe autorise l’importation d’aliments contaminés au Césium.

Depuis le 28 Mars 2014, l’Europe s’est alignée sur les normes japonaises en ce qui concerne la pollution radioactive des aliments importés du Japon

Le texte officiel:
RÈGLEMENT D’EXÉCUTION (UE) No 322/2014 DE LA COMMISSION du 28 mars 2014 imposant des conditions particulières à l’importation de denrées alimentaires, et d’aliments pour animaux originaires ou en provenance du Japon, à la suite de l’accident survenu à la centrale nucléaire de Fukushima.
C’est dans le journal officiel de l’Union européenne du 29 mars 2014

le texte officiel

L’Europe autorise donc l’importation d’aliments contaminés par les Césiums

A noter que seuls sont contrôlés les Césiums 134 et 137
Aucun contrôle ne semble fait sur le Strontium, Plutonium, le Tritium.
A noter aussi qu’il y a de nombreuses exceptions aux contrôles en fonction de l’origine et de la nature des aliments

Ces limites sont-elles stables ?

Les « autorités » semblent désirer relever le niveau de contamination que nous sommes autorisés à subir:

Voici un extrait du communiqué de presse de la présidence française suite à la visite du premier ministre Japonais ABE en Mai 2014.

(13) Concernant le nucléide radioactif dans les produits alimentaires et les fourrages provenant du Japon, le Japon se félicite de la compréhension de la France pour une révision des mesures de restriction de l’UE fondée sur des données scientifiques et le « CODEX pour les contaminants et les toxines dans les aliments ».

Il est aussi question dans le communiqué d’une coopération sur le projet ITER (réacteur thermonucléaire expérimental international), sur le projet de réacteur de quatrième génération ASTRID (une nouvelle tentative semblable à celle de Super-Phénix). Voyez le communiqué.

Le 10 Mai 2014


Note

Voici une citation du livre de JJ DELFOUR: La CONDITION NUCLÉAIRE
que je vous ai présenté récemment:

Il est parfaitement logique, pour les politiques et les industriels du nucléaire, de minimiser, voire de dénier, l’impact sanitaire et la dangerosité des machines nucléaires dans la mesure où les premiers en tirent du pouvoir et les seconds du profit.
La condition nucléaire – JJ Delfour – page 18


Sep 22

Le nombre de travailleurs ayant des problèmes de santé augmente autour de Fukushima Dai Ichi.

D’après le ministère de la santé japonais le pourcentage de travailleurs de la centrale et des localités voisines ayant un problème de santé a augmenté.

Pour le première fois le ministère a analysé les résultats des examens transmis par le bureau de la médecine du travail compétent pour la centrale Nucléaire Dai Ichi et les localités environnantes.
Environ 6.700 personnes engagées dans un travail en relation avec les radiations, dans 545 unités de travail dans la région ont bénéficié d’un examen médical spécial l’an dernier. La plupart d’entre eux seraient des travailleurs de la centrale.

D’après le ministère de la santé, 284 d’entre eux, soit 4,21% des employés de la zone ont des résultats médicaux anormaux, comme une augmentation du nombre de globules blancs.
Ils ont été invités à faire des examens plus détaillés ou à démarrer un traitement.

C’est 4 fois la proportion de travailleurs ayant eu des problèmes de santé en 2010.

Selon le ministre, il n’est pas facile de comparer simplement les résultats car 70 % du personnel des unités de travail a changé dans les 3 dernières années.
Le ministre prévoit de mener une étude épidémiologique pour en apprendre plus sur l’impact des radiations.

Résumé d’un article de NHK daté du 20 septembre


Note

Les informations dans le domaine de la santé sont rares ces temps. Celle-ci a le mérite d’exister; mais ce n’est pas bien précis. On attend vivement cette enquête épidémiologique promise…si elle est sincère.


Dernière minute

On vient de découvrir un stock de 200 à 300 tonnes de copeaux de bois contaminés au Césium à 500 km de Fukushima, dans le lit à sec de la rivière Kamo affluent du lac Biwa (préfecture de Shiga)ainsi qu’à d’autres endroits près du lac. Il y a jusqu’à 3.000 becquerels de Césium par kg.

Rapporté par Enenews

Lac Biwa

Lac Biwa
cliché office national du tourisme japonais.

Le Lac Biwa est le plus grand lac du japon: 670 km²
Il alimente 15 millions de personnes en eau potable.
C’est un lieu de tourisme très fréquenté et un lieu historique.
Son écosystème est protégé.

situation du lac Biwa

Lac Biwa marqué « A »


Mai 09

Au nord et à l’Ouest de Fukushima le poisson d’eau douce a été fortement contaminé.

C’est ce que montre une étude du centre de recherches sur les risques de l’université de Shiga.
L’article original en anglais
Les mesures ont été effectuées entre mai et septembre 2011

contamination de l'Ayu

Contamination de l’AYU, poisson herbivore

Le niveau moyen de contamination des poissons herbivores était de 50,64 Bq/kg (de 12 à 90 Bq/kg)
Lire la suite

Mai 05

Le Japon, pays de rizières, entouré par la mer et les rivières

Le Japon est appelé Mizuho no Kuni, c’est à dire : pays de rizière, entouré par la mer et les rivières.
La vie des Japonais est depuis toujours très proche de l’élément eau.
Mais cette eau, qui ruisselle depuis toujours chez nous, l’Homme l’a salie.
Pour combien de temps, on ne sait pas.
Le Mal s’est installé, on ne peut pas retourner en arrière.
Maintenant, l’Homme doit subir toute la conséquence de sa bêtise.

C’est la conclusion d’une étude hydrographique des eaux salées et douces japonaises après le désastre de Fukushima.
Lire la suite

Mar 31

Tritium à Fukushima – Tritium à La Hague – Tritium partout

L’usine de retraitement de La Hague relâche beaucoup de tritium dans la Manche.
Tepco annonce qu’il va vider ses réservoirs pleins d’eau radio-active dans le pacifique. Après épuration ! oui, mais épuration partielle ! le Tritium notamment ira à la mer.

Le Tritium est un isotope de l’hydrogène, mais radioactif.
Il se décompose en hélium, stable, en émettant un rayonnement Bêta – de faible puissance.

Il s’en forme un peu naturellement dans la haute atmosphère sous l’influence des rayons cosmiques.
Mais surtout il est formé par les essais de bombes atomiques et l’industrie nucléaire, les centrales, les usines de retraitement.

Il est difficile à contenir: il traverse les aciers et le béton.
Les installations nucléaires le relâchent en totalité dans l’air ou l’eau.
Jusqu’à présent il était catalogué par les autorités nucléaires comme inoffensif !!!!! (commode, comme il n’y a pas de méthode industrielle pour épurer les effluents des industries).
Lire la suite

Mar 17

Fukushima, de la difficulté d’évacuer d’importantes populations

De nombreuses communes situées dans un rayon de 30 km d’une centrale nucléaire, qui doivent préparer un plan d’évacuation de leur population pour lundi 18 mars, ne sont pas prêtes. C’est pourtant une condition nécessaire pour pouvoir redémarrer les réacteurs. Et les plans des communes qui ont rendu leur copie ne sont pas satisfaisants.
La province de Fukui, avec 14 réacteurs nucléaires, est particulièrement concernée. En juin 2012, elle a écrit rapidement un plan d’évacuation autour de la centrale d’Ôï, pour pouvoir la redémarrer. C’est la seule à fonctionner actuellement.
Mais le plan est complètement irréaliste. Par exemple, les habitants de Takahama, à l’Ouest, ne doivent pas partir vers la ville de Maïzuru à 20 km de là, mais rester dans la province, en allant à Tsuruga, à 50 km de là, en passant au plus près de plusieurs réacteurs nucléaires… Lire la suite

Déc 31

3 micro Sieverts de Tritium délivrés à l’homme par la respiration pendant l’année 2011, juste à l’extérieur de la zone d’évacuation des 20 Km à Fukushima Dai ichi

Selon une étude de l’ »Institute for Environmental Science » publié dans le journal scientifique « Nature » du 10 Décembre 2012.

Il s’agit ici uniquement du Tritium respiré.
Il faut lui ajouter:

  • le tritium ingéré par l’eau de boisson, les aliments qui ne semble pas avoir été évalué
  • les autres radionucléides ingérés: Iode 131, Césiums 134 et 137, Strontium 90 etc….
  • l’irradiation externe, surtout liée aux Césiums déposés dans les cours, les rues, les bois , les prés…

Note:
3 micro Sieverts égale 0,003 millisieverts.
Les responsables du nucléaire ont fixé à 1mSv (1 milli Sievert) par an la dose de radioactivité supplémentaire « industrielle » à ne pas dépasser pour le public non professionnel, femmes et enfants compris.
Cela signifie que l’industrie nucléaire accepte de provoquer chaque année dans une population de 1.000.000 de personnes exposée à 1mSv par an, 50 décès par cancer; si on rajoute les quelques maladies gravissimes « reconnues » le chiffre monte à 73.
Ne sont pas comptabilisés les effets de moindre gravité (pas assez malade pour mourir) ni les nombreuses maladies chroniques signalées par les médecins de Tchernobyl (spécialement cardiovasculaires). L’atteinte du génome humain n’est pas prise en compte.

Qu’est-ce que le Tritium ?

Lire la suite

Nov 20

La pollution radio-active s’étale sans bruit au Japon

La Terre:

En forêt les feuilles ou épines des arbres on capté le Césium. Comme à Tchernobyl un cycle s’établit: les feuilles tombées déposent la radioactivité au sol; celle-ci contamine champignons, baies, animaux; puis les racines la reprennent et la remonte à la cime de l’arbre.C’est du Césium: il y en a pour 300 ans.

Un exemple: En Allemagne à la frontière tchèque, à 1500km de Tchernobyl et 25 ans après, de nombreux sangliers sont impropres à la consommation car contaminés.
Lire la suite

Nov 01

eau potable- reconstructions

Le MEXT japonais a publié des données sur la contamination de l’eau potable. Une faible contamination au césium est détectée dans des zones aussi éloignées que Morioka dans la province d’Iwaté (300km au nord de Fukushima) ou Chigasaki (300 Km au sud de Fukushima, au delà de Tokyo- voir dans Google Earth) dans la province de Kanagawa.

On peut penser que c’est dû au lessivage des sols qui contamine les rivières. Lire la suite