Promenade polluée près de Tokyo: 1,5µSv/h

L’après-midi du 11 Mai je suis allé faire une promenade pour prendre un peu d’exercice. Cette fois j’ai juste pris mon radiamètre léger et j’ai laissé à la maison mon compteur lourd.

Vers 14h30, l’appareil a indiqué jusqu’à 1,15µSv/h au milieu d’un champ de légumes. C’est plus ou moins la même chose que les 1,1 µSv/h mesurés le même jour à Okumamachi Fureai Park (seulement à 4 km de la centrale Fukushima Dai ichi). Cela fut un choc !

Ci dessous les enregistrements du dosimètre.
J’avais commencé de mesurer les niveaux dans l’air vers 13h et à 14h j’avais environ 0,3µSv/h.

les enregistrements

les enregistrements

1,15 µSv/h, c’est le plus haut niveau que j’aie mesuré depuis un an et demi que j’utilise ce dosimètre.

Comme vous pouvez le voir ce ne fut que pendant un court instant que j’ai mesuré une dose si élevée. Si je me déplaçais j’avais encore de hauts niveaux.

Je suppose qu’un courant d’air charriait des substances radioactives près du sol. 1,15 µSv/h est l’équivalent de 300.000 Bq/m2 de Césium dans le sol.
carte de la région Selon la carte le point de mesure se trouvait à 25,5 m d’altitude dans une zone en majorité végétale où l’urbanisation est limitée.
…Le vent venait du sud et n’était pas fort…

D’où provenaient ces substances radioactives ? Ce pourrait être du radon mais pourrait-il y en avoir autant sur un plateau ? Il y a les usines d’incinération et les centres de recyclage de déchets de la ville de Funabashi à Sanbanse près de l’embouchure de la rivière Edogawa. Ils sont à 8 km au sud du point où j’ai fait la mesure.
Si les cheminées de ces installations sont hautes, je pense que leurs émissions peuvent aller assez loin. Ce ne serait pas illogique de penser que ces émissions pourraient avoir un impact sur l’environnement dans un rayon de 8-10 km. Je frémis à l’idée qu’il y a des usines qui émettent des gaz radioactifs à 1µSv/h partout.

Je n’aime pas l’idée de me promener à un endroit où il y a plus de 1µSv/h. C’est un niveau de dose que je devrais littéralement fuir.

Donc le 11 mai j’ai été irradié. Ces jours, chaque fois que vais à la campagne, je suis irradié. Je commence à avoir l’impression que je ne peux plus continuer à vivre près de Tokyo.


Cet article se trouve sur le blog d’un japonais des environs de Tokyo.
Le texte original est ici en anglais: Zukunashi no Hiyamizu’s Blog
Je vous recommande d’aller jeter un oeil sur d’ autres articles en anglais de ce blog.


Notes

Il se raconte des tas de choses sur les blogs, mais cette observation me parait crédible. Voyez l’ensemble du blog et la présentation de l’auteur.

La radioactivité naturelle au Japon, avant l’accident est en général de moins de 0,10µSv/h. Il y avait donc 3 fois l’irradiation naturelle avec une pointe à 15 fois. A 10 km de la source probable !!!

L’hypothèse des fumées d’incinération est en effet très plausible.
Le traitement des déchets urbains est cité par le Dr MITA comme source de pollution.
Comme l’indique l’auteur, l’hypothèse du radon est très peu vraisemblable; d’autant que le Radon a une émission Alpha, non détectée par les radiamètres habituels.

Le promeneur a dont subi une irradiation externe du fait de se trouver dans un « panache » radioactif; il a également respiré et donc inhalé des produits radioactifs; ses vêtements, ses cheveux ont du héberger quelques poussières radioactives.

Je n’ai pas reproduit ici la carte fournie par l’auteur, difficilement lisible par un lecteur ne connaissant pas la région de Tokyo. Je l’ai remplacée par une carte qui situe mieux le lieu et la proximité de Tokyo. Le point de mesure est environ à mi chemin entre Matsudo et Funabashi (la croix rouge).
Le texte original comporte aussi plusieurs images du compteur Geiger et des mesures identiques effectuées un peu plus loin.

Le 29 juillet 2014


Les commentaires sont fermés.