Nov 24

Situation au Japon-Novembre 2012

Le site Kibô promesse, un site de solidarité avec les japonais nous fait un état de la situation en cette fin d’année:

Santé

Alors que le taux de naissance est en chute libre en 2012 au Japon (-0,76‰ par rapport à 2011), la moitié des enfants de Fukushima ont des problèmes thyroïdiens.
Les cantines n’hésitent pas à servir de la nourriture contaminée (ici depuis août 2011), pour soutenir les producteurs, mais au détriment de la santé des enfants.
Les services d’urgence sont débordés, et plusieurs personnalités japonaises ont dû être hospitalisées. Lire la suite

Nov 23

Médecine du travail sur catastrophe nucléaire

logo radio-actif

Image Kibô

Note: Je rappele qu’en France, la limite supérieure d’exposition des travailleurs du nucléaire est de 20 mSv par an au corps entier.
On estime que pour 100 000 travailleurs recevant la dose limite, il y aura 80 décès par cancer; ne sont pas comptés les cancers dits « guérissables », les maladies génétiques graves; ni les nombreuses maladies signalées par les médecins de Biélorussie qui vivent dans les régions contaminées par Tchernobyl

Le texte sur le site de l’ACRO:
« 24 118 personnes sont intervenues sur le site de la centrale de Fukushima daï-ichi entre mars 2011 et septembre 2012.
Parmi elles, seulement 904, ou 3,7%, sont éligibles pour bénéficier d’un dépistage gratuit du cancer proposé par le gouvernement et TEPCo qui l’ont réservé aux personnes qui ont reçu plus de 50 mSv entre mars et décembre 2011.
Pourtant, les relevés dosimétriques du début ne sont pas fiables car seul le chef d’équipe avait un dosimètre. Pourtant, les travailleurs continuent à prendre des doses élevées.
Lire la suite

Nov 21

Japon: Il devient difficile de faire vérifier la thyroïde de ses enfants

Dans Fukushima diary

Mme Shima montre les échographies de ses enfants

Mme Shima montre les échographies de ses enfants

 

Les échographies thyroïdiennes de « dépistage » demandées par les familles ne sont pas prises en charge par la « sécurité sociale » japonaise.
On se souvient que les autorités dissuadaient fermement les médeçins de réaliser des échographies de la thyroïde en dehors des circuits et études « officiels ».

Le 21 novembre 2012


Nov 21

Du Plutonium trouvé en mer à 15 Km des côtes

symbole nucléaireDu Plutonium 239/240 a été trouvé en mer à 15 km de la centrale nucléaire de Fukushima

par Mochizuki le 21 Nov 2012 dans fukushima Diary

C’est une mauvaise nouvelle car c’est un élément très toxique et pour longtemps
Il est fabriqué dans les réacteurs nucléaires; Il est utilisé dans certains éléments de combustibles pour les centrales: le très contesté et dangereux MOX. Il est utilisé dans les bombes atomiques.

Lire la suite

Nov 20

La pollution radio-active s’étale sans bruit au Japon

La Terre:

En forêt les feuilles ou épines des arbres on capté le Césium. Comme à Tchernobyl un cycle s’établit: les feuilles tombées déposent la radioactivité au sol; celle-ci contamine champignons, baies, animaux; puis les racines la reprennent et la remonte à la cime de l’arbre.C’est du Césium: il y en a pour 300 ans.

Un exemple: En Allemagne à la frontière tchèque, à 1500km de Tchernobyl et 25 ans après, de nombreux sangliers sont impropres à la consommation car contaminés.
Lire la suite

Nov 18

Mesure de la contamination du riz à Okuma

récolte de riz à mesurer

Des membres du gouvernement local de Okuma, commune de la préfecture de Fukushima aujourd’hui dans la zone interdite, récoltent le riz dans quelques champs plantés afin d’en mesurer la contamination.

La centrale nucléaire Fukushima Daiichi se trouve à cheval sur les deux communes de Okuma et Futaba, aires rurales en bord du Pacifique.
Une « récolte » médiatisée sous les yeux de la presse

Quel message veut transmettre l’homme qui brandit sa botte d’épis de riz ?
Lire la suite

Nov 17

Fukushima: forêts et leurs habitants contaminés au Césium 137

Les arbres ont capté 60% du césium rejeté par la centrale de Fukushima

Arbre contaminé abattu

On abat des arbres contaminés

Des chercheurs de l’université de Tsukuba, au Japon, ont démontré dans une étude récente que, 6 mois après la catastrophe de Fukushima, 60 % du césium relâché par la centrale avait été capté par les conifères.

Le Césium qui est actuellement fixé à la cime des arbres japonais, surtout des cèdres et des cyprès, piégé par les aiguilles des conifères, finira par tomber au sol avec les aiguilles.
Lire la suite

Nov 12

Taiwan: l’incroyable affaire des gratte-ciels fourrés au Cobalt 60

Dans Gen4:
De 1982 à 1984, des centaines d’appartements à Taipei et dans ses environs ont été assemblés à l’aide de poutrelles en acier contaminées par du Cobalt-60. Environ 8000 personnes habitant dans quelques 1600 appartements ont ainsi été exposées….
Une première étude ayant duré 4 années et publiée en 2001 a précisé que 89 cas de maladies cancéreuses radioinduites ont été constatées sur un échantillon de 4100 personnes exposées et que ces pathologies auraient entraîné environ une quarantaine de décès sur la durée de l’étude.
…… Lire l’article entier sur Gen4 avec des explications sur le danger du Cobalt 60

En France: attention ! la tentation existe

Lire la suite

Nov 11

Pour ne pas oublier FUKUSHIMA, prenons la Bastille d’Iode !

11 novembre 2012 – Solidarité avec les japonais
Par Yûki TAKAHATA

«Prenons la Bastille d’iode», le deuxième rassemblement mensuel antinucléaire en soutien à la population japonaise, aura lieu ce dimanche 11 novembre à la Bastille à 14h, co-organisé par Sortir du nucléaire Paris et Yosomono-net France (le réseau des ressortissants japonais). Il est associé au grand rassemblement organisé par la coalition antinuclaire de Tokyo qui va occuper les quartiers de ministère et du Parlement, ainsi qu’à des actions à Londres, à Berlin, à Berne et à Florence.

L’intervention de Yûki TAKAHATA
(auteure, traductrice japonaise)
Lire la suite

Nov 11

Pour une OMS indépendante du village nucléaire

Le Logo de Independent WHO
Depuis 1959, l’OMS (organisation mondiale de la santé) s’en remet à l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) pour évaluer les conséquences sanitaires du nucléaire.
D’où le déni de ses conséquences dans le bilan officiel de la catastrophe de Tchernobyl : une cinquantaine de morts, 4000 cancers de la thyroïde chez les enfants… Ce qui explique aussi que l’OMS n’ait plus aucun département de recherche sur les pollutions radioactives et qu’elle n’ait apporté aucune assistance aux victimes de Tchernobyl depuis 1986 ni aux victimes de Fukushima depuis le 11 mars 2011.
Lire la suite