Le traité pour l’abolition des armes nucléaires sera ouvert à la signature le 20 septembre 2017

Les Nations Unies ont adopté le 7 juillet 2017 un traité qui interdit catégoriquement les armes nucléaires, par 122 voix pour – une contre, et une abstention.

Après plus de 10 ans d’efforts de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN) et 72 ans après leur première utilisation

(extraits des communiqués de l’ICAN France)

Jusqu’à présent, les armes nucléaires étaient les seules armes de destruction massive qui n’étaient pas couvertes par un traité d’interdiction, malgré les conséquences humanitaires catastrophiques en cas d’explosion intentionnelle ou accidentelle. Les armes biologiques furent interdites en 1972 et les armes chimiques en 1992.

L’adoption de ce traité indique clairement que la majorité des États du monde n’accepte plus les armes nucléaires et ne les considère pas comme des outils de guerre légitimes.

L’objection répétée et le boycott des négociations par les États ayant des armes nucléaires démontrent que ce traité a un impact significatif sur leur politique. L’Histoire nous a montré que cela a été le cas avec les autres traités d’interdiction d’armes (les mines antipersonnel, et les bombes à sous-munitions). L’évolution des normes internationales conduit à des changements concrets dans les politiques et les comportements militaires, même dans les États qui ne sont pas parties au traité.

Alexia Berny, membre du CA d’ICAN France, a déclaré: « L’adoption de ce traité par l’ONU marque le début de la fin de l’ère nucléaire. Il est incontestable que les armes nucléaires violent les lois de la guerre et constituent un danger manifeste pour la sécurité mondiale. Personne ne croit que le fait de tuer indistinctement des millions de civils est acceptable — peu importe la circonstance — car c’est bien ce pourquoi les armes nucléaires sont conçues. »

Le traité crée également des obligations pour soutenir les victimes de l’utilisation d’armes nucléaires (Hibakusha) et des essais et pour réhabiliter les dommages environnementaux causés par ces armes. « La France ne pourra pas échapper à ses responsabilités vis-à-vis des Algériens et des Polynésiens qui ont été affectés directement par ses essais nucléaires » souligne Patrice Bouveret, membre du CA d’ICAN France.

Pour plus de détails sur ce traité, voir l’infographie de l’ICAN France (à diffuser librement)


Notes

Le traité, qui entrera en vigueur une fois ratifié par 50 pays, a été approuvé par 122 Etats membres, soit près des deux tiers des pays appartenant à l’Onu. Un pays a voté contre, un autre s’est abstenu. Mais des dizaines d’autres États membres dont la France ont boudé les négociations.

La France boycotte ce traité:

Communiqué du ministère des affaires étrangères:
Il s’agit d’un texte inadapté au contexte sécuritaire international, caractérisé par des tensions croissantes et la prolifération des armes de destruction massive, dont témoigne notamment la menace nucléaire nord-coréenne.
La France n’a pas participé aux négociations de ce traité et elle n’entend pas y adhérer. Ce traité ne nous lie pas et ne crée pas de nouvelles obligations. La décision d’un grand nombre d’Etats, dotés, possesseurs ou non d’armes nucléaires, de ne pas participer aux négociations, en Europe et en Asie notamment, illustre avec force ce décalage.
La politique de sécurité et de défense de la France, tout comme celle des alliés et d’autres partenaires proches, repose sur la dissuasion nucléaire.»
Le texte complet sur le site du Quai d’Orsay

Aux USA, il semble qu’on pense à fabriquer des bombes nucléaires à faible puisance et réglables; de façon à pouvoir les utiliser:
Voici un extrait de l’article du réseau international:
Reseauinternational.net/renovation-de-larmement-nucleaire-us-et-consequences/

Paul Selva, général de l’armée de l’air et vice-président de l’état-major interarmées US, estime que l’avenir de la dissuasion nucléaire réside, du moins en partie, dans les armes nucléaires plus petites, dont l’usage serait vraiment rendu possible. Selon lui, « Si nous faisons cela avec un missile balistique, un corps de rentré ou tout autre outil de l’arsenal, il est important d’avoir des armes nucléaires à rendement ajustable. » Le 3 août, devant l’Institut Mitchell de l’Association de l’armée de l’air du club de Capitol Hill, le numéro deux du commandement militaire a confirmé que, dans le cadre de la révision de la posture nucléaire du Pentagone, une nouvelle génération d’« armes nucléaires miniaturisées à faible rendement » était envisagée, afin d’assurer la crédibilité de la menace de l’arsenal nucléaire US.
Il pense que la riposte conventionnelle à l’attaque nucléaire ne suffirait pas à dissuader l’attaquant. Ce ne sont pas des armes tactiques ou de champs de bataille dont parle le général, mais plutôt des munitions dotées d’une puissance explosive décuplée ou réduite (rendement réglable) au moyen d’un système électronique à cadran. Cette combinaison de précision et de faible rendement en ferait les armes nucléaires les plus précieuses de l’arsenal, assurant aux USA la domination mondiale.
La menace d’une destruction mutuellement assurée ne joue pas avec les petites nations – comme la Corée du Nord et l’Iran – de la même manière qu’avec la Russie ou la Chine. Les USA doivent pouvoir lancer une attaque nucléaire sans conséquences mondiales contre un adversaire.


QUI est l’ICAN ?

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons
Le site de l’ICAN France: http://icanfrance.org/

Les organisations partenaires d’ICAN en France appellent les états, les organisations internationales, les organisations de la société civile (ONGs) et tous les acteurs à :

  • Reconnaître que toute utilisation des armes nucléaires auraient des conséquences humanitaires et environnementales catastrophiques
  • Reconnaître qu’il existe un impératif humanitaire d’interdire les armes nucléaires, même pour les états qui ne possèdent pas ces armes.
  • Reconnaître que les états dotés d’armes nucléaires ont une obligation de les éliminer complètement
  • Agir immédiatement pour soutenir un processus multilatéral de négociations d’un traité interdisant les armes nucléaires

le 18 septembre 2017


Les commentaires sont fermés.