Le Dr MITA conseille aux habitants de Tokyo de passer 1 ou 2 mois par an en zone « propre ».


Entretien du Dr Shigeru MITA, médecin d’une clinique privée à Tokyo avec une revue internationale, vice.com, le 14 Février 2014

Ce qui suit est une traduction-résumé de cet entretien. J’ai conservé la forme: questions-réponses
Le texte original en anglais

Les test effectués par le dr Mita:
J’ai examiné plus de 1.500 patients. la plupart étaient des enfants.
J’interroge les patients, je les examine puis je fais pratiquer un examen du sang et une échographie de la thyroïde.

Dr Shigeru MITA

Dr Shigeru Mita

Les résultats:
J’ai surtout examiné des patients habitant Tokyo. J’ai constaté des symptômes anormaux surtout chez les enfants du jardin d’enfants et du primaire; et aussi chez les gens âgés. Ils avaient surtout des anomalies des globules blancs: une baisse des polynucléaires neutrophiles. Le sang est fabriqué par la moëlle osseuse qui est l’un des organes les plus sensibles aux rayonnements. Dans les cas graves on peut en arriver à des affections mortelles telle qu’une septicémie.

Est-ce que les anomalies s’améliorent ou s’aggravent depuis la fusion des réacteurs?
J’ai effectué les premiers tests en décembre 2011. Je ne peux pas comparer avec avant l’accident. Mais je peux dire que la menace a semblé se propager dans Tokyo depuis.

Quels ont les symptômes les plus graves que vous ayez rencontrés ?
C’était un bébé qui n’avait plus de polynucléaires neutrophiles. Cela signifie qu’elle aurait pu attraper une maladie grave éventuellement mortelle. Elle a par la suite été examinée dans un hôpital plus grand. Heureusement elle a récupéré après être partie vers Kyushu.

Que prescrivez-vous dans ces cas ?
Je ne peux rien prescrire, il n’y a pas de traitement pour cela. Il semble qu’ils récupèrent quand ils vivent un temps hors de la partie Est du Japon est; donc j’encourage cela.

Les effets disparaissent lorsqu’ils quittent les régions à risque ?
Oui, quand les patients vont à un autre endroit, comme Osaka, Kyoto, Shikoku ils vont mieux; mais ils rechutent quand ils reviennent à Tokyo.

Y a-t-il d’autres médecins qui font ces examens ?
Pratiquement pas. Je sais qu’un médecin de la clinique de Mitakanomori fait les mêmes examens. J’ai demandé à d’autres médecins de réaliser ces examens mais aucun n’a accepté.

Avez vous suffisamment de données pour publier une étude concluante ?
Je ne pense pas car je ne contrôle pas le lieu d’origine de mes patients. Certains se sont déplacés avant d’arriver à la clinique. Je n’ai pas actuellement assez de données pour une étude concluante. J’aurais besoin de la collaboration d’autres médecins.

Que pensez-vous de la contamination des aliments ? pensez-vous que les gens doivent prendre des précautions ?
De la nourriture contaminée arrive certainement à Tokyo. Beaucoup de gens pensent que nous devons manger des produits locaux pour soutenir l’économie. Je pense que nous devrions tout tester à fond et qu’au moins les enfants devraient ête tenus à l’écart de tout risque de contamination.

La clinique du Dr MITA

La clinique du dr MITA

Pensez-vous que les médias ont négligé la couverture des effets des rayonnements ? Ils ne mettent certainement pas l’accent sur ce problème. Je crois que les médias se sont mis du côté des puissants. Je pense qu’il est de la responsabilité du gouvernement d’aider les patients mais il ne le fait pas.

Le public japonais se préoccupe-t-il suffisamment du risque des radiations ?
Ceux qui vivent à l’Est sont réellement concernés; ils tentent de détourner les yeux des dangers de la radioactivité. Ceux qui vivent à l’Ouest sont plus rationnels et ils sont nombreux à aider ceux qui migrent, venant de l’Est du Japon.

Quel est selon vous est la meilleure conduite à tenir pour les personnes vivant au Japon?
Je ne peux penser que sur la région autour de Tokyo. Je m’inquiète au sujet des enfants, de leurs parents, et des enfants qui naîtront à l’avenir. Je souhaite que les patients se déplacent vers un endroit plus sûr, mais la plupart des gens ne veulent pas se déplacer. Je recommande fortement à toute personne vivant dans la région de la capitale d’aller vivre dans un endroit plus sûr un ou deux mois par an. J’encourage tous ceux qui vivent à Tokyo de passer des tests sanguins aussi souvent que possible. Dans l’intervalle, il n’y a rien que je puisse faire, à part soutenir les patients à mon niveau du secteur privé.

Le texte original en anglais de l’entretien


Notes:

J’avais déjà rendu compte dans un billet du 15 Novembre 2013 de l’activité du Dr MITA
http://www.vivre-apres-fukushima.fr/il-faut-faire-des-analyses-de-sang-aux-enfants-du-kanto/

Le Dr MITA confirme ici ses constatations; elles sont cohérentes avec ses déclarations de Novembre.
La fiabilité du Dr MITA et de ses dossiers? Je n’ai aucun élément permettant de la certifier. Mais c’est apparemment l’un des seuls médecins n’observant pas les consignes officielles de dénégation du risque nucléaire; je suppose qu’elle n’est pas en odeur de sainteté auprès des autorités. Connaissant les mensonges, omissions et consignes officielles, il me semble que la fiabilité du Dr Mita est bien meilleure que celle des autorités.
Comme il le souligne lui-même, il lui est impossible de connaître la proportion des patients atteints dans la population, ni d’avoir des détails sur d’éventuels antécédents communs. Il est apparemment impossible aussi de savoir si les aliments consommés sont contaminés ou pas: ils sont mis en vente dès qu’ils ne dépassent pas la limite officielle de contamination.

Le dr MITA parle des populations de l’est du Japon: le tremblement de terre et le tsunami qui ont suivi sont appelés officiellement la catastrophe du « Grand Est ».

Les globules blancs sont l’un des éléments importants de la protection de l’organisme vis à vis des microbes et virus.
Les constatations du dr MITA recoupent ce qu’ont constaté les médecins de Tchernobyl chez les populations obligées de vivre en milieu contaminé:baisse de l’immunité, fragilité de l’organisme, pathologies non cancéreuses…

Ses constatations sont faites dans le Kanto, une province qui officiellement a été très peu polluée, où aucune précaution particulière n’est recommandée, où les jeux olympiques sont prévus.


Pour plus d’information:

Les conséquences médicales et écologiques de l’accident nucléaire de Fukushima – au forum de New York le 12 mars 2013
Le diaporama du Dr Yablokov transcrit en français par Kna

Pathologies non cancéreuses dans les secteurs du Belarus contaminés par la radioactivité due à la catastrophe de Tchernobyl
Forum de Genève 2012
cliquer ici

L’ouvrage de base:
Tchernobyl.Conséquences de la catastrophe pour l’homme et la nature

Pr Youri Bandazhevski – Dr Galina Bandazhevskaya
Voir le chapitre 6.4 Altérations de l’immunité et du système lymphoïde
Cliquer ici

Fiabilité des officiels ?

Au sujet des données médicales à Tchernobyl, voici ce qu’a dit le Pr Yablokov au symposium de New York du 12 Mars 2013

Mais en plus, à Tchernobyl, (à Fukushima maintenant), nous avons eu beaucoup de falsifications. En Union Soviétique ça a été le secret officiel pendant 3 ans 1/2 après la catastrophe. Nous avions des documents spéciaux – j’ai un de ces documents ici – du ministre de la santé publique, un ordre spécial pour modifier les données médicales. Ne jamais consigner dans les dossiers la vérité à propos de Tchernobyl et des conséquences de la radioactivité. Comment peut-on se baser sur ces données ? C’est impossible.

Texte disponible en français à la page Téléchargements du Symposium de New York Le diaporama du Dr Yablokov transcrit en français par Kna

le 18 février 2014 – mis à jour le 31 juillet 2014


Les commentaires sont fermés.