Fukushima. Des citoyens se réapproprient les ressources d’énergie locales

et prennent leur avenir en mains

Un article du journal Asahi Simbun du 1 mai 2015 (traduction Vivre-après Fukushima)

Fukushima doit récupérer ses ressources énergétiques pour éviter les «chaudrons de l’enfer»

KITAKATA, préfecture de Fukushima

Yauemon Sato, de la neuvième génération de dirigeants d’une brasserie de Saké, en exploitation ici depuis 1790, compare les réacteurs détruits de la centrale de Fukushima N°1 aux «chaudrons de l’enfer».

Dans un précédent entretien avec l’ Asahi Simbun, Sato (http://ajw.asahi.com/article/0311disaster/fukushima/AJ201504190028) déclarait que le désastre nucléaire « continue de se reproduire chaque jour»; il se réfère à l’énorme stock d’eau radioactive qui ne cesse de croître – et fuit souvent- plus de 4 ans après la fusion des coeurs.

Aizu Dentyoku, une compagnie d’énergie qu’il a fondée en 2013 a été sa réponse à la question de savoir quelle direction devait prendre la «renaissance de Fukushima» après le désastre nucléaire.

En tant que chef d’entreprise, Sato était déterminé à ne pas se contenter d’un «simple mouvement social».
Il gère maintenant plus de 20 centrales solaires.

Sato prévoit également de se lancer dans la production d’électricité par micro-centrales hydrauliques et par l’utilisation de la biomasse ligneuse; ce qui permettra à son entreprise de puiser dans les ressources générées par l’eau abondante et les forêts de la région d’Aizu, dans la partie Ouest de la préfecture de Fukushima où se situe Kitakata.

«Aizu dispose de suffisamment de ressources pour être auto-suffisante» affirme Sato. «Initialement, l’eau du lac Inawashiroko et l’eau de la rivière Tadamigawa étaient pour nous. Il est probablement temps de les récupérer».

Voici des extraits de l’entretien:

Question: Qu’est-ce qui vous pousse à être si actif, y compris dans l’utilisation des énergies renouvelables ?

Sato: Vous connaissez le chaudron de l’enfer ? Vous serez envoyés en enfer et bouilli dans ce chaudron si vous agissez mal. Et il y a 4 de ces chaudrons dans la préfecture de Fukushima, dans la centrale Fukushima N°1 gérée par Tokyo Electric Power Co.

Question: Vous parlez des réacteurs N° 1 à 4 qui ont succombé aux accidents. C’est cela ?

Sato: Oui et la catastrophe n’est pas terminée. Elle continue de se produire chaque jour.
Plus de 300 tonnes d’eau fortement contaminée par des substances radioactives sont générées chaque jour à la centrale nucléaire, vrai ?
Nous avons une entreprise familliale, une brasserie de saké avec un chiffre d’affaires annuel d’environ 350 millions de Yens ($2,9 millions). Chaque année nous brassons environ 300.000 litres de saké qui pèsent environ 300 tonnes. Il y a plus d’eau radioactive générée chaque jour que le saké que nous produisons en un an.

Question: La totalité du village de Iitate, préfecture de Fukushima, reste à ce jour évacué à cause de la catastrophe nucléaire.Vous avez soutenu Iitate avant que le désastre nucléaire ait été déclenché par le grand tremblement de terre du grand est et le tsunami. Pouvez-vous préciser votre travail ?

Sato: Tout a commencé quand la chambre de commerce et de l’industrie du village m’a demandé de brasser du saké avec du riz d’Iitate. J’ai accepté d’être un « ambassadeur Madei» pour aider le village, et la cérémonie de de nomination a eu lieu en janvier 2011. Le désastre nucléaire est suvenu seulement deux mois plus tard.
Iitate n’a rien à voir avec l’énergie nucléaire. Je me suis dit: « Je vais devoir aider d’une façon ou d’une autre».

Question: «Madei» qui signifie quelque chose comme «cordialement» dans le dialecte local est le slogan des efforts de développement de la communauté d’Iitate n’est-ce pas ?

Sato: Oui. Norio Kanno, le maire de Iitate, a déclaré lors de la cérémonie de nomination que le développement communautaire du «village Madei» était presque achevé. Mais tout a été ruiné par le désastre nucléaire.
Pour commencer, pourquoi la préfecture de Fukushima héberge-t-elle autant que 10 réacteurs nucléaires ? Eh bien, c’était pour envoyer l’électricité à Tokyo. Mais les habitants de Fukushima n’ont pas élevé suffisamment la parole en face du du gouvernement central et de Tepco.
Voici quelques-unes des idées que je partageais avec Yumiko Endo, ancien chef du conseil préfectoral de Fukushima pour l’éducation, et avec Norio Akasaka, un professeur d’ethnologie à l’université Gakushuin qui a lancé les «études Tohoku». Et la première chose que nous ayons faite a été de lancer dans l’été 2011, «Fukushima Kaigi», un forum pour les citoyens avec pour sujet «la renaissance de Fukushima».

Question: Ce forum vous a donné l’occasion de rencontrer Jun Yamada, un conseiller principal à «Qualcom Japan», le bras japonais du grand fabricant de puces américain; vrai ?

Sato: Oui, Yamada et moi avons discuté de ce que nous devrions faire à partir de ce moment là; et nous avons conclu que nous étions tous deux des dirigeants d’entreprise qui en aucun cas ne vivaient à l’écart du monde dans leur bibliothèque.Il ne servait à rien de seulement maudire le gouvernement central et Tepco. Nous ne devions pas nous contenter d’un simple mouvement social. Ainsi, nous avons finalement conclu: Pourquoi ne pas créer une entreprise ?

Question: Et l’entreprise que vous avez crée est «Aizu Denryoku», n’est-ce pas ?

Sato: Oui. Imaginez: quelles sont les conditions requises pour la vie humaine ? Vous ne pouvez rester en vie que si vous disposez d’eau, d’aliments et d’énergie.
Les 17 municipalités de la région d’Aizu dans la préfecture de Fukushima ont, ensemble, une population de 280.000 personnes ou plus. Et la région dispose de suffisamment de riz et d’énergie pour être autonome. Les seules centrales hydro-électriques de Aizu ont suffisamment de puissance pour couvrir la demande d’énergie de tous les foyers de la préfecture.

Question: Mais ces centrales hydro-électriques appartiennent à Tepco, Tohoku Electric Power Co. et Electric Power development Co. La plupart de l’électricité qu’ils produisent est envoyée vers la grande région de Tokyo. Que pensez-vous de cet arrangement ?

Sato: Les droits d’utilisation de l’eau pour produire de l’énergie ne sont pas entre nos mains. Mais l’eau du lac Inawashiroko et celle de la rivière Tadamigawa étaient considérées comme les nôtres. Il est probablement temps de les récupérer.
Les centrales nucléaires également se trouvent sur le sol de la préfecture de Fukushima. Pourquoi nos ressources sont-elles toujours emmenées ailleurs ? Allons récupérer ce qui a été emporté loin de chez nous – voilà ce que je dis.

Question: Tohoku Electric a limité la quantité d’électricité qu’il achèterait aux producteurs d’énergie renouvelable. Comment voyez-vous la lourde tâche de briser les intérêts acquis ?

Sato: Mon père a commencé à court-circuiter les grossistes et détaillants pour vendre notre saké directement aux touristes à Kitakata. Cela a déclenché de terribles indignations chez les associations de grossistes et détaillants. Mais lorsque les clients, une fois acquis un désir pour nos produits, ont commencé à passer commande chez les détaillants, ces derniers , à la fin, ont bien du vendre nos produits. Une clientèle ne manquera jamais de se matérialiser si vous fabriquez des produits fins.

Question: Il y a un cercle croissant de personnes qui pensent comme vous. «Iitate Denryoku», une compagnie d’électricité solaire a été créée à Iitate en septembre 2014 avec vous comme vice président. Comment cela se passe-t-il ?

Sato: Un autre groupe de personnes à Tadami, préfecture de Fukushima, se prépare à créer une compagnie de production d’électricité, «Tadami Denryoku». Quatre des 17 communes de la région d’Aizu – Inawashiro, Bandai, Nishi-Aizu et Kita-Shiobara- ont décidé en Mars d’investir dans Aizu Denryoku.
Nous projetons de créer ce que nous pourrions appeler une « société anonyme de nature publique». Nous sommes toujours confrontés à de multiples défis, comme celui de la question des droits d’usage de l’eau. Dans les années à venir nous prévoyons de diffuser la création de microcentrales électriques qui vont utiliser l’eau des rivières et autres sources famillières; et l’utilisation de la biomasse en provenance du bois des forêts et d’autres sources.
Nous avons commencé par la production d’énergie solaire pour consolider les fondations de notre compagnie.

Question: Vous appelez tous les conseils municipaux d’Aizu à injecter du capital dans votre compagnie. Quel rôle attendez vous des municipalités ?

Sato: Un développement communautaire est en place pour les populations locales dans le secteur privé; et ce n’est pas quelque chose que les administrations sont censées prendre en charge.
Les administrations sont là pour sauvegarder ce que fait le secteur privé. Voilà comment les efforts pour promouvoir Kitakata, (comme) une ville d’entrepôts et une «ville de ramen» ont décollé et sont en bonne voie.

TOSHIHIDE UEDA – Asahi simbun du 1 mai 2015


L’article original en anglais

Notes:

Le journaliste n’a pas traduit «ramen» en anglais. Je n’en ai pas trouvé la signification. Si un lecteur la connait, je serai ravi qu’il nous en fasse part.

14 Décembre:
Merci à Mathieu qui nous fournit les indications pour comprendre la dernière phrase:

Les entrepôts, kura en japonais: ce sont des constructions destinées à stocker les choses précieuses de la maisonnée, ou bien les récoltes, des outils; les stocks des commerçants, même des munitions de l’armée etc… on en trouve donc de toutes tailles, en bois, en pierre etc…de la cabane de jardin au grand entrepôt. Les kura de Kitakata étaient réputés.
Détails sur les kura

Les Ramen : ce sont des plats de nouilles très prisés au Japon. Kitakata est aussi réputé pour ses restaurants de ramen.
La page de wikipedia sur Kitakata

La phrase reste un peu ambigüe; je pense que Mr SATO souhaite que Kitakana soit connu également pour autre chose que pour ses restaurants et ses nombreux et beaux entrepôts

En France aussi des citoyens prennent le problème en mains:
  • Voyez Enercoop une coopérative chez qui on peut acheter son électricité exclusivement propre et même être fournisseur
  • Voyez Énergie partagée qui a déjà 30 projets d’énergie citoyenne en France
  • Voyez cet article du monde
  • Des municipalités françaises sont déjà productrices d’énergie renouvelable

le 13 décembre 2015

L’information en français sur Fukushima:
La revue de presse hebdomadaire de PECTINE
Les Veilleurs de Fukushima
le site de l’ACRO
et bien d’autres que vous trouverez aux adresses ci-dessus
et dans la colonne de droite de cette page.

Les commentaires sont fermés.