Fukushima 3 ans: difficiles retours à la maison

Décision difficile entre:

  • les retards et imperfections de la décontamination (limitée aux abords des maisons)
  • la crainte des rayonnements pour sa famille (on reçoit jusqu’à 20 mSv/an)
  • des maisons en triste état après 3 ans d’absence
  • les champs et bois contaminés (la région est agricole: riz, fruits, légumes, forêts)
  • des services publics précaires (transports, hôpitaux, écoles…)
  • des commerces absents
  • retrouver un employeur, relancer son entreprise dans une région sinistrée,reprendre la culture de sa terre
  • l’arrêt des indemnisations 1 an après la levée de l’ordre d’évacuation.

Voici un petit résumé de deux articles de journaux japonais du 2 mars 2014:
l’ Asahi shimbun
le Mainichi
Suivi d’une video de Chiho Kaneko qui revient de Kawauchi

la carte de l'Asahi
Le gouvernement a différé de 1 an la levée de l’ordre d’évacuation dans 2 communes situées dans les zones « préparées pour la levée de l’ordre d’évacuation ».

Les zones ainsi désignées ont un niveau de radiation de 20 mSv/an ou moins.


Les travaux de décontamination sont en retard. Ce nouveau délai risque de dissuader encore plus d’évacués de rentrer à la maison et nuit au rétablisement des services.
Cela coûtera à TEPCO: le paiement des indemnisations se poursuit 1 an après la levée de l’ordre d’évacuation.
Katsuaro avait 1.359 habitants en 417 foyers.
A Iitate vivaient 5.210 personnes en 1.582 foyers.

Dans d’autres municipalités où le travail de décontamination est en retard les dates de retour pourraient également être repoussées.

Un officiel de Tamioka: «Les dates cibles de levée de l’ordre d’évacuation sont basées sur des bases fragiles et sans solidité»

La gestion des indemnisations est difficile:

Les résidents de Okuma et Futaba (zone d’exclusion)reçoivent des indemnités identiques
Par contre la commune de Tamioka est divisée en 3 zones, ce qui fait que les habitants se plaignent des différences entre les indemnisations.

Choichi Wanatabe, 67 ans, dans une réunion à Tamioka:
La plupart des habitants ont abandonné l’idée d’un retour. Je ne peux pas comprendre pourquoi il y a différents niveaux d’indemnisation.
Sa maison n’est plus habitable car le toit fuit et l’humidité a abimé les combles et les sols (les tatamis).

A Tamioka la date la plus proche envisagée pour le retour est Avril 2017.
Seulement 12% des habitants veulent rentrer chez eux.
Les indemnités cesseront 1 an après la levée de l’ordre d’évacuation. Ceux qui ne rentreront pas chez eux n’auront plus d’aides.

A HIRONO, la levée de l’ordre d’évacuation a été faite en septembre 2011.
Les indemnités mensuelles de 100.000 Y (716 € par personne) ne sont plus versées depuis Août 2012.
Seulement 1.300 des 5.200 habitants ont regagné leur maison.

A KAWAUCHI, 20 km de la centrale, le retour des habitants n’a pas avancé non plus. Le maire a demandé au gouvernement de continuer le versement des indemnités et de prendre d’autres mesures.

Voyez le compte-rendu de la visite que Chiho Kaneko vient de faire à Kawauchi

merci à KNA pour le sous-titrage français
https://youtu.be/Nd40v6UjerU

le 04 Mars 2014


Les commentaires sont fermés.