Mar 10

Fukushima, 7 ans après : 159 cas de cancer thyroïdien confirmés et 35 enfants en attente d’une opération

Résumé de l’article du Dr Rosen, IPPNW Allemagne du 07mars 2018
https://www.ippnw.de/atomenergie/artikel/de/schilddruesenkrebs-in-fukushima-7-ja.html

Le 25 décembre 2017, l’Université de Médecine de Fukushima (la FMU) a publié les derniers chiffres des tests thyroïdiens en cours. Les données comprennent les chiffres allant jusqu’à la fin de septembre 2017.
On en est à la troisième série de dépistage qui a démarré en mai 2016 et devrait se terminer à la fin mars 2018.
Au total, 159 cas de cancer sont confirmés, 35 enfants attendent toujours la chirurgie.
Ils ont été opérés à cause d’une croissance rapide de la tumeur, des métastases ou parce qu’elle menaçait des organes vitaux.

Selon la base de données du Registre du cancer japonais, le taux d’incidence du cancer de la thyroïde de l’enfant était avant la catastrophe nucléaire autour de 0,35 pour 100.000 enfants par an.
Avec une population pédiatrique d’environ 360.000 enfants, la préfecture de Fukushima aurait attendu environ un seul nouveau cas de cancer de la thyroïde de l’enfant chaque année.

…..

On observe aujourd’hui clairement une répartition géographique des cas de cancers. La FMU a longtemps éludé cet aspect, ce qui lui permettait de nier un éventuel rapport entre la fusion des cœurs des réacteurs de Fukushima et l’élévation des taux de cancers de la thyroïde.

Voici la carte des zones où ont eu lieu les examens
«13 communes évacuées», c’est la zone la plus proche de la centrale

carte des zones

Les dépistages durent deux ans et les dates des différentes séries de dépistage se chevauchent dans le temps; cela complique bien sûr la lecture et l’interprétation des résultats. Mais en décembre la FMU a présenté un tableau avec des données « nettoyées » qui étaient censées prendre en compte justement la différence temporelle entre les différents dépistages:

Cas de cancer ou de suspicion de cancer
détectés chez les participants aux deux premiers tours, classés par zone – 30 juin 2017
.
Extrait du tableau en allemand du Dr Rosen
tableau d’origine en japonais:
https://www.pref.fukushima.lg.jp/uploaded/attachment/244313.pdf

13 municipalités évacuées Nakadori Hamadori Aizu Total
population cible 49.454 207.165 72.871 51.766 381.256
Nb participants aux deux tours 32.006 140.582 46.406 27.693 246.687
Âge moyen 11,8 11,9 12,6 12,3
% filles 50,3 49,5 50,0 49,6 49,7
Nb cas de cancer ou suspicion pour 100.000 enfants 53,1 27,7 21,5 14,4 28,4
Nb cas de cancer ou suspicion /100.000 et /an 21,4 13,4 9,9 7,7 13,4

Avant Fukushima l’incidence du cancer de la thyroïde des enfants au Japon était de 0,35 cas par an pour 100.000 enfants.

Ce résultat est extrêmement significatif et il ne peut pas s’expliquer ou être relativisé par un effet de dépistage, car les résultats des premiers examens de tous les patients sont très clairs. [les cancers découverts lors des deuxième et troisième dépistages touchent des gens qui n’avaient pas de cancer lors du premier dépistage].

C’est aussi la première fois que la FMU inclut dans sa présentation des résultats les données officielles sur l’incidence du cancer de la thyroïde (c’est-à-dire le taux annuel de nouvelles victimes sur 100 000 enfants).

Voici la répartition géographique des cas.
On voit que plus on se rapproche de la zone de l’accident nucléaire (les 13 communes évacuées) plus il y a de jeunes atteints

Répartition géographique des ca

Tout est fait pour dévaluer l’étude sur la thyroïde

Ces données semblent gêner les responsables de la FMU. Il est vrai qu’elles contredisent la thèse soutenue depuis le début de la catastrophe nucléaire selon laquelle les multiples fusions des cœurs n’auraient provoqué aucune augmentation des cancers. Depuis le début, la FMU subit de fortes pressions de la part d’un gouvernement central pronucléaire et de l’industrie nucléaire toute-puissante dans le pays. La FMU reçoit aussi des soutiens financiers et logistiques du lobby international de l’atome, en l’occurrence l’AIEA, qui participe à l’organisation de l’étude sur les cancers de la thyroïde. Tout ceci remet en cause l’indépendance scientifique de la FMU. De nombreux observateurs et journalistes au Japon critiquent actuellement les efforts de la FMU pour réduire les tests de thyroïde et éventuellement y mettre fin.

Ainsi, à partir de l’âge de 25 ans, l’intervalle entre les séries de tests passerait de 2 à 5 ans, contrairement aux annonces et aux plans initiaux. On sait également depuis un certain temps que des membres de la FMU vont dans les écoles pour y informer les enfants de leur „droit de non-participation“ et de leur „droit de ne pas savoir“. Récemment est aussi apparue sur les formulaires une option „opt-out“, c’est-à-dire la possibilité de ne pas faire partie du dépistage. Ceci est assez remarquable, car la participation est de toute façon volontaire et aujourd’hui entre 20 et 30 % des enfants de la cohorte de test ne participent déjà pas aux tests. On peut aussi critiquer le fait que les coûts des tests après 18 ans ne soient plus complètement pris en charge, ce qui signifie que ce sont les patients et leur famille qui doivent les assumer.
On peut présumer que le but de la FMU est de réduire encore les quotas de participation et en déformant systématiquement les résultats des tests, de vider à long terme l’ensemble de l’étude de sa valeur. Une conséquence qui ne serait pas pour déplaire à l’industrie nucléaire japonaise.

Des cas de cancer passés sous silence

Ces deux cas de manipulation de données particulièrement évidents montrent combien il est difficile de faire confiance aux chiffres officiels:
Au début 2017, la famille d’un enfant victime d’un cancer de la thyroïde a dénoncé publiquement que le cas de leur enfant n’était pas inclus dans les données officielles de la FMU. Les responsables de l’étude ont soutenu que le diagnostic de leur enfant n’émanait pas de chez eux, mais d’une clinique partenaire à laquelle le jeune garçon avait été adressé pour approfondir le diagnostic et suivre la thérapie. Le fait que le garçon ait vécu à Fukushima au moment de l’accident nucléaire, qu’il ait pris part au dépistage de la FMU et qu’il ait dû être opéré suite à un cancer de la thyroïde nouvellement diagnostiqué, tout cela n’a pas été considéré comme pertinent pour les responsables de l’étude.
À la fin décembre, un autre cas de cancer thyroïdien, qui ne figurait pas parmi les statistiques officielles de la FMU, a été signalé. Le patient vivait certes dans la préfecture de Fukushima au moment de la fusion des cœurs et il a participé au premier dépistage de l’Université, mais comme il avait été évacué de sa ville natale, Koriyama, le diagnostic de cancer de la thyroïde et l’opération ont eu lieu en-dehors de la préfecture et n’ont de ce fait pas été inclus dans les statistiques officielles.

Combien d’autres cas de cancers thyroïdiens touchant des enfants n’ont pas été signalés non plus, combien de cas se sont produits en-dehors de la préfecture ou chez des gens qui au moment de l’accident avaient déjà plus de 18 ans, tous ces cas ne font l’objet d’aucune recherche scientifique et on peut présumer qu’on ne les connaîtra jamais.

Le droit à la santé

En conclusion nous observons à Fukushima une hausse significative des taux de nouveaux cas de cancer de la thyroïde chez les enfants et qu’en raison de la dépendance particulière des responsables de l’étude vis-à-vis du lobby nucléaire et du biais restrictif de l’étude, ces chiffres pourraient en même temps être systématiquement sous-estimés.

En outre, on peut attendre une augmentation d’autres sortes de cancer et d’autres maladies qui sont provoquées ou influencées de manière négative par les radiations ionisantes. Les tests thyroïdiens de la FMU représentent les seuls tests scientifiques en série qui puissent donner des résultats pertinents sur les conséquences sanitaires de la catastrophe nucléaire de Fukushima. Et ils courent actuellement le risque d’être dévalorisés par les partisans de l’énergie nucléaire.

Les Japonais ont comme tous les humains un droit à la santé et un droit à l’information. Les tests thyroïdiens chez les enfants ne sont pas seulement bénéfiques aux patients dont les cancers sont détectés de manière précoce et peuvent ainsi être traités, mais servent l’intérêt de l’ensemble de la population qui a subi les effets des radiations libérées lors de l‘accident. La poursuite des tests thyroïdiens dans le respect des règles et leur accompagnement scientifique sont donc d’intérêt public et ne doivent en aucun cas être entravés par des motifs politiques ou économiques.
Dr Alex Rosen, médecin, président de l’IPPNW Allemagne
le 7 mars 2018

l’article original:
https://www.ippnw.de/atomenergie/artikel/de/schilddruesenkrebs-in-fukushima-7-ja.html
Traduction et résumé: www.fukushima-is-still-news.com et www.vivre-apres-fukushima.fr


Notes:

1 – www.fukushima-is-still-news nous signale:
Un article publié le 6 mars 2018 dans le Mainichi Shimbun indique que le nombre d’enfants de Fukushima atteints de cancer de la thyroïde est de 160, un dernier cas ayant été rajouté aux résultats de décembre 2017 susmentionnés. Voir :

http://www.fukushima-is-still-news.com/2018/03/160-cases-of-thyroid-cancers-among-fukushima-children.html

2 – Une précision sur les cas « suspectés »:
les cas suspectés sont ceux qui n’ont eu qu’un prélèvement à l’aiguille fine; avec un résultat suffisamment suspect pour justifier l’intervention chirurgicale
les cas confirmés sont ceux dont l’examen anatomo-pathologique de la pièce opératoire a certifié la nature cancéreuse.
D’après la Faculté de Fukushima il n’y a eu qu’une erreur : un cas suspect à l’examen à l’aiguille qui s’est révélé bénin à l’examen de la pièce chirurgicale.

le 10 mars 2018
mis à jour le 11 mars 2018


Mar 03

Rechutes du cancer de la thyroïde chez certains enfants de Fukushima

Une fondation privée qui aide des enfants atteints du cancer de la thyroïde de Fukushima a constaté 8 cas de rechute sur les 84 enfants pris en charge.

Voici le compte-rendu d’une émission de la chaine de télévision NHK japonaise.
https://www3.nhk.or.jp/nhkworld/en/news/20180301_24/
01 mars 2018

Une fondation privée qui offre une assistance financière aux jeunes atteints d’un cancer de la thyroïde suite à l’accident nucléaire de Fukushima, a demandé une surveillance détaillée pour ceux qui ont rechuté.

Le «Fonds du 3.11 pour les enfants atteints de cancer de la thyroide» (3.11 Fund for children with thyroidcancer) appelle à une nouvelle réunion à Tokyo jeudi prochain.
Le nom de cette fondation se réfère au 11 mars 2011 où un tsunami provoqué par un fort tremblement de terre a ravagé une centrale nucléaire dans la préfecture de Fukushima.

Une étude menée par la fondation a montré que le cancer a rechuté chez 9,5 % ,
soit 8 sur 84 enfants atteints de cancer de la thyroïde après l’accident. Ils ont dû de ce fait subir une seconde opération.

La fondation révèle que ces 8 enfants étaient âgés entre 6 et 15 ans au moment de l’accident, il y a 7 ans. Leur cancer a rechuté 28 mois en moyenne après la première intervention chirurgicale. Une fois, la rechute s’est produite juste 1 an après l’intervention.

La préfecture de Fukushima a propose un dépistage du cancer de la thyroïde aux habitants qui avaient 18 ans ou moins au moment de l’accident.

La Fondation 3.11 a souligné que le comité d’experts conseillant le gouvernement préfectoral n’a pas abordé la question des rechutes chez les jeunes patients atteints de cancer de la thyroïde.
La directrice de la fondation, Hisako Sakiyama, a déclaré que pour avoir une idée claire des effets sur la santé de l’accident nucléaire, il est important de poursuivre le dépistage en accordant une attention particulière aux rechutes.

la présidente de l'association

Voir l’article de la NHK en anglais
https://www3.nhk.or.jp/nhkworld/en/news/20180301_24/


Note:

L’université médicale de Fukushima, chaperonnée par l’AIEA (Agence internationale pour l’Énergie atomique, un département de l’ ONU) prétend depuis plusieurs mois que ces examens de dépistage des cancers de la thyroïde sont inutiles, exagérés et qu’ils provoquent des traitements inutiles. Et effectivement on ne voit jamais mentionnée la surveillance de rechutes de ces cancers, ce qui est élémentaire sur le plan médical.

Voir l’article «Fukushima: Le dépistage des cancers de la thyroïde serait déraisonnable»du 22 août 2016.
https://www.vivre-apres-fukushima.fr/fukushima-le-depistage-des-cancers-de-la-thyroide-serait-deraisonnable/

Le 03 mars 2018


Mise à jour le 03 mars 2014:
On savait déjà que ces cancers n’étaient pas les cancers anodins auxquels le village nucléaires tente de nous faire croire
Déjà en octobre 2016, le Dr Rosen de l’IPPNW signalait la fréquence des cancers envahissants d’emblée:
Parmi ces enfants, 136 ont dû être opérés parce qu’ils présentaient des métastases dans les ganglions lymphatiques (22,4 %), des métastases distantes (2,4 %) ou une croissance dangereuse de leur tumeur (pourcentage inconnu) : 102 enfants (premier dépistage) et 34 enfants (second dépistage) ont ainsi été opérés.
https://www.vivre-apres-fukushima.fr/fukushima-5-ans-apres-nouveaux-resultats-concernant-les-cancers-de-la-thyroide/


Jan 22

Essais nucléaires en polynésie: les petits-enfants oubliés de la bombe

Une étude révélée par « Le Parisien »
Suliane Favennec
http://www.leparisien.fr/faits-divers/essais-nucleaires-en-polynesie-les-petits-enfants-oublies-de-la-bombe-20-01-2018-7512900.php

L’étude menée par le Dr Christian Sueur sur des enfants polynésiens dont les grands-parents ont travaillé sur les sites des explosions atomiques atmosphériques est alarmante

C’est un rapport qui dérange. Les essais nucléaires atmosphériques qui ont eu lieu, entre 1966 et 1974, en Polynésie française, ont-ils eu des répercussions génétiques sur les descendants des vétérans du Centre d’Essais du Pacifique (CEP) ayant participé à ces essais, et plus largement sur les populations locales ? C’est ce que laisse entendre le rapport alarmant du Dr Christian Sueur, responsable jusqu’en décembre 2017 de l’unité de pédopsychiatrie du Centre Hospitalier de Polynésie française. Dans ce document que nous avons pu nous procurer, ce praticien, retourné en poste en Métropole depuis janvier, relève des anomalies morphologiques parfois couplées à des retards mentaux chez de nombreux enfants.

Les observations du docteur Sueur sont le fruit d’un travail de consultation et de recherche clinique, mené entre 2012 et 2017. Un travail réalisé à Tahiti, et dans cinq archipels, en particulier aux îles des Tuamotu-Gambier, l’une des zones les plus touchées par les retombées radioactives des 46 essais atmosphériques polynésiens menés durant huit ans à Mururoa et Fangataufa.

Déficiences génétiques

271 enfants ont consulté pour des troubles envahissants du développement (TED)*. Parmi ces jeunes patients, 69 d’entre eux ont également développé des anomalies morphologiques et/ou des retards mentaux. Dans son rapport, le praticien relève des pathologies liées à des déficiences génétiques, susceptibles d’avoir été provoquées par des retombées radioactives sur les « cellules germinales » des grands-parents, avant de se transmettre sur plusieurs générations. La grande majorité de ces enfants ont en effet des aïeux qui ont travaillé sur place à l’époque des essais nucléaires et dont les parents sont nés à cette période. Fait troublant, plus de 70 % de ces enfants ont des parents mais aussi des frères et sœurs qui ont développé des pathologies telles que leucémies, cancers du rein ou de la thyroïde. Autant de pathologies radio-induites, c’est-à-dire des maladies considérées comme pouvant être liées aux retombées radioactives.

Certaines données relevées dans ces îles des Tuamotu-Gambier posent question. À Tureia, atoll habité le plus proche de Mururoa et touché par 39 retombées radioactives, un enfant sur 4 est atteint d’un cancer de la thyroïde, de jeunes adultes sont décédés à la trentaine ou ont développé des pathologies héréditaires. Sur près de 300 habitants, le docteur Sueur a relevé une vingtaine de pathologies possiblement radio-induites, soit une morbidité d’une personne sur 5. À Reao, où vivent 369 habitants, près de 10 % de la population est touchée par une maladie radio-induite.

carte des retombées

document Le Parisien

Les responsables politiques alertés en vain

Étonné par cette concentration de cas dans une population infanto-juvénile sur une zone restreinte, Le Dr Sueur a alerté de cette situation il y a quelques années auprès des autorités polynésiennes et a interpellé les différents ministres de la Santé qui se sont succédés au sein du gouvernement polynésien. Sans effet.

Si des scientifiques se sont déjà intéressés aux différents cancers en Polynésie française, rares sont ceux qui se sont penchés sur la question des anomalies génétiques ou morphologiques chez les enfants. Dès 2012, le pédopsychiatre a travaillé sur le lancement d’un programme de recherche avec l’aide de Bruno Barrillot, délégué du comité du suivi des conséquences des essais nucléaires. Ceci jusqu’au décès de ce dernier en mars 2017.

L’idée des deux experts était de lancer une recherche épidémiologique chez les anciens travailleurs du CEP et leurs descendants (première et deuxième génération) mais aussi au sein de la population de la Polynésie française. En effet, selon des documents secret-défense déclassifiés en 2013, le territoire aurait été survolé dans son ensemble par les nuages radioactifs.

*Les troubles envahissants du développement peuvent se traduire par différentes pathologies : autisme, syndrome de Rett, syndrome d’Asperger, dysharmonies d’évolution.

«Le parisien» du 20 janvier 2018
Suliane Favennec
http://www.leparisien.fr/faits-divers/essais-nucleaires-en-polynesie-les-petits-enfants-oublies-de-la-bombe-20-01-2018-7512900.php


Notes:

Dommage que l’étude envisagée par le Dr Sueur et Bruno Barillot ait été bloquée.

Comme prévisible,le service de santé des armées critique l’étude qu’il juge «excessive». Mais dès les premières lignes de la réponse des militaires on peut lire: « Nous ne menons aucune étude sur ces enfants……»
a lire ici:
http://www.leparisien.fr/faits-divers/essais-nucleaires-en-polynesie-l-armee-francaise-conteste-l-etude-du-docteur-sueur-21-01-2018-7513143.php

«Nous avons servi de cobayes» : témoigne le père d’une enfant atteinte de troubles du développement
http://www.leparisien.fr/faits-divers/polynesie-nous-avons-servi-de-cobaye-a-l-epoque-des-essais-nucleaires-21-01-2018-7513140.php

Entretien avec le Dr Sueur qui avait commencé à organiser avec Bruno Barillot (délégué du comité du suivi des conséquences des essais nucléaires, décédé en mars 2017) une étude poussée, en liaison avec des scientifiques japonais.Projet stoppé :
http://www.leparisien.fr/faits-divers/essais-nucleaires-en-polynesie-un-medecin-denonce-une-omerta-21-01-2018-7513137.php

Le blog du Dr Christian Sueur:
https://blogs.mediapart.fr/christian-sueur/blog/050811/les-essais-nucleaires-francais-dans-le-pacifique-n-etaient-pas-prop

La définition des «troubles envahissants du développement» par la haute Autorité de santé française:
https://www.has-sante.fr//portail/upload/docs/application/pdf/2010-03/autisme_et_autres_ted_etat_des_connaissances_resume.pdf

Le 22 janvier 2018


Déc 07

Augmentation de la mortalité périnatale dans les préfectures contaminées par l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima.

Une étude dans le temps et l’espace publiée par la revue MEDICINE
– Hagen Heinrich Scherb, Dr rer nat Dipl-Math (Allemagne)
– Kuniyoshi Mori, MD (Japon)
– Keiji Hayashi, MD (Japon)

Résumé

Des études descriptives par observation (Descriptive observational studies) ont montré une évolution à la hausse de la mortalité périnatale européenne séculaire après Tchernobyl.
L’accident de la centrale nucléaire de Fukushima a-t-il entraîné des phénomènes similaires au Japon ? C’est la question que nous posons ici
.

Le gouvernement japonais a publié pour la période 2001-2014 des statistiques mensuelles pour 47 préfectures représentant 15,2 millions de naissances. 69.171 cas de mort périnatale du foetus ou du nouveau-né ont été enregistrés entre la fin de la 22ème semaine de grossesse et 7 jours révolus après la naissance.

Afin d’évaluer et de vérifier la part de l’augmentation des taux de mortalité périnatale attribuable au tremblement de terre, au tsunami ou à l’exposition aux rayonnements, nous avons appliqué une méthode dite de variation du point (change-point) permettant de détecter les modifications des variables dans le temps. Nous avons aussi analysé l’évolution dans le temps de la mortalité périnatale dans les préfectures japonaises classées par ordre d’exposition aux rayonnements.

Les zones présentant des niveaux de rayonnement modérés à élevés ont été comparées à des zones moins exposées et non affectées; de même les zones fortement contaminées ont été comparées selon qu’elles ont été touchées ou pas par le tremblement de terre et le tsunami.

Dix mois après le tremblement de terre,le tsunami et l’accident nucléaire qui a suivi, la mortalité périnatale dans 6 préfectures gravement contaminées a fait un bond à partir de janvier 2012: rapport de probabilité du saut de 1,156; Intervalle de confiance à 95% (1,061, 1,259), valeur P 0,0009.

Il y a eu de légères augmentations dans les zones exposées à des niveaux de contamination modérés et aucune augmentation dans le reste du Japon.

Dans les zones fortement contaminées, l’augmentation de la mortalité périnatale 10 mois après Fukushima n’est pas liée au nombre de morts et de disparus dus au tremblement terre et au tsunami.

Dans les zones contaminées par des substances radioactives, la mortalité périnatale a commencé d’augmenter 10 mois après l’accident nucléaire par rapport à la baisse séculaire stable existante. Ces résultats concordent avec les constatations en Europe après Tchernobyl.

Cependant, cette étude – comme d’autres du même type – ne peut qu’émettre des hypothèses sans pouvoir établir un véritable lien de causalité, du fait de facteurs inconnus et non contrôlés ou de facteurs de confusion. De ce fait, il est nécessaire et urgent d’intensifier les recherches dans diverses disciplines scientifiques; pour mieux qualifier et quantifier le rapport entre les radiations naturelles et artificielles de l’environnement et les effets nuisibles sur la santé génétique de la population.


L’article original publié dans le journal «Medicine»:
Scherb et al, “Increases in perinatal mortality in prefectures contaminated by the Fukushima nuclear power plant accident in Japan: A spatially stratified longitudinal study.” Medicine; 2016 Sep; 95(38).
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5044925/pdf/medi-95-e4958.pdf
http://ebm-jp.com/wp-content/uploads/media-2016002-medicine.pdf


Note:

– Les méthodes statistiques ne sont pas capables d’identifier la cause de cette augmentation de la mortalité périnatale. Concernant les problèmes de santé, le lobby nucléaire en profite pour nier tout lien avec l’exposition aux rayonnements nucléaires. Et de ce fait il incite les gouvernements à renvoyer les populations déplacées, y compris enfants et femmes enceintes, dans des zones toujours contaminées.
La statistique a ses limites mais cela ne dispense pas d’utiliser notre intelligence.

Le 7 Décembre 2017


Août 18

Radiations Ionisantes: les normes de radioprotection doivent être améliorées

Des médecins et des scientifiques lancent une alerte au sujet des risques sur la santé des radiations ionisantes.
Même de faibles doses d’environ 1 millisievert (mSv) augmentent le risque de faire se développer des maladies radio-induites.
Il n’y a pas de seuil en dessous duquel les radiations pourraient être considérées comme inoffensives.

Résumé d’une réunion d’experts à Ulm (Allemagne) le 19 octobre 2013

Le 19 octobre 2013, les membres allemands et suisses de « International Physicians for the Prevention of Nuclear War» (IPPNW – médecins du monde pour la prévention de la guerre nucléaire) ont invité des médecins et des scientifiques dans les domaines de la radiobiologie, épidémiologie, statistique et physique à une réunion d’experts à ULM, la ville natale d’Einstein. Les participants ont discuté des connaissances  actuelles concernant les effets sur la santé des radiations ionisantes, spécialement dans le domaine des faibles doses.

Le groupe d’experts a conclu qu’une révision des normes de radio-protection actuelles est essentielle, de façon qu’elles reflètent le niveau actuel des connaissances scientifiques. Les radiations ionisantes sont capables de causer des effets préjudiciables à la santé; certains peuvent être prévus et quantifiés grâce à l’utilisation de modèles épidémiologiques.

Dans le passé, la détermination des risques sanitaires des radiations ionisantes a été basée sur des études concernant les survivants des bombardements de Hiroshima et Nagasaki. Ce groupe de référence ne peut plus être considéré comme approprié à la lumière des nouvelles preuves statistiques. Même de très faibles doses de radiations sont susceptibles de provoquer des maladies.

Voici les conclusions du symposium d’ULM:
  • 1. Même le rayonnement naturel de fond a des effets néfastes qui sont mesurables ;
  • 2. L’usage des radiations en vue de faire des diagnostics médicaux a des effets néfastes sur la santé qui sont mesurables ;
  • 3. L’usage de l’énergie nucléaire et les tests d’armes nucléaires ont des effets néfastes sur la santé qui sont mesurables ;
  • 4. L’utilisation du concept de dose collective dans les études épidémiologiques permet de prédire et quantifier de façon fiable les risques pour la santé des faibles doses de radiations.
  • 5- L’usage par la CIPR de baser les facteurs de risques pour les faibles doses de radiations sur l’examen des survivants de Hiroshima et Nagasaki doit être considéré comme périmé.
  • 6. Une amélioration de la radioprotection basée sur la notion de risque est nécessaire. Elle doit être combinée à l’application rigoureuse de l’impératif de minimisation de l’exposition aux radiations.
1. Même le rayonnement naturel
a des effets néfastes mesurables sur la santé.

Même les faibles doses du rayonnement naturel (radiations d’origine terrestre et cosmique, radon inhalé et ingestion de radioisotopes naturels), ont des effets néfastes sur la santé qui peuvent être mesurés par les études épidémiologiques. C’est donc une tromperie d’affirmer que l’exposition aux radiations peut être considérée sans danger tant qu’elle elle se trouve au niveau des doses de la radiation de fond « naturelle ». 1-17

2. L’usage des radiations en vue de faire des diagnostics médicaux a des effets néfastes sur la santé qui sont mesurables

Il a été mis en évidence que le scanner et les examens radiologiques conventionnels provoquent une augmentation des cas de cancer (surtout cancer du sein, leucémie, cancer de la thyroïde et tumeurs du cerveau). Le risque est plus grand chez les enfants et les adolescents que chez les adultes et l’embryon est le plus vulnérable de tous. 18-40

Limiter l’usage des rayons à usage diagnostique et l’usage de la médecine nucléaire aux cas d’absolue nécessité est recommandé de façon urgente. Il faudrait adhérer à des règles strictes pour l’usage des scanners et n’utiliser que des CT scanners [Computed tomography=tomodensitomètre appelés simplement scanners -ndt] à basse émission de radiations. Chaque fois que c’est possible les ultrasons et l’imagerie par résonnance magnétique devraient être préférés.

Certains groupes de population ont un risque augmenté de développer un cancer suite à l’exposition aux radiations, par exemple les femmes qui ont une prédisposition génétique au cancer du sein. Par conséquent il est recommandé que les femmes avec un tel risque ne soient pas incluses dans les dépistages utilisant les rayons X. 41-45

3. L’usage de l’énergie nucléaire et les tests d’armes nucléaires ont des effets néfastes sur la santé qui sont mesurables

Du fait de l’usage des armes nucléaires (plus de 2.000 tests) et de graves accidents nucléaires, de grandes quantités de radionucléides ont été relâchées et largement dispersées ; elles exposent une grande partie de la population mondiale à une exposition accrue aux radiations. Les études épidémiologiques effectuées chez les populations concernées, autour des sites des tests d’armes nucléaires du Nevada et de Semipalatinsk et dans les régions affectées par le désastre de Tchernobyl et de Fukushima, montrent une augmentation de la morbidité et de la mortalité. 46-54
Même les opérations de routine des centrales nucléaires ont des effets néfastes sur la santé de la population environnante. Dépendant de la distance, une augmentation des cas de leucémies et d’autres sortes de cancers a été constatée chez les enfants de moins de 5 ans dans l’environnement des centrales nucléaires. (Actuellement, la preuve la plus forte se trouve en Allemagne, avec des résultats concordants dans des études en Suisse, en France et au Royaume-Uni.) 55-59

Chez les travailleurs exposés professionnellement aux radiations ionisantes, on constate une élévation significative des cas de cancer, en comparaison avec les autres groupes même si la dose limite officielle n’a pas été dépassée.
La santé de leurs enfants est plus altérée que celle des autres enfants. 60-64
Chez les employés des compagnies minières d’uranium et des sites de production d’armes atomiques, on observe une augmentation des leucémies lymphoïdes chroniques. 65-68
Des leucémies et beaucoup d’autres types de cancers ont été provoqués par de faibles doses de radiations ionisantes, dans les régions dont le rayonnement de fond a augmenté suite aux tests des armes nucléaires, aux accidents nucléaires, ou du fait d’examens de diagnostic médical et d’exposition professionnelle. 69-92

Suite à l’exposition à de faibles doses d’Iode radioactif, des maladies de la thyroïde dont des cancers ont été observées chez des enfants, des adolescents et des adultes. 93-99
De plus, de faibles doses de radiations ionisantes provoquent des maladies graves non malignes telles que des méningiomes et autres tumeurs bénignes, des maladies ou dysfonctionnements cardiaques, cérébro-vasculaires, respiratoires, gastrointestinaux et endocriniens ; et aussi des troubles psychiatriques et des cataractes.100-113

Des études ont pu montrer que, in utero et chez les enfants, l’exposition du cerveau aux radiations ionisantes provoque une diminution du développement cognitif. Les sources possibles de radiations sont, parmi d’autres, les rayons X pour diagnostic, les radiothérapies et l’exposition aux radiations due aux accidents nucléaires. 114-116

Suite aux accidents nucléaires, des effets tératogènes ont été observés tant chez les animaux que chez les humains, même chez ceux qui n’ont été exposés qu’à de faibles niveaux de radiations. 117-120
Certains effets génétiques peuvent déjà être observés dans la première génération de descendants, d’autres ne commencent à apparaître que dans les générations suivantes. Les affections tardives peuvent de ce fait être difficiles à confirmer.
De nombreuses études ont été menées dans les « zones mortes » de Tchernobyl et Fukushima sur des animaux dont les générations se succèdent rapidement ; elles ont montré de sévères anomalies génétiques en rapport avec le niveau de radiation dans leur habitat.

Chez les humains, de telles anomalies ont depuis longtemps été observées suite à une exposition à des doses faibles.
Des effets transgénérationnels des radiations, c’est-à-dire génétiquement fixés, ont été souvent documentés par exemple chez les enfants des liquidateurs de Tchernobyl. 121-128. De nombreuses autres études suggèrent également que les radiations ionisantes provoquent des dommages génétiques ou épigénétiques sur le long terme. 129-146

4.L’utilisation du concept de dose collective dans les études épidémiologiques permet de prédire et quantifier de façon fiable les risques pour la santé des faibles doses de radiations.

Le concept de dose collective est, dans l’état actuel des connaissances, le moyen le plus sûr d’évaluer quantitativement les risques stochastiques des radiations. D’importantes études cliniques nouvelles confirment le modèle linéaire sans seuil ; ce modèle établit qu’il n’y a pas de seuil au-dessous duquel les radiations n’auraient pas d’effets sur la santé. 147,148

En utilisant le concept de dose collective qui prend en considération les études scientifiques actuelles, voici les facteurs de risque (Excès absolu de risque, EAR) qui devraient être appliqués :

Un facteur de risque de 0,2/Sv devrait être utilisé pour prévoir la mortalité par cancer et de 0,4/Sv pour prévoir l’incidence des cancers. 149-151
Le comité scientifique de l’ONU pour les effets des radiations atomiques (UNSCEAR) et la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) utilisent encore des facteurs de risque bas, soit 0,05/Sv pour la mortalité par cancer et 0,1/Sv pour l’incidence des cancers. Cependant, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), dans son évaluation de 2013 sur les risques pour la santé à Fukushima, a reconnu que les facteurs de risque de la CIPR devraient être doublés. 152

Les facteurs de risque ci-dessus s’appliquent à une population exposée dont les âges ont une distribution standard. Cependant, selon la CIPR, la sensibilité aux radiations ionisantes des jeunes enfants (moins de 10 ans) et des fœtus est trois fois plus élevée que celle des adultes. 153-155

Les facteurs de risque pour la prédiction de l’incidence et de la mortalité des affections non malignes (maladies non cancéreuses), spécialement les affections cardiovasculaires, sont du même ordre que celles des affections malignes. 156-157

Il serait souhaitable que l’OMS et les institutions nationales de radioprotection adoptent les facteurs de risque mentionnés ci-dessus comme base pour l’évaluation des risques après les accidents nucléaires.

5. L’utilisation par la CIPR [Commission internationale de protection radiologique] des études sur les survivants de Hiroshima et Nagasaki comme base pour déterminer les risques des faibles doses de radiations doit être considérée comme une pratique périmée.

Dans leurs études, les institutions comme la CIPR ont utilisé comme référence les survivants des bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki pour la prédiction des effets des radiations.
La prédiction du risque sur cette base n’est pas transférable à d’autres populations exposées sur une longue période à des niveaux croissants de radiations, pour les raisons suivantes :

Les survivants japonais ont été exposés brièvement à des radiations gamma pénétrantes à haute énergie. Les recherches radiobiologiques ont montré qu’une telle exposition est moins nuisible pour les tissus qu’une irradiation interne Alpha ou Beta consécutive à l’incorporation de radionucléides.
La même chose vaut pour l’exposition à long terme à des rayons X ou des rayons Gamma issus de sources naturelles ou artificielles, à des niveaux comparables à la radiation normale de fond. 158-159

Les radiations délivrées par les bombes nucléaires ont un niveau de dose extrêmement élevé. Antérieurement, il était accepté que la mutagénicité serait donc dans ce cas plus élevée que pour de faibles doses. Actuellement la CIPR prétend que cette assertion tient toujours et elle divise dans ses calculs le risque de développer des cancers par un facteur 2.
Les études sur des cohortes de travailleurs exposés professionnellement contredisent cette affirmation et l’OMS ne voit plus de justification pour diviser ce facteur de risque par deux. 160-161

Les doses de radiations reçues du fait des retombées radioactives et de l’activation neutronique n’ont pas été prises en compte par la RERF (Radiation Effects Research Fondation), malgré le fait qu’elles ont causé des effets signifiants sur les survivants de Hiroshima et Nagasaki. Les effets réels des radiations s’en sont donc trouvés sous-estimés. 162

Du fait que le RERF n’a commencé ses travaux qu’en 1950, il manque d’importantes données sur les 5 premières années qui ont suivi le bombardement nucléaire. Il faudrait donc reconnaître que l’évaluation des effets tératogéniques et génétiques, ainsi que celle des cancers avec une courte période de latence est incomplète.
Du fait de la situation catastrophique après les bombardements de Hiroshima et Nagasaki, il faut admettre de considérer les survivants comme une cohorte sélectionnée de gens spécialement résistants («la survie du plus apte»). Par conséquent ces études n’étaient pas représentatives d’une population normale. Ce biais de sélection a provoqué une sous-estimation d’environ 30% du risque des radiations. 163

Les survivants des bombardements nucléaires étaient ostracisés par la société japonaise. Il est fort probable que les informations concernant l’origine de la famille ou la morbidité des descendants aient été cachées ou falsifiées pour ne pas mettre en danger, par exemple les chances de mariage et l’intégration sociale des enfants. 164

Note des éditeurs:

Les facteurs de risque utilisés dans le concept de dose collective décrivent la probabilité que des cas supplémentaires de maladie, supérieurs aux taux de cancers spontanés, se produisent, que la carcinogénèse provoquée par les radiations, l’incidence ou la mortalité du cancer, s’accroissent au dessus de la ligne de base d’une population donnée.
Habituellement cet Excès Absolu de Risque (EAR) est représenté par l’unité 1/Sv. Un facteur de risque (EAR) de 0,2/Sv pour la mortalité par cancer signifie qu’une irradiation de 1Sv provoquerait un risque supplémentaire de décès par cancer de 20% – en supplément du risque de base de 25%. Un EAR de 0,2/Sv correspond à un excès relatif de risque (ERR) de 0,2/0,25=0,8/Sv.

6. Une amélioration de la radioprotection basée sur la notion de risque est nécessaire. Elle doit être combinée à l’application rigoureuse de l’impératif de minimisation de l’exposition aux radiations.

Déterminer à quel niveau le risque pour la santé provoqué par les radiations est acceptable et raisonnable ne peut se faire qu’au niveau de la société, en écoutant la voix de ceux qui sont concernés. Pour protéger les populations, les risques des radiations ionisantes devraient être déterminés aussi précisément que possible et présentés d’une façon compréhensible. En médecine, de tels critères de radioprotection s’imposent déjà de plus en plus.

L’évaluation des dangers des radiations ionisantes selon un concept basé sur le risque peut aider à minimiser leurs effets néfastes, même aux doses faibles. Associé aux exigences légales de minimisation, un ensemble de mesures concrètes utilisant un tel concept pourrait servir à réduire encore plus les effets néfastes des radiations. Le concept d’acceptabilité du risque pour les matériaux cancérigènes au travail déjà existant dans la législation allemande est, dans ses grandes lignes, un bon exemple à suivre. 165-169

La plus haute priorité devrait être donnée à la protection de la vie avant la naissance et à l’intégrité des futures générations. La radioprotection doit élargir ses modèles basés sur les adultes et les adapter à la vulnérabilité particulière de l’embryon et des enfants.


Orateurs et participants à la réunion d’experts de Ulm,
19 Octobre 2013:
  • » » Prof. Dr. med. Wolfgang Hoffmann, MPH, Professor für
    bevölkerungsbezogene Versorgungsepidemiologie und
    Community Health, Institut für Community Medicine,
    Universitätsmedizin in Greifswald
  • » » Dr. rer. nat. Alfred Körblein, Dipl. Phys., selbstständiger
    Wissenschaftler in Nürnberg, Wissenschaftlicher Beirat
    der IPPNW.de
  • » » Prof. Dr. med. Dr. h.c. Edmund Lengfelder, Professor
    em. des Strahlenbiologisches Institutes an der Medizini-
    schen Fakultät der LMU München, Leiter des Otto Hug
    Strahleninstitutes für Gesundheit und Umwelt
  • » » Dr. rer. nat. Hagen Scherb, Dipl. Math., Helmholtz Zen-
    trum, Deutsches Forschungszentrum für Gesundheit und
    Umwelt in München
  • » » Prof. Dr. rer. nat. Inge Schmitz-Feuerhake, Professorin
    em. für experimentelle Physik an der Universität in Bre-
    men, Wissenschaftlicher Beirat der IPPNW.de
  • » » Dr. med. Hartmut Heinz, Facharzt für Arbeitsmedizin,
    ehem. leitender Werksarzt in Salzgitter, AK Atomenergie
    der IPPNW.de
  • » » Dr. med. Angelika Claußen, Fachärztin für Psychothe-
    rapie in Bielefeld, AK Atomenergie der IPPNW.de
  • » » Dr. med. Winfrid Eisenberg, ehem. Chefarzt der Kin-
    derklinik in Herford, AK Atomenergie der IPPNW.de
  • » » Dr. med. Claudio Knüsli, Leitender Arzt der Onkologie
    im St. Claraspital in Basel, Vorstandsmitglied IPPNW.ch
  • » » Dr. med. Helmut Lohrer, Facharzt für Allgemeinmedizin
    in Villingen, Int. Board der IPPNW, International Councillor
    der IPPNW.de
  • » » Henrik Paulitz, Dipl.-Biol., Atomenergie-Referent der
    IPPNW.de in Seeheim
  • » » Dr. med. Alex Rosen, Kinderarzt in Berlin, Stellv. Vorsit-
    zender der IPPNW.de
  • » » Dr. med. Jörg Schmid, Facharzt für Psychotherapie in
    Stuttgart, AK Atomenergie der IPPNW.de
  • » » Reinhold Thiel, Facharzt für Allgemeinmedizin, Ulmer
    Ärzteinitiative, AK Atomenergie der IPPNW.de

Le texte est complété par une longue liste de références à télécharger ici


Traduction:fukushima-is-still-news.com/ et vivre-apres-Fukushima.fr
à partir des versions allemande et anglaise
La version allemande:
http://www.ippnw.de/commonFiles/pdfs/Atomenergie/Ulmer_Expertentreffen_-_Gefahren_ionisierender_Strahlung.pdf
La version anglaise:
https://www.ippnw.de/commonFiles/pdfs/Atomenergie/Health_effects_of_ionising_radiation.pdf

Télécharger la version française imprimable (pdf): cliquer ici


Je rajoute une référence traduite en français:
Risque de cancer chez 680 000 personnes exposées à la tomodensitométrie dans l’enfance ou l’adolescence: étude reliant les données de 11 millions d’Australiens
Version française
original en anglais

Qu’est l’IPPNW ?

L’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (en anglais : International Physicians for the Prevention of Nuclear War, IPPNW), est une organisation internationale pacifiste de médecins qui s’engagent pour le désarmement nucléaire. Créée en 1980, l’organisation obtient le prix Unesco de l’éducation pour la paix en 1984 et le prix Nobel de la Paix en 1985 pour son « important et compétent travail d’information », qui améliora la conscience mondiale sur les conséquences d’une guerre nucléaire et syndrome d’irradiation aiguë. L’organisation regroupe près de 150 000 membres dans plus de 50 pays.

Le site de l’IPPNW: http://ippnw.org/
Le site de la section française: Association des Médecins pour la Prévention de la Guerre Nucléaire
http://amfpgn.org/site/category/qui-sommes-nous/amfpgn-presentation/

le 18 Août 2017


Mar 07

Fukushima – 6 ans.

La situation est très loin d’être sous contrôle

Le réseau «Sortir du nucléaire» nous fait une synthèse de ce qui s’est passé et de ce qui se passe encore là bas:

Aller directement à l’article complet de «sortir du nucléaire»:
http://sortirdunucleaire.org/Fukushima-6-ans-plus-tard-la-situation-est-tres
avec plusieurs videos et de nombreuses références.

Extraits de l’article:
<<<

Nous commémorons ce 11 mars 2017 les 6 ans du début de la catastrophe de Fukushima.

Ce début d’année aura été marqué par une information peu réjouissante sur les taux de radioactivité records mesurés par une sonde envoyée dans le réacteur 2.

Celle-ci a pu mesurer une radioactivité ambiante de 530 Sv – un taux capable de tuer un homme instantanément ce qui n’augure guère d’espoir quant à la capacité humaine (ou même robotique) à démanteler l’installation et à récupérer les coriums de combustible fondu – dont on ne connait toujours pas la localisation précise…

Par ailleurs le gouvernement japonais via une nouvelle évaluation a considérablement revu à la hausse le coût estimé de la gestion de cette catastrophe, la facture passant ainsi d’une trentaine de milliards d’euros en 2013 à 170 milliards d’euros en 2016 !

Si les médias ont quelque peu déserté le suivi au quotidien de celle-ci et que le gouvernement japonais a tenté la relance de 5 réacteurs nucléaires au Japon, (dont 3 fonctionnent à ce jour), il est pourtant fondamental de rappeler que la situation n’est en aucun cas sous contrôle.

Retour sur la chronologie des événements marquants de ces six dernières années, au cœur de l’enfer radioactif d’un désastre industriel, humain, économique et sanitaire.

Un impact sanitaire préoccupant et difficile à estimer

Les conséquences de la catastrophe étant toujours en cours il est difficile de faire un bilan sur le nombre de personnes directement contaminées, irradiées ou décédées en raison de Fukushima. D’après l’ONG Green Cross c’est près de 32 millions de personnes qui ont été touchées par les retombées atmosphériques de l’accident.

Immédiatement après l’accident, le taux de mortalité des personnes âgées a été multiplié par 3 sur une période d’un an. Le taux de mortalité infantile, d’avortements spontanés et d’anomalies à la thyroïde sur les nouveaux nés a été mesuré en hausse significative jusqu’en Californie, pourtant à 8000 km de la centrale (résultats controversés par le lobby nucléaire américain).

L’ex-directeur de la centrale au moment de la catastrophe, Masao Yoshida, est décédé d’un cancer de l’œsophage deux ans après son exposition mais TEPCO refuse pourtant de relier sa maladie aux radiations qu’il a reçu sur le site de Fukushima.

Une étude significative et sérieuse est à mettre en exergue concernant l’augmentation de cas de cancers de la thyroïde chez les enfants. Dévoilée en février 2015 cette étude a permis de détecter un taux de 30 cas de cancers de la thyroïde par échantillon de 100 000 enfants vivant à Fukushima alors que la moyenne se situait à 1,7 cas pour 100 000 enfants dans la préfecture voisine [11]. Officiellement fin 2016, 173 cas de cancers de la thyroïde suspects ont déjà été déclarés chez des enfants de la région dont au moins 135 confirmés.

Ayant analysé des données médicales et scientifiques des territoires touchés par les retombées radioactives‬, les deux ONG « Physicians for social responsability » (PSR) et « International Physicians for the Prevention of Nuclear War » (IPPN) estiment en mars 2016 que la catastrophe pourrait être responsable de 9 600 à 66 000 cas de cancers supplémentaires au Japon.

Une grande partie des pathologies radio-induites, en particulier les multiples formes de cancer, se déclarent en général après une période de latence qui peut durer des décennies. Il est donc certain qu’un bilan sanitaire de Fukushima ne pourrait être établi qu’au moyen d’études épidémiologiques rigoureuses et honnêtes, menées pendant 40 à 60 ans au moins après la catastrophe – des études peu probables (qui voudrait les financer ?)… Et c’est sans compter les éventuels effets génétiques sur les générations suivantes.

>>>


La contamination de l’environnement marin induite par cet accident est considérée comme étant la plus grande pollution radioactive marine de l’Histoire !
Si les éléments charriés par les courants marins auraient eu par la suite tendance à se déposer sur les couches sédimentaires de par leur masse atomique conséquente, une bonne partie de ces éléments se retrouve pourtant dans tout l’écosystème marin. Le plancton à la base de l’alimentation des animaux marins a incorporé des éléments nocifs tels que le césium137 qui se retrouve ainsi dans la chaîne alimentaire.
C’est ainsi que le taux de radioactivité dans les thons péchés dans le Pacifique (poisson très prisé de la gastronomie japonaise) a augmenté significativement (avec des concentrations en radio-césium jusqu’à 10 fois plus élevées qu’avant Fukushima [3]), et les migrations des bancs de poisson ont répandu cette contamination jusqu’aux thons péchés aux abords des côtes californiennes


Près de 160 000 personnes ont donc ainsi été obligées d’évacuer leurs logements, abandonnant bien souvent tous leurs effets personnels mais aussi parfois leurs animaux de compagnie ou d’élevage sur place, pensant pouvoir revenir rapidement sur place à la suite de l’alerte.

La leçon de l’histoire n’a pas été retenue…

Cliquer sur l’une des images pour voir l’article en entier

Du 11 Mars 2011
image du tsunami

à Février 2017:

le trou sous la cuve

530 Sv/h: Inapprochable

Le 07 Mars 2017


Nov 24

10 ans après la guerre d’Irak d’innocents nouveaux-nés souffrent et meurent

Rapport de l’enquête d’une ONG sur les malformations congénitales à Fallujah, Irak en 2013.
Avril 2013
Par Human Rights Now

Fillette de Falloujah

cliché Human Rights Now


Droits de l’homme maintenant ~ Protéger les droits de l’homme pour tous
Humans Rights Now est une organisation non gouvernementale de défense des droits de l’homme basée à Tokyo.
Elle rassemble des professionnels du droit qui se consacrent à la protection et la promotion des droits de l’homme
partout dans le monde, spécialement en Asie.
Elle se consacre à surveiller, à enquêter sur les droits de l’homme; à enseigner et à plaider au sujet des droits de l’homme.
http://www.hrn.or.jp


L’OMS refuse de publier ce qu’elle a constaté en Irak.
L’ONG «Human Rights Now» alertée par les médecins locaux a publié en 2013 le rapport de ce qu’elle a constaté à l’hôpital de Fallujah.

Vous pouvez télécharger ici ce rapport en anglais
Le texte de base
http://hrn.or.jp/eng/activity/HRNIraqReport2013.pdf
Ses deux appendices
http://hrn.or.jp/eng/activity/Appendix1%20Iraq.pdf
http://hrn.or.jp/eng/activity/Appendix2%20Iraq.pdf

Je n’ai malheureusement pas les moyens de traduire ce gros rapport intégralement;
Voici la traduction de la présentation qu’en fait Human Rights sur son site:
http://hrn.or.jp/eng/news/2013/04/18/press_release10_years_after_the_war_innocent_new_lives_are_still_dying_and_suffering_in_iraq_human_r/


Human Rights Now
18 avril 2013
10 ans après la guerre, d’innocents nouveau-nés continuent de mourir et de souffrir en Irak.

Human Rights Now (HRN) publie les résultats d’une enquête portant sur les malformations congénitales enregistrées en Irak en 2013.

Cette année marque le 10e anniversaire de la guerre en Irak. Les médecins irakiens signalent pour ces dernières années une augmentation très inquiétante du nombre des malformations congénitales, ce qui laisse à penser que l’environnement a été fortement contaminé par cette guerre. Cette situation a des conséquences très néfastes sur la santé des populations locales, et en particulier sur celle des nourrissons et des enfants. Les données collectées par l’Hôpital Général de Fallujah – une ville qui a été lourdement attaquée à 2 reprises par les États-Unis en 2004 – font apparaître que 15 % des naissances enregistrées à Fallujah depuis 2003 présentent des malformations congénitales.

Début 2013, Human Rights Now – une O.N.G. de défense des droits de l’homme dont le siège est à Tokyo et qui est dotée d’un statut consultatif auprès du Conseil économique et social des Nations unies – a mené à Fallujah une enquête portant sur l’augmentation du nombre de malformations congénitales enregistrées en Irak.

HRN vient de publier son rapport intitulé « Des nouveau-nés innocents continuent de mourir et de souffrir en Irak ».
Ce rapport de plus de 50 pages est le premier qu’ait effectué une O.N.G. de Défense des droits de l’homme sur les maladies congénitales signalées en Irak depuis 2003, et l’intégralité du rapport est maintenant disponible en ligne.

Malgré la gravité de la situation, aucune enquête sérieuse n’a été effectuée – que ce soit par les États-Unis, le Royaume-Uni ou une organisation internationale indépendante comme l’ONU – sur les conséquences sanitaires de l’utilisation de munitions toxiques par les États-Unis en Irak.

Le résultat d’un mois d’investigations de la part de la commission d’enquête fait apparaître un niveau qualitatif et quantitatif extraordinaire de malformations congénitales, avec une augmentation significative de ce phénomène dans la période qui suit la guerre. HRN considère que le droit des enfants à la santé et à la vie a été gravement violé à Fallujah en Irak et que cette situation mérite l’attention immédiate de la communauté internationale.

Avec l’autorisation de l’hôpital et des familles, ce rapport présente plus de 70 cas de malformations congénitales récemment enregistrées à Fallujah (textes et photographies). « Malgré le caractère très sensible de ces informations, les familles – et notamment les mères concernées – ont souhaité qu’elles soient divulguées pour attirer l’attention du monde extérieur sur le taux anormal des malformations congénitales enregistrées en Irak. Nous espérons vraiment faire découvrir au plus grand nombre, et en particulier aux états et aux organisations internationales concernés, la gravité de la situation de ces victimes » a dit Kazuko Ito, Secrétaire général de HRN.

Après lecture de la littérature scientifique relative aux effets de l’uranium et des métaux lourds contenus dans les munitions qui ont été utilisés pendant la guerre de 2003 et l’occupations de l’Irak, et après analyse des voies d’exposition, tout donne à penser que la contamination environnementale induite par la guerre d’Irak peut être la cause de cette augmentation du nombre de malformations congénitales. Mais l’absence d’informations suffisantes sur les armes toxiques utilisées pendant ce conflit n’a pas permis jusqu’à présent d’identifier la cause du problème.

Pour éviter que des enfants innocents continuent d’être des victimes, il est urgent que soit menée en Irak une enquête portant sur l’importance des malformations congénitales et sur les pathologies liées à la toxicité, sans oublier de les corréler avec la présence de rebuts ou de débris de munitions laissés par la guerre d’Irak. Il est essentiel de définir l’étendue et la cause de ce phénomène, et de mettre en place des mesures de santé publique efficaces, d’organiser des campagnes de soins et d’indemniser les victimes.

HRN demande donc instamment aux gouvernements britannique et américain de publier toutes les informations existantes sur le type d’armes utilisées pendant l’occupation du pays ainsi que sur les quantités de munitions employées et la localisation précise des postes de tir, et de prendre les mesures nécessaires en cas de pollution avérée pour que soit respecté le droit à la santé et à la vie de la population locale.

En outre, HRN demande au gouvernement irakien de nommer une commission indépendante qui analysera les graves problèmes de santé intervenus après la guerre, et demande au Conseil des droits de l’homme des Nations unies de diligenter une enquête portant sur les violations des droits de l’homme perpétrées pendant la guerre, et notamment sur l’utilisation d’armes inhumaines et toxiques. Le rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les malformations congénitales en Irak n’a pas encore été publié, mais s’il faisait apparaître un problème de santé publique, le HRN demande l’intervention de l’OMS à la fois pour aider à résoudre les problèmes et pour lancer d’autres études visant à mieux définir le caractère épidémiologique de ce phénomène.

Human Rights Now : http://www.hrn.or.jp


* Le texte original: http://hrn.or.jp/eng/news/2013/04/18/press_release10_years_after_the_war_innocent_new_lives_are_still_dying_and_suffering_in_iraq_human_r/
* Même adresse raccourcie: https://frama.link/28a_gpa6
* Traduction: l’équipe de Vivre-après- Fukushima

Un ensemble d’articles en français au sujet des armes à l’uranium appauvri:
– http://www.sortirdunucleaire.org/Uranium-appauvri-un-tueur-meconnu-551
– ARMES A L’URANIUM APPAUVRI : 20 ANS APRES, OU EN EST-ON? Par Joëlle Pénochet:
http://www.internationalnews.fr/article-armes-a-l-uranium-appauvri-ou-en-est-on-64255044.html

* Un Article très complet en anglais avec photos il évoque notamment le problème de la récupération et du recyclage des épaves contaminées par les ferrailleurs:
http://www.bandepleteduranium.org/en/docs/215.pdf


Notes

  • 1- L’uranium appauvri est le premier suspect. Mais il y avait aussi du Phosphore et d’autres produits toxiques dans les munitions utilisées
  • 2- Je doute de la possibilité de dépolluer efficacement une ville et ses abords d’un produit comme l’uranium appauvri vaporisé partout. C’est pourquoi il faut interdire les armes à uranium appauvri
  • 3- Je ne publie ici que la photo d’une fillette « peu » atteinte. Les photos se trouvant dans les annexes montrent des malformations très graves.

Au sujet des armes à uranium appauvri, l’appel d’une pédiatre de Fallouja, voir l’article précédent:
https://www.vivre-apres-fukushima.fr/uranium-appauvri-des-armes-a-bannir/

Au sujet des malformations congénitales à Tchernobyl, voir l’article:
https://www.vivre-apres-fukushima.fr/malformations-congenitales-et-accident-de-tchernobyl/

OMS: Organisation Mondiale de la Santé. (WHO en anglais) Elle est soumise, en ce qui concerne le nucléaire, à un accord signé le 28 Mai 1959 avec l’AIEA (Agence Internationale de l’Énergie Atomique, un organisme de l’ONU chargé de propager l’énergie atomique dans le monde).
Voir: http://independentwho.org/

Le 24 novembre 2016


Nov 13

Uranium appauvri: des armes à bannir


1er Novembre 2016: La Première Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution concernant les armes à uranium appauvri.

Cette résolution stipule que deux réunions de négociation d’un contrat juridiquement contraignant en vue de l’interdiction des armements nucléaires, auront lieu en 2017. La première rencontre se déroulera du 27 au 31 mars et la deuxième du 15 juin au 7 juillet 2017.
Elle ne définit pas le contenu du traité, mais reconnaît l’impact humain des armements nucléaires et les risques liés à l’existence d’armes nucléaires comme des raisons de s’engager pour leur interdiction.
La résolution appelle les États à participer afin « d’unir leurs efforts pour conclure au plus tôt un contrat juridiquement contraignant pour l’interdiction des armes nucléaires ».
Voici les résultats. Je note que le gouvernement français a voté contre.

tableau d'affichage du vote

Cette résolution a pris note des inquiétudes concernant les états comme l’Irak en ce qui concerne les effets des armes à Uranium Appauvri sur la santé des populations civiles. Le vote est survenu une semaine après que les USA aient reconnu qu’ils avaient utilisé des armes à Uranium Appauvri en Syrie en 2015

Détails en anglais:
http://www.bandepleteduranium.org/en/unga-first-l63-depleted-uranium-results

Compte rendu de la session en français sur le site de l’ONU:
http://www.un.org/press/fr/2016/agfdis3566.doc.htm

Le représentant de la France, au nom également du Royaume-Uni, a justifié son vote contre le texte en citant les travaux de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) sur cette question. Selon le représentant, les études existantes démontrent que l’utilisation de ces armes et munitions contenant de l’uranium appauvri, y compris dans les sites les plus contaminés, n’avait pas d’effet nocif sur la santé.


Les armes à l’uranium appauvri:

L’uranium appauvri (isotope U238, abréviation « UA ») est un sous-produit de l’enrichissement de l’uranium et du traitement du combustible usé. Il ne possède pas les propriétés nécessaires pour être utilisé dans un réacteur ni dans une bombe.

C’est un métal lourd, il est toxique chimiquement, spécialement pour le rein.
Il est faiblement radioactif. Il émet des rayons Alpha, peu pénétrants mais très dangereux pour les cellules vivantes. Plus des rayons Bêta faibles.
Il est très durable: pour perdre la moitié de sa radioactivité (demi-vie) il faut 4,47 milliards d’années !
Il est difficile à détecter, les rayons Alpha n’étant pas détectés par les compteurs Geiger standards.

L’uranium appauvri est utilisé dans l’armement pour ses propriétés physiques. Du fait de sa forte densité (2 fois le plomb) il est d’une efficacité redoutable pour transpercer les parois des chars blindés et des abris.
Il est tellement dur qu’il ne se déforme pas lorsqu’il entre en contact avec sa cible.
Au contact de sa cible, l’uranium s’enflamme, relâchant en grande quantité de minuscules particules radioactives. Transportées par le vent, ces particules vont se retrouver dans l’eau, les poussières, le sol, les nappes phréatiques… contaminant tout l’environnement. Procéder à un nettoyage des lieux contaminés apparaît complètement irréel au vu de la finesse des particules, et l’UA continue à tuer, même des centaines d’années après la fin d’un conflit, quand plus aucun belligérant n’est encore en vie…

L’uranium appauvri utilisé pour la fabrication d’obus-flèches provient de la filière civile, et notamment des étapes d’enrichissement et retraitement du combustible. L’armement est un débouché bien utile pour se débarrasser de cette matière encombrante !

L’UA équipe aujourd’hui les chars Leclerc. En France, deux sites militaires accueillent les essais d’obus à l’uranium appauvri : à Bourges (Cher,) les essais se font en plein air, tandis qu’ à Gramat (Lot), les tirs d’obus ont lieu dans des cavités souterraines . La Direction Générale de l’Armement assure qu’il n’y a aucun risque de contamination de l’air et des nappes phréatiques mais le secret défense entourant ces essais ne permet pas d’en être certain.

Ces armes ont déjà été utilisées dans de nombreux conflits. En Ex-Yougoslavie (Bosnie, Serbie, Kosovo), pendant le conflit qui a entraîné une intervention des forces de l’OTAN. En Irak, pendant la Guerre du Golfe de 1991 et pendant l’intervention américaine de 2003 justifiée par la prétendue présence d’ « armes de destruction massive ». On soupçonne aussi les États-Unis d’avoir utilisé des armes à l’uranium appauvri en Afghanistan. Ils viennent de reconnaître les avoir utilisées en Syrie en 2015.
De plus, il y a de fortes suspicions d’utilisation d’UA pendant la guerre du Liban par l’armée israélienne.
On estime que 140 000 kg d’uranium appauvri auraient été utilisés dans ces conflits avant 2004.

L’uranium appauvri est néfaste pour la santé des populations civiles

La contamination par l’uranium appauvri se fait quasi exclusivement de manière interne, car le rayonnement émis par l’UA est de type alpha, et donc très peu pénétrant. Il y a trois voies majeures de contamination,

  • par inhalation de poussières
  • par ingestion d’aliments ou d’eau
  • ou par lésion cutanée.

C’est l’inhalation de particules de 1 à 10 microns qui est la plus dangereuse pour les êtres vivants:lorsque des particules de 1 à 10 microns se fixent dans les poumons: elles irradient les cellules environnantes de façon permanente, la vie durant; leur rayonnement Alpha est très nocif et est source de cancer.

L’uranium appauvri atteint les reins, les poumons, le squelette, les organes reproducteurs, la thyroïde, les muscles, les ganglions lymphatiques ainsi que le système neurologique. Les types de pathologies observées sont principalement les cancers les leucémies et les malformations congénitales.
L’uranium appauvri s’attaque au capital génétique des personnes. De génération en génération, les effets s’accumulent…(persistance de l’irradiation et instabilité génomique)

Les enfants sont les plus vulnérables aux effets de l’uranium appauvri; parce qu’ils sont plus au contact des poussières, qu’ils portent fréquemment la main à la bouche, que les cimetières de matériels militaires détruits peuvent leur servir de terrains de jeux. Même une faible dose peut avoir des effets; il est reconnu qu’il n’existe pas de seuil d’innocuité.

On observe ces pathologies chez les populations victimes de bombardements à l’uranium appauvri, mais aussi chez les vétérans des conflits irakiens, des Balkans ou encore d’Afghanistan.

La présence de l’UA dans l’environnement peut être considéré comme irréversible: il se présente sous forme de très fines poussières; il reste radioactif pour une éternité. Les eaux, les terres agricoles, l’air, les épaves de véhicules civils ou militaires attaqués et, au final, toute la chaîne alimentaire sont contaminés.

Dans 4,47 milliards d’années l’UA disséminé n’aura perdu que la moitié de sa radioactivité.
Il continue d’avoir des effets sur l’environnement et la population même après la fin du conflit pendant des laps de temps impossibles à se représenter à l’échelle humaine.
Procéder à un nettoyage des lieux contaminés apparaît complètement irréel au vu de la finesse des particules, et l’UA continue à tuer, même des centaines d’années après la fin d’un conflit, quand plus aucun belligérant n’est encore en vie…

Conséquences sur les populations:

Le gouvernement français reprend la doctrine officielle qui est que l’exposition à l’UA ne provoque aucun effet néfaste sur la santé.

En cherchant «uranium appauvri» sur le site de l’OMS on ne trouve qu’un texte daté de 2001:
Un document entièrement détaché de la réalité des populations. Totalement inutile pour les malades et leurs médeçins. Il ne parle même pas des malformations. Il conclut qu’il faut dépolluer, contrôler l’exposition, «prendre les mesures préventives nécessaires pour les enfants», poursuivre des études..
http://www.who.int/entity/ionizing_radiation/pub_meet/en/DU_French.pdf
http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/83757/2/fa5419a1.pdf?ua=1

Un Rapport conjoint de l’OMS et du ministère de la santé irakien sur les cancers et malformations congénitales en Irak devait être publié en Novembre 2012. «Il a été retardé à plusieurs reprises et n’a maintenant plus aucune date de sortie prévue.»
http://www.globalresearch.ca/who-refuses-to-publish-report-on-cancers-and-birth-defects-in-iraq-caused-by-depleted-uranium-ammunition/5349556

Pourquoi ?

Depuis 1959, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est liée à l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA) par un accord qui lui interdit de publier des rapports qui concernent la radioactivité, sans l’aval de cette dernière. De ce fait, aucun des rapports « critiques » de l’OMS sur les armes à l’uranium appauvri n’a jamais été publié.

Sur le terrain, les médecins clament l’apparition
de pathologies cancéreuses et de malformations:

– Croissance des cancers et des anomalies à la naissance en Irak: l’OMS refuse de publier les résultats:
Rise of Cancers and Birth Defects in Iraq: World Health Organization Refuses to Release Data
http://www.globalresearch.ca/rise-of-cancers-and-birth-defects-in-iraq-world-health-organization-refuses-to-release-data/5344530
Par Mozhgan Savabieasfahani
Global Research, July 31, 2013 (en anglais)

– L’OMS refuse de publier le rapport sur les cancers et les anomalies à la naissance causés par l’uranium appauvri
WHO Refuses to Publish Report on Cancers and Birth Defects in Iraq Caused by Depleted Uranium Ammunition.
By Denis Halliday – Global Research, September 13, 2013
http://www.globalresearch.ca/who-refuses-to-publish-report-on-cancers-and-birth-defects-in-iraq-caused-by-depleted-uranium-ammunition/5349556

– Selon Hans von Sponeck, ancien Secrétaire général adjoint des Nations Unies,
«Le gouvernement américain a cherché à empêcher l’OMS de cartographier les zones du sud de l’Irak, où l’uranium appauvri a été utilisé et a provoqué des dangers sanitaires et environnementaux graves.»
Cité dans l’article de Mozhgan Savabieasfahani

Le rapport du Dr Al-Azzawi publié par Harvard (en anglais)
http://users.physics.harvard.edu/~wilson/soundscience/Al-Azzawi.pdf
Il cite: Cancers chez les enfants, leucémies, déficiences immunitaires, malformations chez les nouveux-nés

Les médecins de l’hôpital de Falloujah ont observé une croissance très inquiétante du nombre de bébés naissant avec des malformations congénitales : celles-ci concerneraient 144 naissances sur 1000, soit 14,4%. Ce taux est normalement inférieur à 2%, explique le docteur Alaani, qui étudie ce phénomène depuis de nombreuses années à Falloujah. Afin d’alerter la communauté internationale sur ces crimes, et de demander à l’Organisation Mondiale de la Santé de révéler ces nouvelles informations, elle a lancé une pétition :

Dr Alaani

Dr Samira Alaani à l’hôpital de Falloudja

Le Dr Samira Alaani, hôpital de Falloujah

« Je suis le Docteur Samira ALAANI, je suis pédiatre à l’Hôpital Général de Falloujah. Dans les années qui ont suivi les attaques des forces américaines sur notre ville, mes collègues et moi avons remarqué une augmentation horrifiante du nombre de bébés nés avec des malformations congénitales graves : spina bifida, anomalies cardiaques et des malformations auxquelles je ne peux même pas donner de nom. Beaucoup ne survivent pas. Pour ceux qui survivent, nous leur procurons des soins tant bien que mal avec le peu de ressources dont nous disposons.

Je travaille comme pédiatre à Falloujah depuis 1997, et c’est depuis 2006 que j’ai remarqué ce problème, nous avons alors commencé à enregistrer ces cas. Nous nous sommes rendus compte que sur 1000 naissances, 144 bébés présentaient des malformations. Nous sommes convaincus que, même aujourd’hui, ces cas sont liés à la contamination provenant des conflits dans notre ville il y a plus de dix ans maintenant. Ce phénomène n’est pas unique à Falloujah : les hôpitaux dans tout le Gouvernorat d’alAnbar ainsi que d’autres régions d’Irak constatent une hausse similaire. Tous les jours je vois les ravages que cette peur inculque aux futures mères et à leurs familles. La première question que l’on me pose lorsqu’un enfant naît n’est pas « Est-ce une fille ou un garçon ? » mais « Mon bébé est-il en bonne santé ? » Lorsque j’ai entendu que le Ministère de la Santé Irakien et l’Organisation Mondiale de la Santé (l’OMS) allaient faire des recherches, cela m’a donné une lueur d’espoir. Je savais que cela ne ferait que confirmer ce que nous savions déjà : que le nombre de malformations congénitales avait augmenté, mais je pensais aussi que cela pousserait l’Irak et la communauté internationale à agir.

La recherche est maintenant terminée et on nous avait promis que le rapport serait publié début 2013 ; mais nous voici six mois plus tard et l’OMS vient d’annoncer de nouveaux délais. Nous sommes inquiets que cela soit du à un problème d’ordre politique et non pas scientifique. Nous avons déjà attendu des années que la vérité éclate et mes patientes ne peuvent plus continuer comme cela. L’OMS a une autre option. Que les données soient publiées dans une revue à libre accès pour un examen indépendant par des pairs. Ce procédé serait rapide, rigoureux et transparent.

Mes patientes ont besoin de savoir la vérité, elles ont besoin de savoir pourquoi elles ont fait une fausse couche, elles ont besoin de savoir pourquoi leurs bébés sont si malades et par-dessus tout, elles ont besoin de savoir que l’on est en train de faire quelque chose pour y remédier. Le Ministère de la Santé Irakien et l’OMS se doivent de publier ces données et de nous fournir des réponses.

Je vous demande de signer cette pétition et de prouver que le reste du monde n’a pas oublié le peuple d’Irak.»

L’article d’où est extrait cet appel (en français)
http://www.sortirdunucleaire.org/Uranium-appauvri-un-tueur-meconnu

Un ensemble d’articles sur le sujet:
http://www.sortirdunucleaire.org/Uranium-appauvri-un-tueur-meconnu-551


* Une synthèse du problème en français:
ARMES A L’URANIUM APPAUVRI : 20 ANS APRES, OU EN EST-ON? Par Joëlle Pénochet
http://www.internationalnews.fr/article-armes-a-l-uranium-appauvri-ou-en-est-on-64255044.html

* Un Article très complet en anglais avec photos il évoque notamment le problème de la récupération et du recyclage des épaves contaminées par les ferrailleurs:
http://www.bandepleteduranium.org/en/docs/215.pdf

Ferrailleurs de tanks contaminés

Recyclage de ferrailles contaminées par des travailleurs kurdes, Qushtapa, route entre Kirkuk et Arbil, Kurdistan. Irak, Septembre 2003. Les tanks ont été importés du sud de l’iRAK. Cliché www.paxforpeace.nl

jeux d'enfants sur des chars contaminés

Jeux d’enfants sur des chars contaminés


Oct 31

Fukushima 5 ans après– Nouveaux résultats concernant les cancers de la thyroïde

Une synthèse de la situation par le Dr Rosen de la section allemande de l’ IPPNW.

https://www.ippnw.de/atomenergie/gesundheit/artikel/de/fukushima-nach-5-jahren-neue-erk.html

12.10.2016
Depuis 2011, tous les habitants de la préfecture de Fukushima qui avaient moins de 18 ans lors de la catastrophe nucléaire de mars 2011, sont soumis tous les deux ans à des tests thyroïdiens.
La première série d’examens s’est déroulée entre octobre 2011 et mars 2014, la seconde d’avril 2014 à avril 2016 et la troisième a démarré en mai 2016. Les résultats de cette troisième série ne sont pas encore disponibles et nous devons donc nous limiter à ceux des deux premières séries de tests.
Parmi les 381 281 enfants ciblés, un total de 300 476 a été examiné au cours de la première série de tests, et seulement 270 378 (70,9 %) pendant la seconde série.
Le sort des quelque 110 000 enfants restants, ce qui représente tout de même près de 30 % de la population concernée, n’entre en compte dans aucune étude scientifique. Ces enfants peuvent par exemple avoir déménagé vers une destination inconnue, avoir été empêchés de prendre part au dépistage en raison des restrictions s’appliquant aux tests ou avoir refusé de participer. Cette dernière variante est même depuis peu soutenue activement par l’Université de Médecine de Fukushima (voir IPPNW ATOM-Energie-Newsletter August 2016).

Ce qui est particulièrement inquiétant, c’est que le second dépistage a trouvé 59,8 % de nodules ou de kystes. Le premier dépistage en avait trouvé 48,5 %. Cela signifie que chez 42 422 enfants qui ne présentaient encore aucune anomalie thyroïdienne la première fois, on a découvert des kystes ou des nodules au second dépistage. Et chez 393 d’entre eux, ces nodules étaient déjà si gros qu’il a été nécessaire de faire des examens complémentaires.
En outre, chez 935 des enfants qui, au premier dépistage, présentaient des kystes ou des nodules de petite taille, on s’est rendu compte au second dépistage que ces anomalies s’étaient développé si vite que les enfants ont dû être soumis à des examens plus poussés. Ces chiffres sont tous perturbants, mais ils illustrent aussi une dynamique certaine de la morbidité entre les deux premières séries de dépistage.

En raison des changements importants visibles à l’examen échographique, 721 enfants ont dû jusqu’à présent subir une biopsie à l’aiguille fine (545 après le premier dépistage, 176 après le second). L’examen au microscope a décelé un total de 175 cas de suspicion de cancer (116 au premier dépistage, 59 au second).
Parmi ces enfants, 136 ont dû être opérés parce qu’ils présentaient des métastases dans les ganglions lymphatiques (22,4 %), des métastases distantes (2,4 %) ou une croissance dangereuse de leur tumeur (pourcentage inconnu) : 102 enfants (premier dépistage) et 34 enfants (second dépistage) ont ainsi été opérés.
Dans 91 % des cas, on a seulement enlevé un seul lobe thyroïdien, mais chez 9% des patients, toute la thyroïde a dû être enlevée.
Chez 135 de ces enfants (99,3 %) le diagnostic de cancer a été confirmé par un examen histologique. Dans 133 cas, on a trouvé en termes histologiques un « carcinome papillaire de la thyroïde » ; deux cas ont été jugés comme un carcinome de la thyroïde « autre » ou « peu/mal différencié ». Un des cas s’est avéré être une tumeur bénigne. Il reste encore 39 autres enfants chez qui on soupçonne fortement un carcinome de la thyroïde (14 issus du premier dépistage, 25 du second) mais ils attendent encore d’être opérés.

Pour ce qui est des 102 cas de cancer du premier dépistage, il est difficile de dire clairement dans quelle mesure ils sont attribuables à l’effet dépistage, c’est-à-dire qu’ils représenteraient des diagnostics qui en réalité n’auraient été décelés que plus tard, mais qui auraient été découverts de façon précoce grâce aux séries d’examens pratiqués sur des participants cliniquement sains. Toutefois, les 34 cas de cancer nouvellement diagnostiqués à partir de la seconde série de tests doivent s’être développés dans la période qui sépare le premier du second dépistage.
Si l’on part du principe qu’entre les deux séries de tests il s’est toujours écoulé deux ans comme prévu, on arrive à un taux annuel de nouveaux cas de maladie (incidence) de 6,3 cas par an pour 100 000 enfants (34 nouveaux cas pour une population de 270 327 enfants sur une période de 2 ans). Le taux d’incidence du cancer de la thyroïde chez les enfants au Japon était de 0,3 pour 100 000, avant la catastrophe nucléaire de Fukushima. La multiplication de l’incidence des cancers de la thyroïde chez les enfants par plus de 20 ne peut plus s’expliquer par un soi-disant effet de dépistage.

Depuis, on a également appris que des cas de récidive ont déjà été constatés : il s’agit ici de patients qui avaient été opérés de leur cancer et qui, à l’occasion des tests suivants, présentent à nouveau, des tumeurs cancéreuses. Au cours du Symposium international qui s’est tenu dans la ville de Fukushima le 26 septembre 2016, le Professeur Shunichi Suzuki de l’Université de Médecine de Fukushima a parlé d’un taux de récidive de « quelques pour cents ». Ces informations prouvent encore une fois que si les carcinomes thyroïdiens se laissent en principe bien traiter chez les enfants, les complications ne sont jamais à exclure.
Outre la stigmatisation à vie qu’entraîne toujours le cancer, outre la nécessité d’une prise permanente de médicaments et d’examens médicaux réguliers, la peur d’une rechute et des complications fatales constituent pour les patients concernés et leur famille un fardeau non négligeable. Et ce fardeau est tout simplement ignoré dans les statistiques et les conférences de presse de l’Université de Médecine de Fukushima.

Résumé des données concernant le cancer de la thyroïde (mise à jour de septembre 2016) :

 

Première étude (octobre 2011 – mars 2014)
Nombre d’enfants testés 300 476 (81,7 %)
Nodules et kystes à l’échographie 145 869 (48,5 %)
Biopsie à l’aiguille fine suite à des résultats échographiques frappants 545
Suspicions de cancer après biopsie à l’aiguille fine 116
Opérations à cause de métastases ou de croissance rapide 102
Confirmation du diagnostic de cancer par l’examen histologique 101
Tumeur bénigne à l’examen histologique 1
Prévalence des cancers thyroïdiens dans la cohorte étudiée 33,6 pour 100 000

 


 

Deuxième étude (avril 2014 – mars 2016)
Nombre d’enfants testés 270 378 (70,9%)
Nodules et kystes à la radio  161 708 (59,8 %)
Dont nouveaux cas non décelés au 1er examen 42 422
Nodules > 5 mm, ou kystes < 20 mm 393
Biopsie à l’aiguille fine suite à des résultats échographiques frappants 176
Suspicions de cancer après biopsie à l’aiguille fine 59
Opérations à cause de métastases ou de croissance rapide 34
Confirmation du diagnostic de cancer par l’examen histologique 34
Tumeur bénigne à l’examen histologique 0
Prévalence des cancers thyroïdiens entre le 1er et le 2è dépistage 6,3 pour 100 000

 

Dr Alex Rosen
Section allemande de l’IPPNW – https://www.ippnw.de/

 

Sources: 

The 24th Prefectural Oversight Committee Meeting for Fukushima Health Managemant Survey“ 15.09.2016

Thyroid Cancer: A Few Percent Recurred After Surgeries. NHK News. http://archive.is/XSVmR#selection-2965.1-2983.13. (Englische Übersetzung)

 
 

Traduction: www.fukushima-is-still-news.com/
Mise en page Vivre-apres-fukushima.fr


Note:

Je vous rappelle l’article du Pr TSUDA paru dans «EPIDEMIOLOGY» en Mai 2016 qui affirmait déjà que contrairement à ce qu’affirme la Faculté de Fukushima l’excès de cancers de la Thyroïde ne peut ếtre causé par l’amélioration du dépistage.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26441345

Oui, la faculté elle même affirme auprès des jeunes que ces dépistages sont «déraisonnables», qu’on peut les «sécher» sans problème. !
voyez l’article: http://www.vivre-apres-fukushima.fr/fukushima-le-depistage-des-cancers-de-la-thyroide-serait-deraisonnable/

Qu’est l’IPPNW ?

L’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (en anglais : International Physicians for the Prevention of Nuclear War, IPPNW), est une organisation internationale pacifiste de médecins qui s’engagent pour le désarmement nucléaire. Créée en 1980, l’organisation obtient le prix Unesco de l’éducation pour la paix en 1984 et le prix Nobel de la Paix en 1985 pour son « important et compétent travail d’information », qui améliora la conscience mondiale sur les conséquences d’une guerre nucléaire et syndrome d’irradiation aiguë.
L’organisation regroupe près de 150 000 membres dans plus de 50 pays.
Le site de l’IPPNW: http://ippnw.org/

Le site de la section française:
Association des Médecins pour la Prévention de la Guerre Nucléaire
http://amfpgn.org/site/category/qui-sommes-nous/amfpgn-presentation/

Le 31 octobre 2016


Oct 25

Les cancers de la thyroïde en France après Tchernobyl

Communiqué commun du 24/10/2016
Se sont associés à la CRIIRAD, le Dr Denis FAUCONNIER,
Annie THÉBAUD-MONY (Association Henri PÉZERAT & GISCOP93)
et Chantal LHOIR (AFMT)

« Épidémie » de cancers de la thyroïde :
Faut-il poursuivre l’Institut de Veille Sanitaire (InVS)
pour délit de tromperie ?

L’InVS a célébré le 30ème anniversaire de la catastrophe de TCHERNOBYL avec un rapport qui constitue un véritable déni de droit pour les victimes, passées et à venir, des polluants cancérogènes.
L’augmentation de l’incidence des cancers de la thyroïde ne serait pas réelle mais proviendrait pour l’essentiel de l’amélioration du dépistage et de la découverte de micro-cancers qui n’auraient jamais atteint de stade clinique. Rien ne prouverait, en particulier, le rôle des pollutions radioactives.

Le 1er juin 2016, en réaction à cette publication, le Dr Fauconnier, l’Association Française des Malades de la Thyroïde, l’Association Henri Pézerat et la CRIIRAD ont adressé une demande au ministère de la Santé, ministère de tutelle de l’InVS.

Cinq mois plus tard, en dépit d’une relance, aucune réponse de fond n’est encore parvenue. Les signataires ont donc décidé de rendre publique leur critique des travaux de l’Institut de Veille sanitaire : méthodologie inadaptée, données non actualisées, erreurs de raisonnement.

Cet institut est désormais intégré dans Santé publique France qui a pour mission de «protéger efficacement la santé des populations», « d’anticiper et d’alerter par la veille et la surveillance épidémiologique ». Les associations demandent à Mme Touraine, ministre de la santé, des actes concrets prouvant la réalité de ces engagements : la publication de toutes les données d’incidence sur le cancer de la thyroïde et la correction des erreurs de raisonnement qui biaisent l’analyse des données et conduisent à masquer l’impact de Tchernobyl.

Cela fait 30 ans que les autorités françaises s’emploient à étouffer le bilan sanitaire de l’accident de Tchernobyl. Par exemple, aucune enquête officielle n’a jamais été ouverte, en dépit de demandes répétées, sur le pic d’hypothyroïdies néonatales de 1986, alors qu’il constitue la preuve de l’importance de la contamination subie par la population et de la réalité des dommages. Pour que ceci ne se reproduise jamais, des garanties et des outils doivent impérativement être mis en place.

Face à l’explosion de l’incidence des cancers, il est impératif de mettre en œuvre des registres de cancer qualitatifs, documentant l’exposition personnelle et professionnelle des malades, et de réorienter d’urgence la recherche en santé publique, afin qu’elle soit effectivement au service de la connaissance, de la reconnaissance et de la prévention.

Lire la critique des travaux de l’InVS

CRIIRAD – Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité

29 Cours Manuel de Falla 26000 VALENCE- 04 75 41 82 50
asso@criirad.org – www.criirad.org


Je vous invite à lire les deux textes présentés ci dessus par la CRIIRAD: la critique des travaux de l’INVS et le pic d’hypothyroïdies néonatales de 19896.
En Californie une augmentation des cas d’hypothyroïdie chez les nouveaux-nés a été constatée après le passage du nuage radioactif de Fukushima; lire l’article du 08 Janvier 2014: Les nourrissons de Californie ont été atteints par les retombées de Fukushima
Le 25 octobre 2016