Juin 14

Mon fils âgé de 12 ans a une presbytie après que nous ayons évacué de Chiba.

C’est la plainte d’une mère que rapporte Iori Mochizuki dans son blog Fukushima-diary le 10 Juin.
Cette famille vivait dans la région de CHIBA, au nord-est de Tokyo, connue pour être un point chaud. Elle a évacué vers la préfecture de Oita, tout au sud du Japon il y a un an et demi. Ils ont donc du vivre 1 an à peu près en milieu contaminé.
Le médecin est resté perplexe devant cette maladie de « vieux » chez un jeune de 12 ans. Il a demandé confirmation en milieu hospitalier qui a confirmé; mais n’a donné aucune explication sur la ou les causses possibles.
La presbytie est une affection due au vieillissement de l’oeil: le cristallin se rigidifie et n’est plus capable d’accomoder pour la vision de près, la lecture.
C’est banal chez les gens âgés mais tout à fait anormal chez un enfant. Lire la suite

Mai 23

Solidarité avec les enfants de Fukushima: nous pouvons agir

Un séjour en france pour des enfants de Fukushima avec un de leurs parents.

Une initiative de l’Association « terre de rêves » et « Fukushima Network for Saving Children from Radiation »

Depuis des mois , vous voyez apparaitre des articles alarmants concernant les enfants de Fukushima. Confrontés à toutes ces informations nous nous trouvons souvent impuissants devant cette situation.

Avec l’association Terres de Rêves et Fukushima network for saving children from radiation nous voulons relever le défi de faire venir 7 enfants avec l’un de leur parent en France.
Lire la suite

Mai 02

Les commissions locales d’information (CLI) de la Manche en visite officielle d’information au Japon.

Du 13 au 21 avril 2013
Une visite sous contrôle dans la préfecture de Fukushima
Compte-rendu de la visite par Par Didier ANGER- CRILAN

L’ article est paru dans les blogs de Médiapart
Le compte rendu complet de Didier Anger est ici

Quelques extraits:

Sous la responsabilité du Conseil Général de la Manche, une délégation du groupe de travail inter CLI post Fukushima sur les risques du nucléaire, souhaitait pour sa part se rendre au Japon dans la Préfecture de Fukushima où se situent les réacteurs accidentés, en bord de mer, avant de publier son “livre blanc”.
……
Une visite sous contrôle d’Areva
Nous devions êtes reçus , le premier jour à l’ambassade de France, par l’ambassadeur. En fait nous l’avons été par le spécialiste nucléaire de l’ambassade, Monsieur XERRI, ancien responsable pour COGEMA, puis AREVA, des transports nucléaires…
AREVA est en effet très présente au Japon :
– Construction par le CEA dans les années 70 d’un premier centre expérimental de retraitement-
extraction du plutonium à TOKAÏ-MURA;
– Construction de petits surgénérateurs JOHIO et MONJU,
– Fourniture de plutonium extrait à la Hague en 1984 et 1992 ;
– Approvisionnement en combustible MOX, fabriqué à l’usine MELOX de MARCOULE, notamment pour le réacteur 3 de FUKUSHIMA, accidenté.
…….
Les maires rencontrés à l’ambassade étaient tous issus d’autres sites nucléaires que de ceux du secteur de la Préfecture de FUKUSHIMA. Tous plus ou moins favorables à la reprise des activités des centrales nucléaires….
On ne nous a pas fait rencontrer le maire de FUTABA, commune la plus proche de la centrale endommagée, qui a démissionné,notamment, parce que les normes , dites admissibles d’exposition à la radioactivité pour les populations avaient été multipliées par 20 ( de 1 mSv par an à 20) ce qui a permis, d’une part, d’avoir moins de personnes à évacuer et de réfugiés à reloger et d’autre part de faciliter le retour de populations en terre contaminée .

Un responsable de la reconstruction, dépendant du Ministère de l’environnement, a même fait état, devant nous, d’une étude, selon laquelle” une dose reçue de 100 mSv/ an n’induirait que 0,5% de cancers mortels en plus et que cela ne devait pas empêcher de prendre en compte les bénéfices de l’énergie nucléaire pour
l’Humanité “ ! Le Professeur Pellerin après Tchernobyl, en 1986 en URSS n’avait même pas osé envisager une telle augmentation des doses admissibles…

sacs de terre contaminée

On ne sait plus où mettre les sacs de terre contaminée

Pour faciliter les retours (de la population), il a été décidé de décontaminer.
Trois zones ont été définies plus affinées que la première zone de 20Km, toujours sur la base d’exposition de 20 mSv/an à ne pas dépasser.(voir le schéma dans l’article)
…..

Didier Anger conclut:
Ceci signifie clairement que l’on se prépare à une catastrophe nucléaire, en France, comme ailleurs dans le Monde, et que l’on essaie d‘en gérer les effets, de façon à sauver l’industrie nucléaire.
Alors que la France se prépare à rafistoler ses vieilles centrales pour prolonger leur vie à 60 ans, et qu’elle continue de se considérer à la pointe du développement du nucléaire dans le monde- “bizness is bizness ! ”,…
Les Pieux, le 26 avril 2013


Le compte rendu complet de Didier Anger est ici


Note:
0,5% de cancers mortels supplémentaires: cela signifie un cancer mortel pour 200 personnes !
En 2008, la ville de Fukushima comptait 295.000 habitants: cela représente donc près de 1.500 cancers mortels supplémentaires, rien que pour la ville. Ne sont pas comptés les gens pas assez malades pour mourir, ni les multiples pathologies non cancéreuses provoquées par l’exposition chronique, ni les conséquences sur les générations futures. (voir le bilan de Tchernobyl à 25 ans).

Au sujet des conséquences de Chernobyl:
Les Actes du Forum Scientifique et Citoyen sur la Radioprotection
Collectif IndependentWHO – Mai 2012:
Lire ou télécharger gratuitement ces Actes
TCHERNOBYL: CONSÉQUENCES DE LA CATASTROPHE POUR
L’HOMME ET LA NATURE :
Le texte complet en anglais et une traduction partielle en français sur chernobyl-day


Mai 01

Ukraine : 60% des habitants évacués de Pripiat le 27 avril 1986 seraient aujourd’hui décédés – Cancer de la thyroïde: résultats du traitement.

La ville de Pripiat était le centre de vie de la centrale Lénine de Tchernobyl, à 4 km de la centrale, à 16 km du Belarus.Le site employait environ 10.000 travailleurs ; la ville abritait 49.360 habitants au moment de la catastrophe, dont 44.000 environ furent évacués en quelques heures dans la matinée du 27 avril 1986, une trentaine d’heures après l’accident.

carte pripiat-kievCes habitants furent dirigés vers la ville de Kiev, une agglomération de 3 millions d’habitants située une centaine de kilomètres vers le Sud. Cette évacuation ne les a pas complètement mis à l’abri des irradiations et contaminations ultérieures, car l’eau de boisson alimentant cette ville par l’intermédiaire d’un barrage situé entre les deux villes était elle-même contaminée fin 1986 à hauteur de plusieurs centaines à plusieurs milliers de Becquerel de Cs-137 par litre.
Lire la suite

Avr 26

Chernobyl, 27 ans – Une catastrophe toujours en cours.

Il y a 27 ans. Une faute de manoeuvre,le réacteur prend feu et explose.

Entre 6 et 7 millions de personnes vivent encore dans les 150 000 km2 de territoires contaminés au Césium en Ukraine, en Biélorussie et en Russie.
Ils ont été soumis à l’irradiation et à la contamination lors de l’accident ; ils sont maintenant soumis à une contamination interne chronique par ingestion d’aliments cultivés dans ces territoires.
L’état de santé des enfants, des adolescents laisse à désirer. La population décroit.
Voir les Actes du Forum Scientifique et Citoyen sur la Radioprotection de Genève, Mai 2012
Lire ou télécharger gratuitement ces Actes

Le bilan de Chernobyl a depuis le début été minimisé par les « officiels »: OMS et AIEA. Lire la suite

Avr 20

Un printemps à Tchernobyl

En 2008, le « dessin’acteur » Emmanuel Lepage participe à un projet artistique à Tchernobyl. Il en revient bouleversé.

E. LepageQuatre ans après ce séjour, il vient d’éditer « Un printemps à Tchernobyl« , dans lequel il recourt à la bande dessinée, à l’illustration et au croquis.
Un beau « livre graphique » débordant d’humanité

Entretien avec Jocelyn Peyret
Lire la suite

Avr 10

Il n’y a pas qu’au Japon qu’on se fait irradier

Les irradiés de Brest prennent la parole!

L’Association Henri Pézerat a tenu, à Brest, le 2 avril, une assemblée constitutive de: « l’Antenne Association Henri Pézerat des irradiés des armes nucléaires et leurs familles ».

Pourquoi Brest ? A l’Ile Longue, base des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) , des dizaines de travailleurs de l’Arsenal – mécaniciens, pyrotechniciens, électriciens – sont atteints de maladies graves, parmi lesquelles des leucémies et des cancers. Plusieurs sont morts, qui avaient entre 45 et 60 ans. Ces ouvriers ont travaillé pendant des décennies – au moins de 1972 à 1996 – au montage de têtes nucléaires, sans aucune protection.
Lire la suite

Fév 04

Développer les programmes de récupération pour les classes d’enfants concernés par le désastre nucléaire de Fukushima

Le 19 Octobre 2012 , le « Conseil des citoyens pour une aide aux enfants et aux victimes du désastre nucléaire » s’est réuni à Tokyo
Le but de la réunion était d’accroître l’aide aux programmes de récupération des enfants vivant dans les régions contaminées. Et de promouvoir des projets scolaires de récupération.

Programmes de récupération: périodes où l’enfant va vivre dans une zone non contaminée et reçoit une nourriture non polluée.
Cela se pratique pour les enfants de Tchernobyl; les médecins ont mesuré que la charge radioactive en Césium des enfants diminuait de 30% lors d’un séjour de 3 semaines.
Voir Les enfants de Tchernobyl et la note en bas de page.

Quelques extraits de l’information de l’association « Save children from radiations » (en anglais)

Lire la suite

Jan 23

L’émission de gaz mercaptan à Rouen, une leçon malodorante grandeur nature

carte-Rouen-paris

Rouen-Paris et quelques sites nucléaires

Le gaz malodorant, du Mercaptan, émis accidentellement par une usine de Rouen a atteint rapidement Paris qui est à 110 km à vol d’oiseau.
Il a traversé la Manche et infesté le sud de l’Angleterre. La côte anglaise la plus proche est à 160 km.
Lire la suite