Oct 31

Fukushima 5 ans après– Nouveaux résultats concernant les cancers de la thyroïde

Une synthèse de la situation par le Dr Rosen de la section allemande de l’ IPPNW.

https://www.ippnw.de/atomenergie/gesundheit/artikel/de/fukushima-nach-5-jahren-neue-erk.html

12.10.2016
Depuis 2011, tous les habitants de la préfecture de Fukushima qui avaient moins de 18 ans lors de la catastrophe nucléaire de mars 2011, sont soumis tous les deux ans à des tests thyroïdiens.
La première série d’examens s’est déroulée entre octobre 2011 et mars 2014, la seconde d’avril 2014 à avril 2016 et la troisième a démarré en mai 2016. Les résultats de cette troisième série ne sont pas encore disponibles et nous devons donc nous limiter à ceux des deux premières séries de tests.
Parmi les 381 281 enfants ciblés, un total de 300 476 a été examiné au cours de la première série de tests, et seulement 270 378 (70,9 %) pendant la seconde série.
Le sort des quelque 110 000 enfants restants, ce qui représente tout de même près de 30 % de la population concernée, n’entre en compte dans aucune étude scientifique. Ces enfants peuvent par exemple avoir déménagé vers une destination inconnue, avoir été empêchés de prendre part au dépistage en raison des restrictions s’appliquant aux tests ou avoir refusé de participer. Cette dernière variante est même depuis peu soutenue activement par l’Université de Médecine de Fukushima (voir IPPNW ATOM-Energie-Newsletter August 2016).

Ce qui est particulièrement inquiétant, c’est que le second dépistage a trouvé 59,8 % de nodules ou de kystes. Le premier dépistage en avait trouvé 48,5 %. Cela signifie que chez 42 422 enfants qui ne présentaient encore aucune anomalie thyroïdienne la première fois, on a découvert des kystes ou des nodules au second dépistage. Et chez 393 d’entre eux, ces nodules étaient déjà si gros qu’il a été nécessaire de faire des examens complémentaires.
En outre, chez 935 des enfants qui, au premier dépistage, présentaient des kystes ou des nodules de petite taille, on s’est rendu compte au second dépistage que ces anomalies s’étaient développé si vite que les enfants ont dû être soumis à des examens plus poussés. Ces chiffres sont tous perturbants, mais ils illustrent aussi une dynamique certaine de la morbidité entre les deux premières séries de dépistage.

En raison des changements importants visibles à l’examen échographique, 721 enfants ont dû jusqu’à présent subir une biopsie à l’aiguille fine (545 après le premier dépistage, 176 après le second). L’examen au microscope a décelé un total de 175 cas de suspicion de cancer (116 au premier dépistage, 59 au second).
Parmi ces enfants, 136 ont dû être opérés parce qu’ils présentaient des métastases dans les ganglions lymphatiques (22,4 %), des métastases distantes (2,4 %) ou une croissance dangereuse de leur tumeur (pourcentage inconnu) : 102 enfants (premier dépistage) et 34 enfants (second dépistage) ont ainsi été opérés.
Dans 91 % des cas, on a seulement enlevé un seul lobe thyroïdien, mais chez 9% des patients, toute la thyroïde a dû être enlevée.
Chez 135 de ces enfants (99,3 %) le diagnostic de cancer a été confirmé par un examen histologique. Dans 133 cas, on a trouvé en termes histologiques un « carcinome papillaire de la thyroïde » ; deux cas ont été jugés comme un carcinome de la thyroïde « autre » ou « peu/mal différencié ». Un des cas s’est avéré être une tumeur bénigne. Il reste encore 39 autres enfants chez qui on soupçonne fortement un carcinome de la thyroïde (14 issus du premier dépistage, 25 du second) mais ils attendent encore d’être opérés.

Pour ce qui est des 102 cas de cancer du premier dépistage, il est difficile de dire clairement dans quelle mesure ils sont attribuables à l’effet dépistage, c’est-à-dire qu’ils représenteraient des diagnostics qui en réalité n’auraient été décelés que plus tard, mais qui auraient été découverts de façon précoce grâce aux séries d’examens pratiqués sur des participants cliniquement sains. Toutefois, les 34 cas de cancer nouvellement diagnostiqués à partir de la seconde série de tests doivent s’être développés dans la période qui sépare le premier du second dépistage.
Si l’on part du principe qu’entre les deux séries de tests il s’est toujours écoulé deux ans comme prévu, on arrive à un taux annuel de nouveaux cas de maladie (incidence) de 6,3 cas par an pour 100 000 enfants (34 nouveaux cas pour une population de 270 327 enfants sur une période de 2 ans). Le taux d’incidence du cancer de la thyroïde chez les enfants au Japon était de 0,3 pour 100 000, avant la catastrophe nucléaire de Fukushima. La multiplication de l’incidence des cancers de la thyroïde chez les enfants par plus de 20 ne peut plus s’expliquer par un soi-disant effet de dépistage.

Depuis, on a également appris que des cas de récidive ont déjà été constatés : il s’agit ici de patients qui avaient été opérés de leur cancer et qui, à l’occasion des tests suivants, présentent à nouveau, des tumeurs cancéreuses. Au cours du Symposium international qui s’est tenu dans la ville de Fukushima le 26 septembre 2016, le Professeur Shunichi Suzuki de l’Université de Médecine de Fukushima a parlé d’un taux de récidive de « quelques pour cents ». Ces informations prouvent encore une fois que si les carcinomes thyroïdiens se laissent en principe bien traiter chez les enfants, les complications ne sont jamais à exclure.
Outre la stigmatisation à vie qu’entraîne toujours le cancer, outre la nécessité d’une prise permanente de médicaments et d’examens médicaux réguliers, la peur d’une rechute et des complications fatales constituent pour les patients concernés et leur famille un fardeau non négligeable. Et ce fardeau est tout simplement ignoré dans les statistiques et les conférences de presse de l’Université de Médecine de Fukushima.

Résumé des données concernant le cancer de la thyroïde (mise à jour de septembre 2016) :

 

Première étude (octobre 2011 – mars 2014)
Nombre d’enfants testés 300 476 (81,7 %)
Nodules et kystes à l’échographie 145 869 (48,5 %)
Biopsie à l’aiguille fine suite à des résultats échographiques frappants 545
Suspicions de cancer après biopsie à l’aiguille fine 116
Opérations à cause de métastases ou de croissance rapide 102
Confirmation du diagnostic de cancer par l’examen histologique 101
Tumeur bénigne à l’examen histologique 1
Prévalence des cancers thyroïdiens dans la cohorte étudiée 33,6 pour 100 000

 


 

Deuxième étude (avril 2014 – mars 2016)
Nombre d’enfants testés 270 378 (70,9%)
Nodules et kystes à la radio  161 708 (59,8 %)
Dont nouveaux cas non décelés au 1er examen 42 422
Nodules > 5 mm, ou kystes < 20 mm 393
Biopsie à l’aiguille fine suite à des résultats échographiques frappants 176
Suspicions de cancer après biopsie à l’aiguille fine 59
Opérations à cause de métastases ou de croissance rapide 34
Confirmation du diagnostic de cancer par l’examen histologique 34
Tumeur bénigne à l’examen histologique 0
Prévalence des cancers thyroïdiens entre le 1er et le 2è dépistage 6,3 pour 100 000

 

Dr Alex Rosen
Section allemande de l’IPPNW – https://www.ippnw.de/

 

Sources: 

The 24th Prefectural Oversight Committee Meeting for Fukushima Health Managemant Survey“ 15.09.2016

Thyroid Cancer: A Few Percent Recurred After Surgeries. NHK News. http://archive.is/XSVmR#selection-2965.1-2983.13. (Englische Übersetzung)

 
 

Traduction: www.fukushima-is-still-news.com/
Mise en page Vivre-apres-fukushima.fr


Note:

Je vous rappelle l’article du Pr TSUDA paru dans «EPIDEMIOLOGY» en Mai 2016 qui affirmait déjà que contrairement à ce qu’affirme la Faculté de Fukushima l’excès de cancers de la Thyroïde ne peut ếtre causé par l’amélioration du dépistage.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26441345

Oui, la faculté elle même affirme auprès des jeunes que ces dépistages sont «déraisonnables», qu’on peut les «sécher» sans problème. !
voyez l’article: http://www.vivre-apres-fukushima.fr/fukushima-le-depistage-des-cancers-de-la-thyroide-serait-deraisonnable/

Qu’est l’IPPNW ?

L’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (en anglais : International Physicians for the Prevention of Nuclear War, IPPNW), est une organisation internationale pacifiste de médecins qui s’engagent pour le désarmement nucléaire. Créée en 1980, l’organisation obtient le prix Unesco de l’éducation pour la paix en 1984 et le prix Nobel de la Paix en 1985 pour son « important et compétent travail d’information », qui améliora la conscience mondiale sur les conséquences d’une guerre nucléaire et syndrome d’irradiation aiguë.
L’organisation regroupe près de 150 000 membres dans plus de 50 pays.
Le site de l’IPPNW: http://ippnw.org/

Le site de la section française:
Association des Médecins pour la Prévention de la Guerre Nucléaire
http://amfpgn.org/site/category/qui-sommes-nous/amfpgn-presentation/

Le 31 octobre 2016


Oct 25

Les cancers de la thyroïde en France après Tchernobyl

Communiqué commun du 24/10/2016
Se sont associés à la CRIIRAD, le Dr Denis FAUCONNIER,
Annie THÉBAUD-MONY (Association Henri PÉZERAT & GISCOP93)
et Chantal LHOIR (AFMT)

« Épidémie » de cancers de la thyroïde :
Faut-il poursuivre l’Institut de Veille Sanitaire (InVS)
pour délit de tromperie ?

L’InVS a célébré le 30ème anniversaire de la catastrophe de TCHERNOBYL avec un rapport qui constitue un véritable déni de droit pour les victimes, passées et à venir, des polluants cancérogènes.
L’augmentation de l’incidence des cancers de la thyroïde ne serait pas réelle mais proviendrait pour l’essentiel de l’amélioration du dépistage et de la découverte de micro-cancers qui n’auraient jamais atteint de stade clinique. Rien ne prouverait, en particulier, le rôle des pollutions radioactives.

Le 1er juin 2016, en réaction à cette publication, le Dr Fauconnier, l’Association Française des Malades de la Thyroïde, l’Association Henri Pézerat et la CRIIRAD ont adressé une demande au ministère de la Santé, ministère de tutelle de l’InVS.

Cinq mois plus tard, en dépit d’une relance, aucune réponse de fond n’est encore parvenue. Les signataires ont donc décidé de rendre publique leur critique des travaux de l’Institut de Veille sanitaire : méthodologie inadaptée, données non actualisées, erreurs de raisonnement.

Cet institut est désormais intégré dans Santé publique France qui a pour mission de «protéger efficacement la santé des populations», « d’anticiper et d’alerter par la veille et la surveillance épidémiologique ». Les associations demandent à Mme Touraine, ministre de la santé, des actes concrets prouvant la réalité de ces engagements : la publication de toutes les données d’incidence sur le cancer de la thyroïde et la correction des erreurs de raisonnement qui biaisent l’analyse des données et conduisent à masquer l’impact de Tchernobyl.

Cela fait 30 ans que les autorités françaises s’emploient à étouffer le bilan sanitaire de l’accident de Tchernobyl. Par exemple, aucune enquête officielle n’a jamais été ouverte, en dépit de demandes répétées, sur le pic d’hypothyroïdies néonatales de 1986, alors qu’il constitue la preuve de l’importance de la contamination subie par la population et de la réalité des dommages. Pour que ceci ne se reproduise jamais, des garanties et des outils doivent impérativement être mis en place.

Face à l’explosion de l’incidence des cancers, il est impératif de mettre en œuvre des registres de cancer qualitatifs, documentant l’exposition personnelle et professionnelle des malades, et de réorienter d’urgence la recherche en santé publique, afin qu’elle soit effectivement au service de la connaissance, de la reconnaissance et de la prévention.

Lire la critique des travaux de l’InVS

CRIIRAD – Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité

29 Cours Manuel de Falla 26000 VALENCE- 04 75 41 82 50
asso@criirad.org – www.criirad.org


Je vous invite à lire les deux textes présentés ci dessus par la CRIIRAD: la critique des travaux de l’INVS et le pic d’hypothyroïdies néonatales de 19896.
En Californie une augmentation des cas d’hypothyroïdie chez les nouveaux-nés a été constatée après le passage du nuage radioactif de Fukushima; lire l’article du 08 Janvier 2014: Les nourrissons de Californie ont été atteints par les retombées de Fukushima
Le 25 octobre 2016

Oct 24

L’OMS renouvelle son poste de Directeur Général

Le collectif « IndependentWHO – Santé et nucléaire » (IW) a écrit à chacun des six candidats pour le poste de Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en soulignant les lacunes de l’organisation concernant les effets des rayonnements ionisants sur la santé de millions de personnes.
La lettre (ci-jointe) attire l’attention sur six demandes formulées par IW, qui depuis près de dix ans a tenu une « Vigie d’Hippocrate » face au siège de l’OMS à Genève. Le collectif souligne que pendant le mandat du Dr Margaret Chan à la tête de l’OMS, ces demandes ont été ignorées.
La lettre exhorte l’OMS à «se libérer des chaines du lobby nucléaire.»

Les candidat-e-s (pour plus d’information voir leurs sites internet) :

  • – Tedros Adhanom (Éthiopie)
  • – Flavia Bustreo (Italie)
  • – Philippe Douste-Blazy (France)
  • – David Nabarro (Royaume-Uni)
  • – Sania Nishtar (Pakistan)
  • – Miklós Szócska (Hongrie)

Genève … octobre 2016
Chère candidate, cher candidat,

Depuis bientôt dix ans notre collectif « IndependentWHO – Santé et Nucléaire » interpelle
l’Organisation Mondiale de la Santé sur ses manquements dans le domaine des effets des
rayonnements ionisants sur la santé de millions d’êtres humains. Par notre « vigie
d’Hippocrate » chaque jour ouvrable devant le siège de l’OMS et par d’autres actions
d’information auprès d’un large public, nous demandons que l’OMS se libère de l’emprise du
lobby nucléaire. Nos revendications se résument à six demandes d’action formulées à l’OMS
que vous trouverez ci-dessous mais qui sont restées à ce jour sans réponse.
Nous avons appris que vous briguiez la succession de l’actuelle Directrice générale de
l’institution, la Dr Margaret Chan. Votre élection sera-t-elle l’occasion de donner un nouvel
espoir aux victimes des radiations atomiques ? Pour cela, nous vous proposons de vous
engager à :

1. Rétablir le Département Radiation et Santé au niveau de directeur et recruter des
experts indépendants et reconnus internationalement pour conduire et coordonner les
réponses à apporter en matière de santé publique lors de catastrophes telles que Fukushima et Tchernobyl et pour travailler également sur les conséquences sanitaires liées aux activités du nucléaire en général.

2. Prendre des mesures immédiates, en collaboration avec les partenaires compétents comprenant l’Office pour la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA), pour s’assurer que les soins médicaux, les traitements et une radioprotection appropriés seront fournis aux populations vivant dans les régions contaminées.

3. Coordonner en priorité avec les partenaires compétents, l’importation de nourriture propre pour satisfaire tous les besoins nutritionnels des populations vivant dans les régions contaminées et l’exécution d’interventions (telles que l’administration quotidienne de pectine de pomme) connues pour faciliter l’élimination des radionucléides et qui réduisent de manière significative les doses radioactives délivrées aux cellules et aux organes sensibles.

4. Instaurer une Commission sur les rayonnements ionisants et la santé, composée d’experts indépendants pour examiner et étudier scientifiquement les conséquences sanitaires des accidents de Tchernobyl et de Fukushima, en intégrant toutes les études réalisées par les chercheurs indépendants, qui n’ont aucune relation, financière ou autre, avec l’industrie nucléaire ni avec des associations de l’industrie nucléaire, et de rendre compte de leurs résultats à l’Assemblée Mondiale de la Santé.

5. Au sein de cette Commission, créer des groupes de travail pour examiner et faire des rapports sur les preuves disponibles, les lacunes dans la recherche sur différents aspects de la radioprotection, et comme priorité, un groupe de travail sur les conséquences sanitaires des doses faibles, internes, chroniques, et un groupe de travail sur les effets causés sur le génome humain par les sources externes et internes d’irradiations.

6. Publier et rendre disponibles dans leur intégralité, les actes des conférences de Genève en 1995 et de Kiev en 2001 sur les conséquences sanitaires de la catastrophe de Tchernobyl.

Vous trouverez ces demandes ainsi que des informations sur toutes les actions entreprises par les membres de notre collectif sur notre site internet www.independentwho.org . Vous verrez les portraits de tous ceux et toutes celles qui année après année, quelles que soient la saison et les intempéries, ont maintenu leur vigie silencieuse en face du siège de l’OMS, dont vous souhaitez prendre en mains la direction.
Vous y trouverez également les Actes des deux Forums scientifiques et citoyens, sur la radioprotection et sur les effets génétiques des rayonnements ionisants, que nous avons organisés à Genève les 12 et 13 Mai 2012 et le 29 Novembre 2014 en l’absence de l’OMS qui y était invitée. Nous considérons qu’en organisant ces rencontres et en en publiant les exposés, débats et conclusions, nous avons fait le travail de l’institution que vous aspirez à diriger et dont nous déplorons le silence sur ces travaux malgré son engagement de prendre en compte les recherches de scientifiques indépendants.

Vous engagerez-vous à reprendre à votre compte notre combat en faveur des victimes des rayonnements ionisants disséminés à Tchernobyl plus de trente ans après l’accident, à Fukushima depuis plus de cinq ans, et ailleurs dans le monde du fait des retombées des essais nucléaires atmosphériques militaires, des rejets autorisés et accidentels des centrales nucléaires civiles, des zones de stockage des déchets nucléaires et des sites d’extraction d’uranium, et lors de l’emploi d’armes contenant de l’uranium appauvri ?
Nous comptons sur votre réponse.

INDEPENDENT WHO


IndependentWHO – Santé et Nucléaire est un mouvement citoyen créé en 2007 par un
collectif d’individus et d’associations
– Brut de Beton Production, Contratom Genève,
CRIIRAD, Enfants de Tchernobyl Belarus, IPPNW Suisse, People’s Health Movement,
Réseau SDN, SDN Loire&Vilaine – soutenu par une large coalition d’ONG.
Il s’adresse à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui, en matière de rayonnements ionisants, ne remplit pas sa mission constitutionnelle : « agir en tant qu’autorité directrice et coordinatrice dans le domaine de la santé » et « aider à former parmi les peuples une opinion éclairée en ce qui concerne la santé».

Pour plus d’informations: www.independentwho.org
ou appelez: George Gordon-Lennox +33 (0) 4 50 42 44 67
info@independentwho.org

Le Processus d’élection du Directeur général de l’OMS:
http://www.who.int/dg/election/fr/

Le 24 ocoobre 2016


Oct 16

NON au recyclage des déchets dits «très faiblement radioactifs» dans notre environnement quotidien!

Vous pouvez participer à la consultation publique sur le «plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR 2016-2018)»

Le 16 octobre 2016

La CRIIRAD nous alerte sur un aspect particulièrement inquiétant du projet du «Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs» : l’article 24 du projet d’arrêté demande à AREVA et EDF de présenter d’ici le 30 juin 2018 un avant-projet d’installation de traitement des déchets métalliques «Très Faible Activité» pour recyclage dans les biens de consommation ou les produits de construction.

Si ce projet est adopté, à plus ou moins long terme, les métaux issus du nucléaire (et leur contamination résiduelle) se retrouveront dans nos voitures, nos poussettes, nos casseroles…

Actuellement, le recyclage de produits même très faiblement radioactifs dans le domaine public est interdit par le code de la santé publique : seul le recyclage dans des filières nucléaires contrôlées est autorisé. Pour contourner cet obstacle, le projet d’arrêté demande aux exploitants de préparer les éléments nécessaires à l’obtention d’une dérogation.

Voir les détails dans le dossier de la CRIIRAD:

http://www.criirad.org/mobilisation/metaux-radioactifs.html

Comment agir ?

Il vous suffit de vous rendre sur le site des consultations publiques du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer et d’y déposer votre commentaire.

p>Cliquer ici pour accéder aux documents et participer à la consultation.
http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/plan-national-de-gestion-des-matieres-et-des-a1539.html

Vous trouverez une lettre type sur le site de la CRIIRAD. Vous pouvez la résumer, la modifier à votre guise:
http://www.criirad.org/mobilisation/metaux-radioactifs.html

J’ai pour ma part déposé le texte suivant:

Pas de recyclage de matériaux radioactifs dans le domaine public.
Les matériaux même faiblement radioactifs issus du démantèlement des installations nucléaires doivent rester dans des filières contrôlées. Elles ne doivent pas être dispersées dans le domaine public où elles seront vite perdues de vue. Il est prouvé que l’exposition à la radioactivité est nocive pour les populations et leurs descendants, sans seuil.
Aucune dérogation n’est tolérable en la matière.
Je demande le report à fin décembre 2016 de la date de clôture de la consultation publique afin de pouvoir analyser plus avant ce volumineux dossier de plus de 500 pages de documents et formuler un avis.

Note:

Il n’y a toujours pas de solution pour gérer les déchets des installations radioactives; ici, les ferrailles issues du démantèlement des vieilles installations.
La dilution de la contamination radioactive ne la diminue en rien. Elle augmente seulement le nombre de gens susceptibles d’être contaminés.

Mise à jour du 27 octobre: La CRIIRAD précise:
Sont d’ores-et-déjà concernés 900 000 tonnes de métaux ferreux de catégorie TFA (Très Faible Activité) :

  • 150 000 tonnes provenant du démantèlement de l’usine Eurodif d’enrichissement de l’uranium (INB 93),
  • 100 000 t provenant du démantèlement de générateurs de vapeur des centrales nucléaires EDF
  • et 650 000 t de « vrac » hétérogène