Jan 31

L’obésité : un problème croissant chez les jeunes de Fukushima

Selon le gouvernement la crainte des rayonnements empêcherait les enfants de jouer dehors.

24 Janvier 2015 – Résumé d’un article du journal Asahi Shimbun

Une enquête en 2014 du ministère de l’éducation a constaté que 15,07 % des enfants âgés de 9 ans dépassaient de 20% le poids normal dans la préfecture de Fukushima.
C’était le chiffre le plus élevé d’enfants en surpoids des 47 préfectures japonaises.
La moyenne nationale d’enfants en surpoids était de 8,14 %.

Même constatation de surpoids pour les enfants de 7 ans, 11 ans et 13 ans.
Pour les 17 ans, 13,11 % étaient en surpoids alors que la moyenne nationale était de 9,48 %.

Selon le ministère, les enfants sont plus couramment obèses dans la région du Tohoku (1)où la neige d’hiver tend à faire rester à les plus jeunes à l’intérieur.
Cependant cette tendance à l’obésité est particulièrement nette dans la préfecture de Fukushima depuis la catastrophe nucléaire de 2011.
Le ministère affirme cela est dû au fait que les enfants de Fukushima ne sont pas autorisés à jouer dehors par crainte des radiations et des autres changements de mode de vie associés.
Le ministère va s’engager dans une amélioration de l’éducation physique; «mais cela demandera du temps avant que les résultats n’apparaissent».

(1) Tohoku: la région nord est de l’île principale du Japon où se trouve la préfecture de Fukushima


Notes

Voici une des rares indications qui filtrent sur l’état de santé des habitants de la province de Fukushima.
Dans toutes les classes d’âge de la jeunesse de la province de Fukushima la proportion de jeunes en surpoids est plus grande que dans les autres provinces japonaises.
C’est précisément la région où il y a eu une pollution nucléaire majeure. Et on nous donne comme explication unique la sédentarité induite par la crainte des rayonnements.
Officiellement tout ce qui n’est pas tumeurs thyroïdiennes bénignes ou malignes aurait une origine psychique: la crainte (injustifiée) des rayonnements. C’est ce que s’entendent affirmer les parents inquiets lors des consultations.

Le surpoids serait la seule anomalie observée ?

La sédentarité serait-elle la seule cause de cet accroissement du nombre de jeunes en surpoids ? Construire des gymnases fermés va-t-il régler la situation ? les autorités elles-même ne semblent pas trop y croire.
Les autorités ont-elles cherché d’autres causes à cette augmentation des cas de surpoids ? L’alimentation ? les perturbateurs endocriniens ? d’autres facteurs ? La contamination nucléaire ?
De nombreux cas d’anomalies thyroïdiennes ont été constatés; les autorités n’ont communiqué que sur les lésions tumorales et kystiques; rien n’a été communiqué au sujet d’éventuelles anomalies du fonctionnement thyroïdien; on sait que l’insuffisance thyroïdienne s’accompagne d’une prise de poids.

Voici ce qu’écrit Alexei YABLOKOV dans son ouvrage de référence TCHERNOBYL: CONSÉQUENCES DE LA CATASTROPHE POUR L’HOMME ET LA NATURE dont vous pouvez télécharger ici une traduction partielle en français.

Chapitre 7.2- Enfin, il faut tenir compte du fait que le cancer de la thyroïde n’est que la pointe de l’iceberg des affections radio induites de cet organe (cf. partie 6.3.2.) – pour chaque cas de cancer il y a des centaines de cas d’autres maladies de la thyroïde, qui altèrent aussi son fonctionnement.

Une étude plus précise des causes possibles de ce surpoids des jeunes serait utile.


Le comportement des officiels japonais est tout à fait conforme à la doctrine officielle des institutions nucléaires: AIEA, UNSCEAR etc:
Voici ce que dit le rapport de l’UNSCEAR de 2013: tous les problèmes de santé rencontrés par les habitants exposés aux radiations sont dûs à la peur des rayonnements: dépressions, syndromes post-traumatiques. L’UNSCEAR,de plus, s’en désintéresse:

Traduction d’un paragraphe du rapport de l’UNSCEAR:
39. Les doses reçues par le grand public, à la fois au cours de la première année et estimées pour leur vie entière, sont généralement faibles ou très faibles. Aucune augmentation discernable des conséquences sur la santé liés aux rayonnements n’est prévisible pour les gens exposés ou de leurs descendants.
L’effet le plus important sur la santé concerne le bien-être mental et social, conséquence à l’énorme impact du tremblement de terre, du tsunami et de l’accident nucléaire; et aussi à la peur et la stigmatisation liées à la perception du risque d’exposition aux rayonnements ionisants.
Des effets tels que la dépression et les symptômes post-traumatiques de stress ont déjà été signalés.
L’estimation de la fréquence et la gravité de ces effets sur la santé sont en dehors de la compétence du Comité.

Ce rapport est l’objet de critiques sévères de médecins et de biologistes qui le considèrent comme un document de propagande et demandent qu’il soit corrigé

La critique du rapport 2013 de l’UNSCEAR sur les conséquences de Fukushima par le Dr Keith BAVERSTOCK
La critique du dr Baverstock en français
Un résumé avec quelques commentaires
– Original de la critique en anglais

40 ONG dont des médecins ont demandé à l’ONU la révision de rapport 2013 de l’UNSCEAR

Qu’est- ce que l’UNSCEAR ? pourquoi son rapport doit-il être révisé ?

United Nations Scientific Commitee on the Effects of Atomic Radiation.
http://www.unscear.org/
L’UNSCEAR a été créé par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1955. Son mandat dans le système des Nations Unies est d’évaluer les niveaux et les effets de l’exposition aux rayonnements ionisants.
Les gouvernements et les organisations à travers le monde s’appuient sur les estimations de l’UNSCEAR pour évaluer le risque des rayonnements et établir des mesures de protection,d’où l’importance de ses rapports
Le Rapport UNSCEAR ici critiqué est visible en anglais
http://www.unscear.org/docs/reports/2013/13-85418_Report_2013_Annex_A.pdf

Le 31 janvier 2014

L’information en français sur Fukushima:
La revue de presse hebdomadaire de PECTINE
Les Veilleurs de Fukushima
et bien d’autres que vous trouverez aux deux adresses ci-dessus
et dans la colonne de droite de cette page.

Jan 22

Le riz de Fukushima a passé les tests de contamination avec succès grâce à un engrais à base de Potassium.

Janvier 2015. Pour la première fois, tout le riz produit dans la préfecture de Fukushima a respecté la norme de contamination.

Résumé d’un article en anglais du Japan Times qui reprend un article en japonais du journal Fukushima Minpo
http://www.japantimes.co.jp/news/2015/01/18/national/all-2014-fukushima-rice-cleared-radiation-tests-thanks-to-fertilizer/

La loi japonaise sur l’hygiène alimentaire interdit la vente de riz émettant plus de 100 becquerels de Césiums par kilogramme.
En 2014, la préfecture de Fukushima a vérifié chaque sac de riz produit dans la préfecture – quelques 10,75 millions de sacs. Ils étaient tous conformes.

En 2012, un total de 10,35 millions de sacs avaient été testés et 71, soit 0,0007 %, avaient échoué au test: les sacs au dessus de 100Bq/kg ont été jetés.
En 2013 11 millions de sacs ont été testés: seulement 28 dépassaient les 100 Bq/kg, soit 0,0003 %.

Les experts attribuent ce résultat à l’utilisation pendant la culture d’engrais à base de Chlorure de potassium, qui empêche la plante d’absorber le Césium radioactif.

La préfecture prend en charge le coût des engrais. En 2014 elle a distribué 1,61 milliards de Yens (11,7 millions d’Euros) de subventions permettant aux riziculteurs d’acheter suffisamment d’engrais à base de Chlorure de potassium pour traiter 68.000 hectares de rizières.

Le Pr Keisuke Nemoto, professeur au laboratoire de l’Université de Tokyo étudie comment le Césium radioactif pénètre dans le riz:
Il est important de conserver de hauts niveaux niveaux de potassium dans le sol tant que le riz est jeune.
Si les riziculteurs cessent d’ajouter du Potassium dans le sol, sa concentration dans le sol va baisser et le riz pourra alors absorber à nouveau le Césium; il faut donc poursuivre les apports de Potassium.
L’an dernier le riz cultivé sans engrais potassique dépassait encore la limite de 100 Bq/kg.

L’article original en anglais


Notes

Le Césium 137 émis par la centrale accidentée est un émetteur de rayonnement Gamma. Il pert la moitié de sa radioactivité tous les 30 ans; à bientôt 4 ans de la catastrophe, l’activité restante du Césium 137 est encore de 91%.
Les propriétés chimiques du Césium sont proches de celles du Potassium. Si la plante manque de Potassium elle le remplace par le Césium radioactif. Dans l’organisme il se concentre préférentiellement dans les muscles (dont le coeur).

C’est la même chose pour le Strontium qui a des propriétés voisines de celles du calcium. Si la plante manque de Calcium, elle va absorber le Strontium. Le strontium a une demie vie de 28,8 ans.C’est un émetteur de rayons Bêta, plus difficiles à détecter que les Gammas. Il se concentre préférentiellement dans l’os d’où il irradie la moëlle osseuse.

Tchernobyl: Dans son petit manuel de radioprotection, Vladimir BABENKO donne des conseils aux populations vivant en terrain contaminé par Tchernobyl. Pour leurs potagers, il conseille l’usage d’engrais complets avec éventuellement supplément de Chlorure de Potassium; chauler si la terre est acide; apport de fertilisants organiques (fumier, compost); Il déconseille formellement d’utiliser comme engrais les cendres de bois qui sont un concentré de la pollution du bois brûlé.
« En règle générale, on pourra obtenir des produits peu contaminés sur des sols convenablement traités et bien fertilisés.»
Vladimir BABENKO – Après l’accident atomique – «Guide pratique d’une radioprotection efficace» – Éditions Tatamis.
Ce petit livre a été écrit en 2003, traduit en français, puis en japonais en 2011. On le trouve facilement dans les librairies françaises et sur internet.

Le taux normal de Césium dans les aliments est de ZÉRO. Il n’existe pas normalement dans la nature.

Le fait qu’un sac ait passé avec succès le test de radioactivité signifie qu’il émet moins de 100 Bq/kg. Cela ne signifie pas du tout qu’il est indemne de radioactivité.
100 Becquerels = 100 désintégrations chaque seconde.
Il n’est pas question dans les tests du taux éventuel de Strontium ni d’autres polluants.

L’Europe accepte l’importation de denrées alimentaires polluées au Césium à moins de 100 Bq/kg. Voir l’article précédent du 20 Janvier 2015.


Cet article de l’ACRO nous donne un aperçu des problèmes de commercialisation que rencontrent les produits agricoles en provenance de la préfecture de Fukushima:

Mardi 20 janvier :
• Les produits agricoles de Fukushima se vendent toujours mal
Le prix de la viande de bœuf élevé à Fukushima se vend toujours à environ 10% de moins que le prix du marché. Les éleveurs de cette province ont du mal à joindre les deux bouts. Pourtant, chaque bête est contrôlée avant abattage et aucune n’a dépassé la limite de 100 Bq/kg depuis octobre 2012.
Mais cela ne suffit pas. Malgré une réelle amélioration des contrôles de la nourriture, une multiplication des structures de mesure, la confiance des consommateurs n’est pas revenue après la crise de 2011.
C’est la même chose avec les fruits et les légumes. Les autorités continuent d’accuser les «rumeurs néfastes». Ce n’est pas comme cela que la situation va s’améliorer.

Les pêcheurs ont les mêmes soucis à cause des masses d’eau contaminée que rejette chaque jour la centrale dans l’océan Pacifique.

Le 22 Janvier 2015

L’information en français sur Fukushima:
La revue de presse hebdomadaire de PECTINE
Les Veilleurs de Fukushima
et bien d’autres que vous trouverez aux deux adresses ci-dessus
et dans la colonne de droite de cette page.

Jan 20

Le contrôle de la radioactivité des denrées en provenance du Japon est allégé

Contrôle de la contamination radioactive des denrées importées du Japon – 05/01/2015

Un communiqué de la DGCCRF
(Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la répression des fraudes
)
http://www.economie.gouv.fr/dgccrf/controle-contamination-radioactive-des-denrees-importees-japon
««

La nouvelle réglementation[1] européenne allège le dispositif de contrôle des importations

La DGCCRF a contrôlé les denrées originaires ou en provenance du japon susceptibles d’être contaminées par les rejets de l’installation de Fukushima.
L’obligation de contrôle documentaire sur chacun des lots importés est ainsi maintenue.
Toutefois, la fréquence minimale de contrôle physique (5 %) est supprimée : les contrôles s’effectuent désormais de manière aléatoire.
Le thé n’est plus contrôlé hormis celui de la préfecture de Fukushima.

Aucune non-conformité n’a été décelée dans les prélèvements analysés

Les contrôles ont eu lieu dans les points d’entrée désignés (PED) ayant enregistré des importations japonaises, à savoir : Le Havre, Roissy, Marseille et Strasbourg, et ont porté sur 4 141 lots. Les laboratoires du SCL situés au Havre, à Lille, Strasbourg, Bordeaux et Marseille ont procédé à 415 analyses de prélèvements, dont 195 de thés et 189 de produits végétaux non frais.

Aucune non-conformité n’a été décelée, et on note une nette diminution de la contamination des thés par rapport à l’année précédente.
La DGCCRF va poursuivre le contrôle des denrées d’origine japonaise importées sur le territoire français.

(1). Règlement d’exécution (UE) n° 322/2014 de la Commission du 28 mars 2014 imposant des conditions particulières à l’importation de denrées alimentaires et d’aliments pour animaux originaires ou en provenance du Japon à la suite de l’accident survenu à la centrale nucléaire de Fukushima.
http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=OJ:JOL_2014_095_R_0001_01&rid=31
»»

Extraits du document européen

Tableau du JO européen

Extrait du JO Européen cité


– Pour les produits déshydratés destinés à être consommés sous forme reconstituée, la limite maximale s’applique au produit reconstitué prêt à être consommé.
– Pour les champignons déshydratés, un coefficient de reconstitution de 5 est appliqué.
– Pour le thé, la limite maximale s’applique à l’infusion obtenue à partir des feuilles de thé. Un coefficient de transformation de 50 est appliqué pour le thé déshydraté; ainsi, une limite de 500 Bq/kg applicable aux feuilles de thé séchées permet de garantir que le niveau de radioactivité dans l’infusion ne dépasse pas la limite maximale de 10 Bq/kg.


Notes:

  • – contrôle documentaire: on consulte les papiers d’importation
  • – contrôle physique: il semble que sur 4 141 lots contrôlés «physiquement» il y ait eu 415 analyses
  • – les contrôles ne sont plus qu’aléatoires alors qu’auparavant il était obligatoire de contrôler effectivement 5% des lots. La fréquence des contrôles physiques réalisés n’est pas indiquée.
  • – Aucune non conformité n’a été décelée: cela ne signifie pas que les échantillons testés sont indemnes de contamination par le césium. Cela signifie seulement qu’ils sont en dessous de la norme européenne ci dessus.
  • – « On note une nette diminution de la contamination des thés»! Cela signifie donc que les thés ont été et sont contaminés
  • A noter que seuls sont contrôlés les Césiums 134 et 137. Aucun contrôle ne semble fait sur le Strontium, Plutonium, le Tritium.
  • La présence normale de Césium dans l’environnement et les aliments est de ZERO. Quelques chiffres auraient été bienvenus.
  • La DGCCRF fait son travail: elle applique la réglementation.

J’avais signalé l’autorisation officielle d’importer des aliments contaminés en Europe dans l’article du 10 Mai 2014: L’Europe autorise l’importations d’aliments contaminés au Césium>

le 20 Janvier 2015

L’information en français sur Fukushima:
La revue de presse hebdomadaire de PECTINE
Les Veilleurs de Fukushima
et bien d’autres que vous trouverez aux deux adresses ci-dessus
et dans la colonne de droite de cette page.

Jan 15

Une visite aux réfugiés à Aizuwakamatsu, Japon

Aidez les enfants de Fukushima, arrêtez les centrales nucléaires
un appel de Kazuhiko Kobayashi

Deux textes à lire absolument sur le fukushima – blog:
La visite aux réfugiés, en français
L’appel de Kazuhiko Kobayashi, en français


L'escroquerie nucléaire-un numéro ancien de Charlie-Hebdo

Un Hors série de Charlie-Hebdo – «L’escroquerie nucléaire»
5 Août 2012

Le 15 janvier 2015


le 16 Janvier 2015
La présentation du numéro spécial de Charlie-hebdo : «L’escroquerie nucléaire»


L’information en français sur Fukushima:
La revue de presse hebdomadaire de PECTINE
Les Veilleurs de Fukushima
et bien d’autres que vous trouverez aux deux adresses ci-dessus
et dans la colonne de droite de cette page.

Jan 13

Les inquiétudes des mères de jeunes enfants à Fukushima

Un psychiatre de Fukushima, Yukihiko Kayama, a suivi depuis 2013, 250 mères d’enfants âgés de 3 à 6 ans, demeurant à Fukushima-ville :
24% étaient fortement déprimées

Le taux habituel de dépression pour cette population serait de 15%
Ces chiffres me posent problème – voir la note

    Les causes principales de ces états dépressifs étaient:

  • leur préoccupation au sujet des effets des radiations
  • leur sentiment d’être « à part » des autres habitants du fait de leur trop de souci ou au contraire de leur manque de souci concernant les radiations.

La ville de Fukushima est à 60 km de la centrale ravagée; elle n’a pas été évacuée; elle abrite encore des réfugiés en provenance des zones évacuées.

    Le niveau d’anxiété à propos des radiations varie:

  • – Certaines ne veulent pas que leurs enfants mangent des aliments originaires de la préfecture de Fukushima et n’autorisent pas leurs enfants à jouer dehors
  • – d’autres se soucient de l’origine des aliments mais ne s’inquiètent pas de laisser les enfants jouer dehors
  • – d’autres ne se préoccupent ni de l’une ni de l’autre

Certaines mères qui emmènent leurs enfants en voiture au jadin d’enfants parce qu’elles redoutent les radiations tout au long du chemin craignent d’être considérées comme trop nerveuses;
D’autres craignent d’être considérées comme insensibles si elles nourrissent leurs enfants avec des aliments en provenance de Fukushima.

Il semble de plus qu’il devienne de plus en plus difficile de parler de rayonnement, de ses soucis à ce sujet, avec ses amis, ses voisins, même en dehors de la préfecture.

Des divergences d’opinion dans le couple peuvent provoquer des difficultés, voire des divorces.

Des divisions et des jalousies sont apparues entre les différents groupes de population selon leur statut de réfugiés, l’emplacement de leur maison, leurs ressources économiques.
Les habitants des zones d’évacuation reçoivent 100.000 Yens (710 €) par mois et par personne. Pour 4 personnes cela fait 400.000 Y (2.840 €) par mois
Des tracts diffamatoires ont été jetés dans les logements temporaires des évacués.
Des voitures avec des plaques d’immatriculation des zones proches de la centrale ont été suivies en klaxonnant en ville.

Le psychiatre pense que les réunions d’information officielles où un expert parle du haut de son estrade devraient être complétées par des réunions en petit groupes où les mères pourraient parler de leurs préoccupations. Avec des interlocuteurs en lesquels elles ont confiance.

Résumé d’un article en anglais de l’Asahi Shimbun du 26 décembre 2014


Note

Plus d’une mère d’un jeune enfant sur 10 « fortement déprimée » dans une population « normale », c’est vraiment beaucoup et peu crédible.
Je pense qu’on est dans un problème de vocabulaire. Les paroles du psychiatre ont été recueilies par le journaliste, écrites en japonais puis traduites en anglais; puis lu par un français. Le texte anglais utilise l’expression « strongly depressed ».
Le psychiatre propose des ateliers de parole, ce qui convient bien pour des mères inquiètes et ne sachant que faire pour élever leurs enfants; mais ce ne serait pas suffisant pour des dépressions sévères telles que nous les nommons en France.
On ne sait pas non plus si ces 250 mères ont été sélectionnées.
Je cite quand même cet article car il montre les problèmes de la vie quotidienne à Fukushima-ville.
Retour en haut de page

le 13 Janvier 2015

L’information en français sur Fukushima:
La revue de presse hebdomadaire de PECTINE
Les Veilleurs de Fukushima
et bien d’autres que vous trouverez aux deux adresses ci-dessus
et dans la colonne de droite de cette page.

Jan 09

Le riz de la préfecture de Fukushima est à moins de 100 Bq par kg

Tout le riz cultivé à Fukushima en 2014 a satisfait aux contrôles de radioactivité.

je suis CharlieUn article de l’ Asahi Shimbun du 3 Janvier 2014

Résumé de l’article:

Dans la préfecture de Fukushima 10,75 millions de sacs de riz ont été testés en 2014; tous émettaient moins de 100 Bq/kg, ce qui est la limite au dessous de laquelle ils peuvent être commercialisés.

La préfecture dispose de 190 appareils de contrôle.
En 2012, sur environ 10 millions de sacs testés 71 sacs avaient été trouvés au dessus de la norme.
En 2013, 28 sacs dépassaient la norme.

Les sacs conformes à la norme reçoivent une étiquette confirmant que le test a été effectué avec succès.
Ceux qui dépassent la norme sont détruits.

Les riziculteurs de la préfecture de Fukushima ont testé diverses méthodes pour diminuer la présence de produits radioactifs dans le riz. L’une des mesures étudiée est d’utiliser certains engrais pour éviter que le césium soit absorbé par la plante.


Notes

    Cet article manque de précision:

  • – le taux normal de césium dans le riz , c’est ZÉRO
  • – Il est prouvé qu’il n’y a pas de dose inoffensive de radioactivité.
  • il n’est pas dit si les sacs de riz sont vérifiés producteur par producteur ou s’ils ont été mélangés
  • il n’est pas précisé si ce riz contaminé mais dans les normes va être commercialisé tel quel ou s’il va être mélangé avec des riz normaux
  • Il n’est pas précisé dans quelle zone géographique ce riz va être vendu
  • Y a-t-il eu un tri préalable ? je suppose que le riz des régions proches de la centrale n’a pas été utilisé
  • le gouvernement japonais a décidé qu’à moins de 100 Bq/kg, il n’y a pas de problème. On peut donc mettre dans le commerce du riz à moins de 100 Bq/kg et en consommer à longueur d’année. Je ne sais pas si dans le commerce de détail le taux de pollution radioactive même faible et conforme aux normes est signalé sur les emballages
  • Femmes enceintes et enfants vont consommer ce riz contaminé. Il serait intéressant de savoir combien de riz par an consomment les japonais , leurs enfants.
  • L’expérience de Tchernobyl montre que les problèmes de santé rencontrés par les populations vivant dans les zones contaminées sont essentiellement dus à la radioactivité ingérée avec les aliments. Il en résulte une contamination interne de l’organisme qui est sans cesse renouvelée. Ce sont les enfants qui sont le plus sensibles à la radioactivité.
  • – Les techniques qui ont permis de diminuer la migration de la radioactivité du sol dans les plants de Riz ne sont pas détaillées dans l’article.
    Dans son livre « Après l’accident atomique », Vladimir Babenko donne des conseils concernant la culture pour les potagers familliaux de la région de Tchernobyl. Très schématiquement, comme les propriétés chimiques du Césium sont proches de celles du potassium et celles du Strontium sont proches de celles du calcium, il faut veiller à ce que les plantes ne manquent ni de potassium ni de calcium dans le sol pour qu’elles ne soient pas amenées à absorber ces deux éléments radioactifs proches.
    « En règle générale on pourra obtenir des produits peu contaminés sur des sols convenablement traités et bien fertilisés
    Son livre a été traduit en japonais et il a rencontré là bas un grand succès.Il est disponible en librairie en France.
  • Vous trouverez une synthèse des constatations faites déjà en 2002 par les médecins de la région de Tchernobyl dans ce texte de Bella Belbeoch:Il concerne les problèmes liés à la contamination chronique d’aliments même faiblement contaminés.
    Plus d’informations concernant la contamination des aliments sur le site de la CRIIRAD

PS. le Pr Youri Bandajevsky, cité dans le texte de Bella Belbeoch, soutenu par Amnesty international et d’autres associations a été libéré le 6 janvier 2006. Indésirable en Biélorussie, a reçu une bourse de recherches d’un an financée par le Conseil régional d’Auvergne et il s’est installé en France à Clermont-Ferrand.
Plusieurs publications du Pr Bendajevsky


Carte de la préfecture de Fukushima

La Préfecture de Fukushima


Les zones en vert sont les plaines et c’est de là que la majeure partie du riz doit provenir
les zones en ocre sont montagneuses et couvertes de forêts (voir la vue satellite sur Google-maps)


Le 09 janvier 2015

L’information en français sur Fukushima:
La revue de presse hebdomadaire de PECTINE
Les Veilleurs de Fukushima
et bien d’autres que vous trouverez aux deux adresses ci-dessus
et dans la colonne de droite de cette page.

Jan 07

Hommage aux victimes du massacre de la rédaction de CHARLIE HEBDO

Solidarité avec les familles des victimes, avec les blessés.
Les assassins de l’esprit s’en sont pris à la liberté de la presse, aux libertés individuelles et collectives.
Veillons à ne pas désigner de boucs émissaires, veillons à maintenir ferme la tolérance, la solidarité, la fraternité

Je pense aussi aux pays qui subissent cette violence au quotidien
Georges

Le 7 janvier 2015