Oct 30

Le gouvernement japonais envisage d’abandonner l’idée que tous les évacués de Fukushima retournent chez eux

Le gouvernement a classé les zones polluées par la centrale explosée en 3 zones:

  • Les zones où la dose annuelle dépasse 50 milliSieverts: retour difficile – environ 25.000 habitants
  • Les zones où des restrictions de vie sont en place: environ 23.000 habitants
  • Les zones qu’on prépare pour la levée des ordres d’évacuation: environ 33.00 habitants

Les zones dépassant les 50 mSv/an risquent d’être inhabitables pendant longtemps. Le gouvernement fournira une aide financière pour aider les habitants toujours évacués, à se reloger dans d’autres régions et y reconstruire leur vie.

Le gouvernement envisage également d’obliger Tepco à augmenter le niveau des indemnités basées sur la valeur des maisons abandonnées; en effet le montant actuel n’est souvent pas suffisant pour acheter une maison ailleurs.

Dans le même temps, pour les autres zones où le retour est prévu, le gouvernement envisage de hâter les travaux de décontamination, de rétablir les services et infrastructures, tels les hôpitaux, les commerces etc…

Résumé d’un article en anglais du journal Mainichi du 30 Octobre

L’avenir nous dira si ces bonnes dispositions sont suivies d’effet…


Au parlement européen

Le parlement européen a voté le 24 Octobre au sujet du niveau de radiations auxquels les gouvernements sont autorisés à nous exposer, travailleurs et populations.
La députée européenne Michèle Rivasi estime que les niveaux tolérés sont trop élevés.
Voici le titre de son communiqué:

Radioprotection: Le lobby du nucléaire prépare l’acceptabilité d’un Fukushima européen avec la complaisance du Parlement européen

Voir le communiqué de Michèle Rivasi
le texte européen en français (page 177)

Je reviendrai sur ce sujet


Un maire japonais accueille des enfants de Fukushima dans sa ville

Un chirurgien spécialisé dans la chirurgie de la thyroïde a travaillé plus de 5 ans à Tchernobyl, il a formé des chirurgiens locaux. Maintenant maire d’une ville japonaise, il va héberger des enfants pour qu’ils puissent poursuivre leur scolarité pendant des séjours en zone non contaminée.
Lire l’article sur Fukushima-blog

Note

Les médecins de Tchernobyl ont constaté les bienfaits de ces séjours de « désintoxication ». Détails dans le petit livre du dr Babenko « Après l’accident atomique, guide pratique d’une radioprotection efficace ». ( ed Tatamis).C’est en français, disponible en librairie et sur l’internet.


Oct 25

La catastrophe de Fukushima: une surprise sans surprise


David Lochbaum – Une autre surprise sans surprise

Fukushima blog nous livre ici le texte français de l’intervention de David Lochbaum au cours du dernier symposium de New York, le 11 Mars 2013. Il explique le pourquoi et le comment des événements qui ont amené la catastrophe nucléaire de Fukushima Dai Ichi. Il détaille les divers risques, connus mais sciemment ignorés par l’exploitant et l’autorité de régulation, qui ont mené à la tragédie de mars 2011 à Fukushima.
C’est en français, c’est compréhensible par tout le monde.
A lire absolument pour comprendre ce qui s’est passé et pourquoi.

David Lochbaum – Une autre surprise sans surprise

Voici la video de son intervention sous-titrée français par KNA

Le texte français de l’intervention et ses illustrations sont ICI.


Je veux travailler jusqu’au démantèlement des réacteurs, mais…

(un homme de 29 ans, de Fukuŝima)

Après l’accident nucléaire à Fukushima, je suis revenu aussitôt à la centrale. Je savais ma mort possible, mais jamais je n’ai songé à quitter le lieu de l’accident, car j’avais longtemps travaillé là. Au début, je me suis dépensé avec tant d’ardeur que je ne pensais jamais à l’irradiation. Beaucoup partaient à cause du travail trop dur, mais moi je le faisais volontiers, jusqu’au jour où j’ai su que j’avais reçu des doses de radiations équivalentes à plusieurs années d’exposition. Et j’ai dû, moi aussi, partir.
Ce n’est qu’au début qu’on nous a encensés, mais plus tard on nous a rejetés. Quand je tomberai malade, personne ne se souciera de moi.
Je voulais travailler pour la Centrale, mais à présent j’ai baissé les bras.

(paru dans le journal Fukushima-Minpo du 25 juin 2013)
Lire l’article entier dans Fukushima-blog


Un sondage: 45% des réponses contre le redémarrage

Un sondage d’opinion mené par la chaîne de télévision japonaise NHK a montré que presque la moitié des sondés sont contre le projet de l’Autorité de Régulation Nucléaire d’autoriser le rédémarrage des réacteurs nucléaires à l’arrêt après les tests de sécurité. Seulement 19% des sondés approuvaient le projet, 32 % étaient indécis, et 45% étaient contre le redémarrage.

Une autre question demandait si les sondés approuvaient ou pas la gestion des fuites d’eau radioactive du complexe nucléaire de Fukushima dai ichi. 68% désapprouvaient, seulement 27% approuvaient.
Mercredi dernier l’ancien premier Ministre japonais Junichiro Koizumi au cours d’une conférence à l’est de Tokyo a affirmé que les citoyens japonais n’approuveraient pas la politique pro nucléaire du gouvernement. Koizumi a ajouté que le gouvernement ne parviendrait pas à persuader les gens que les centrales nucléaires sont nécessaires; il recommandait plutôt que le gouvernement conserve sa proposition d’abandonner l’énergie nucléaire.

Traduction d’un article en anglais de Enformable


Oct 23

 » Je suis à FUKUSHIMA et je n’aime pas ce que je vois »

Publié le 23 octobre 2013 par Janick MAGNE

Janick MAGNE est une enseignante française qui vit depuis 30 ans au Japon.

Janick Magne

Janick MAGNE

Elle est venue à plusieurs reprises en France présenter les photos et témoigner de ce qu’elle a vu et entendu au Japon. Elle a pu accompagner des amis évacués qui avaient été autorisés à passer quelques heures dans leur maison.
A Futaba

A Futaba
© Janick MAGNE février 2013)

Voici le compte rendu de cette visite:
On ne revient pas indemne de Fukushima. Visite de la zone interdite, février 2013 par Janick MAGNE


Cette fois elle a parcouru la ville de Fukushima (à 60 km de la centrale explosée); elle a pris quantités de mesures de radio activité, là où vivent les gens.
Lisez son récit, ici


Oct 19

« J’ai laissé tant de choses importantes dans notre maison de Fukushima »

couverture du livre

L’organisation « Les Plaignants du Désastre Nucléaire de Fukushima » a récemment publié un opuscule contenant 50 lettres écrites par des victimes du désastre de différents âges.

Les lettres incluses dans cet opuscule ont été sélectionnées parmi les dépositions écrites en vue de la plainte au criminel contre TEPCO et les membres du gouvernement en place au moment de l’accident nucléaire. Toutes ces lettres ont été à l’origine soumises à la Haute cour de Fukushima en Juin 2012, jointes aux lettres de plainte.
1324 habitants de Fukushima, y compris des évacués hors de la préfecture, se sont présentés comme plaignants.C’était le plus grand nombre de plaignants dans l’histoire des procès criminels au Japon; et pour le second procès, le nombre de plaignants s’est élevé à 14.716.

Le WNSCR (Réseau Mondial pour sauver les enfants des rayonnements) vous présente deux lettres de cet opuscule, toutes deux écrites par de jeunes enfants.
(Les textes originaux en japonais sont ici: P18-21, Koredemo Tsumi wo Toenaino desuka!, Fukushima Genpatsu Kokusodan, 2013)
L’opuscule (uniquement en japonais) est disponible en ligne sur le site officiel des «Fukushima Nuclear Disaster Plaintiffs» et dans les grandes librairies en ligne.


 » J’ai laissé tant de choses importantes dans notre maison de Fukushima »

(Koutaro Nozaki, un garçon de 7 ans, évacué du village de Iitate vers la préfecture de Gifu)
Je ne peux pas aller à la maison à cause de l’accident. J’ai changé d’école 3 fois. Je n’aime pas changer d’école si souvent. J’ai laissé beaucoup de choses importantes chez nous à Fukushima. J’ai été navré de ne pas prendre d’animaux avec moi à cause des radiations. Il me fallait partir vers une autre maison à cause des radiations.

Je désire retourner dans la maison où je suis né. Je m’entendais bien avec mes amis et professeurs dans mon ancienne école, mais j’ai été évacué quand j’était au Grade 1. J’ai du partir à cause de l’accident nucléaire. Il y avait des prairies autour de ma maison et je vivais avec des chats, des chèvres et beaucoup d’autres animaux. Mais à cause de l’accident nucléaire, j’ai été déplacé vers un temple boudhiste.Il y avait là bas aussi des chats, des chèvres et des poules. Je suis allé à l’école là bas avec des amis et des professeurs, mais j’ai du déménager à nouveau pour un appartement. Je n’avais pas le droit d’avoir des animaux dans l’appartement. Auparavant je vivais heureux avec des animaux, mais il n’y a pas d’animaux dans l’immeuble, et je ne peux pas jouer dehors, mais je dois lire des livres calmement à l’intérieur.
Je suis triste. Je veux aller à la maison.
« Il n’y a pas de doute: Le président et le CEO de TEPCO sont les agresseurs »


J’ai été obligée de quitter notre précieuse maison

(Y.C. Élève à l’école élémentaire, fille, évacuée de La ville de Tamura vers la préfecture de Gifu)

J’ai été obligée de quitter notre précieuse maison. Ce n’est pas comme un déménagement en rapport avec la profession de mes parents. C’est à cause des retombées radioactives autour de notre maison.Si cela avait été seulement un tremblement de terre, il aurait pu y avoir des dégâts tels que des crevasses ou des glissements de terrain, mais nous aurions pu continuer de vivre ici. L’accident de la centrale nucléaire de TEPCO a fait qu’il nous est impossible de continuer à vivre chez nous.

Ne pensez vous pas qu’il est irresponsable de provoquer un si gros accident alors qu’ils affirmaient tout le temps que « les centrales nucléaires sont sûres » ? Je suis une enfant mais je suis capable de comprendre cette chose simple. Je sais qu’il y a eu beaucoup de victimes.
Il n’y a pas de doute: le président et le CEO de TEPCO sont les agresseurs. Il doit y avoir des milliers et des milliers de gens qui souffrent de dommages. Je suis l’une d’entre elles.
J’ai des amis que je n’ai pas vus depuis le 3.11 et j’ai du changer d’école trois fois.Je suis en lutte, mais le président et le CEO de TEPCO n’ont pris aucune mesure. C’est vraiment terrible.

Pourquoi TEPCO ne peut-il être puni ? Si c’était pour des choses ordinaires il serait puni. N’est-ce pas terriblement injuste ?
TEPCO a causé l’accident qui va affecter non seulement la génération actuelle mais aussi la suivante et les générations futures. Il est injuste qu’il ne puisse être puni. La cour doit déterminer où sont les responsabilités de l’accident et punir les responsables
Je souhaite les personnes responsables soient punies justement par la justice.


Traduit du japonais vers l’anglais par l’équipe WNSCR
L’article original en anglais
Traduit de l’anglais vers le français par www.vivre-apres-fukushima.fr


Note:

Le tribunal a rejeté la plainte et n’a inculpé personne.


Oct 15

Comment les adolescents japonais ont-ils perçu la catastrophe nucléaire?

L’impact de l’accident nucléaire apparaît dans les oeuvres artistiques d’adolescents, comme en témoigne un professeur de lycée

texte original de Miyuki Kobayashi, lycée préfectoral de Fukushima (sujet: Travail social études).
L’article a été publié dans « Cresco » (Janvier 2013), le magazine de «All Japan Teachers ‘Union», édité et traduit vers l’anglais par l’équipe WNSCR (World Net for Save the Childs from Radiations)

A: Le drapeau national, c’est «ça». (Un garçon de 12°)

Un drapeau flotte au sommet d’un immeuble qui semble être celui de la Diète japonaise. Mais le drapeau n’est pas le drapeau national japonais Hinomaru, le symbole du soleil levant. L’étudiant qui a dessiné cette image a légendé son œuvre: « Le drapeau national c’est ça »

Oui, le symbole du drapeau est la cuve du réacteur nucléaire de la centrale Daiichi de Fukushima.
Après le tremblement de terre, j’ai demandé à mes élèves de 12e année d’ exprimer leurs pensées dans ma classe, où j’enseignais à l’époque. Le thème était «En regardant mon année précédente». Ce dessin est un travail présenté par un élève.

C’est vraiment une brillante idée que de conserver la cuve du réacteur sur le drapeau national. Notre gouvernement a déclaré que la situation était sous contrôle, alors qu’en réalité elle est hors de contrôle.
Nous, les humains avons tendance à oublier les choses. L’accident nucléaire sera oublié un jour. Pour éviter l’accident de l’oubli, nous devrions graver l’incident sur notre drapeau national. C’ est absolument la meilleure façon de se souvenir des centrales nucléaires qui produisent inévitablement des déchets nucléaires, qu’il est nécessaire de garder sous contrôle pendant des milliers et des milliers d’années à venir
L’étudiant a commenté son œuvre:

«Je ne pense pas que cette période confuse et embrouillée prendra fin dans un avenir proche, dans quelques années. Ce pays qui était censé être fiable n’était pas fiable du tout et cette année, il a été tellement bouzillé que je me suis convaincu que je ne pouvais faire confiance en rien, sinon en moi-même. Le mot de l’année pour moi ne serait pas un mot sonnant joliment comme «Kizuna» (lien), mais plutôt des mots comme «Kou» (penser), «Nou» (la peine), ou «Ku» (souffrir) qui sont plus en correspondance avec mes sentiments.»

le drapeau japonais, marmite nucléaire

Création A, par un garçon en 12 e année (la 3ème année du secondaire

B. Écroulement (12e année, Filles)

Des filles qui semblent être des élèves du secondaire sont entassés dans une pièce fermée. La chambre est un gâchis de choses écroulées. Une jeune fille est absorbé par la tâche de remettre les choses à leur place d’origine. Les livres épais sont-ils un symbole de la «connaissance»? Certaines filles chargent leurs téléphones dans un coin de la pièce.
Il semble que «les téléphones qui n’ont pas de courant  » sont une satire de la vulnérabilité d’une société qui dépend de la civilisation, et on nous demande juste comment nous pouvons produire plus d’électricité. Il est 03h00. C’est juste l’heure où le tsunami frappe à Fukushima, si c’était ce jour là.

«J’ai réalisé à travers l’expérience de la catastrophe du tremblement de terre, que tout ce que j’avais fait – en recevant, en perdant et par d’autres moyens – peut s’effondrer en un instant », a-t-elle écrit

création de l'étudiante

Création. B, 12 e année, étudiante

Je voulais utiliser ces expériences de «catastrophe» comme matériel éducatif, au lieu de simplement faire un discours moral. Est-ce que la nation nous a protégés, nous ses citoyens? est-ce que notre société est durable? Que pouvons-nous faire à propos de la politique énergétique?

Nous les adultes avons fait qu’un jeune homme croit que le seul en qu’il puisse avoir confiance est lui-même. Il est de notre devoir de donner des réponses sincères aux questions qui ont surgi après le tremblement de terre. En particulier, notre responsabilité en tant que professeurs est très importante.

La relation de confiance mutuelle qui s’est effondrée comme les blocs qui tombent, doit être reconstruite avec les enfants. C’est la seule façon de pouvoir parler de nos espoirs pour l’avenir.

Par Miyuki Kobayashi, enseignant au lycée préfectoral de Fukushima

Traduction vers l’anglais par l’équipe WNSCR
le texte anglais
Traduction de l’anglais vers le français par georges, vivre-apres-fukushima.fr


Oct 15

Du Plutonium détecté loin de la centrale de Fukushima

Une forte activité de Plutonium 241 a été détectée au delà des 30 Km de la centrale de Fukushima. Des recherches complémentaires suggèrent un transport à longue distance du Plutonium.

Titre: «Dispersion d’isotopes du Plutonium dans l’environnement du fait de l’accident de la contrale de Fukushima dai ichi: ce qu’on sait et ce que nous avons besoin de savoir»
Jian Zheng *, Keiko Tagami , and Shigeo Uchida
Research Center of Radiation Protection, National Institute of Radiological Sciences, Anagawa 4-9-1, Inage, Chiba 263-8555, Japan
Environ. Sci. Technol., 2013, 47 (17), pp 9584–9595
DOI: 10.1021/es402212v
Publication Date (Web): July 31, 2013
Copyright © 2013 American Chemical Society

Traduction du résumé en anglais de l’article par Enenews

[…] Des activités de plutonium avec des proportions Pu238/Pu 238+240 (0,33 à 2,2) supérieures à celles des retombées mondiales (0,026) ont été détectées sur 5 sites, ce qui indique une distribution possible de Plutonium lié à l’accident de la centrale de Fukushima Dai ichi. De même, en utilisant une technique de comptage Alpha, une enquête sur le terrain a été réalisée peu de temps après l’accident dans certaines zones fortement contaminées, en dehors de la zone d’exclusion des 20 Km, ainsi que dans la ville d’Okuma, adjacente au site nucléaire. Cette anomalie des proportions entre les activités Pu 238/Pu239+240 (0,059 à 2,60) a révélé la présence de traces d’isotopes du plutonium en provenance de l’accident dans les sols du village de IItate et de la ville de Okuma. […]

La dispersion de Pu241 après l’accident de Fukushima dai ichi a été confirmée pour la première fois par Zheng et coll. […] de hautes activités de Pu 241, situées entre 4,52 et 34,8 mBq/g ont été détectées dans des échantillons du sol en surface du village -J (0 à 2 cm) et dans la litière des sites S2 et S3 (fig 1a). […] l’activité du Pu 241 dans le sol japonais était assez faible avant l’accident de Fukushima dai ichi [..] En conséquence, la découverte d’activités importants de Pu241 dans les échantillons suggère une entrée additionnelle. Les proportions de Pu240/Pu239 et Pu241/Pu 239 trouvées dans ces échantillons, étaient respectivement de 0,303 à 0,330 et 0,103 à 0,135. Ils étaient significativement plus élevés que ceux des retombées mondiales[…] et que ceux des dépôts d’origine atmsphérique dans le Japon en 1963 et 1979 […] ce qui indiquait un nouvel apport en provenance de l’accident de Fukushima Dai ichi. […]

[…]Cependant un transport à grande distance de la source Fukushima a été suggéré par Lujaniene et coll. Ils ont observé une élévation des activités ayant un rapport Pu238/Pu239+240 (1,2) et Pu240/pu239 (0,244 +-0,0018) dans un échantillon d’air collecté du 23 Mars au 15 Avril 2011 (n=30) à Vilnius, Lithuanie; ils ont suggéré que 43% à 59% des activités Pu 239+240 provient de Fukushima. […]


Note

Dit plus simplement, la centrale a relâché du Plutonium lors de l’accident. Une bonne partie est retombée au sol au Japon (et dans l’océan pacifique), y compris au delà de la ligne des 30 Km. Du Plutonium de Fukushima a vraisemblablement été détecté dans l’air, à Vilnius, Lithuanie.


Précisions:

Quand une installation « civile » ou une bombe projette du Plutonium dans l’atmosphère, c’est sous une forme très finement pulvérisée par l’explosion. Ces poussières sont si fines que les vents sont capables de les transporter très loin.
Il s’agit toujours d’un cocktail de plusieurs isotopes de plutonium. La proportion entre ces différents isotopes varie selon l’accident responsable. Ce qui fait que la proportion entre Pu 238 et Pu 239+240, (écrite Pu 238∕Pu 239+240) ou la proportion entre Pu240∕Pu239 est la signature de cet accident. On peut donc identifier d’où vient ce Plutonium.

  • Pu238/239,240 de l’ordre de 0,04 pour les retombées des essais
    militaires et de 0,2 à supérieur à 1 pour les rejets industriels
  • Pu240/ Pu 239 de l’ordre de 0,18 pour les retombées des essais
    militaires et de 0,42 pour Tchernobyl
  • Pu241/239,240 de l’ordre de 30 pour les usines de retraitement et de 16 pour des retombées de tests militaires.

Le Plutonium est un des pires poisons qui existe. On sait qu’une minuscule poussière de Plutonium qui va se bloquer dans une alvéole pulmonaire est capable de provoquer un cancer du poumon.

Les gouvernements ne sont guère communiquants en la matière; le seraient-ils, ils ne seraient guère fiables…
Jusqu’à peu, seul le Césium était considéré.Tepco est maintenant bien obligé de communiquer à propos du Strontium et du Tritium à cause de ses fuites catastrophiques qui semblent aller en s’aggravant.
Les scientifiques de l’article ci dessus aimeraient bien en savoir plus à propos du Plutonium.


Oct 09

La présence de Césium dans les urines des enfants semble être asez fréquente au Japon

Le niveau « normal » du césium radioactif dans l’organisme humain est Zéro: cette substance n’existe pas dans la nature et elle cause des dommages au corps humain.

On a trouvé récemment du Césium dans les urines d’enfants autour de Tokyo; mais ce n’est pas un phénomène nouveau.

Depuis 2011 on trouve du césium dans les urines des enfants dans une vaste zone au Nord du japon . Les niveaux n’étaient pas élevés.
Dans la ville de Tokyo, on a trouvé du césium dans l’urine des enfants dès 2011. En 2013 il en a été trouvé entre 0,04 Bq/l et 0.43 Bq/l.
Dans la préfecture d’Akita (Ouest-japon), en 2012 il avait été trouvé de 0,7075 à 0,1 Bq/l dans les urines
En 2012, on a trouvé du Césium dans 141 enfants de la préfecture de Fukushima. La plupart étaient en dessous de 10 Bq/l et au moins 1 enfant était à 17,5 bq/l
Au début de 2012 dans la région du Tohoku (la région Nord-est de Honshu, l’île principale du Japon) et au sud jusqu’à Chiba ( près de Tokyo) un groupe citoyen et l’ACRO ont trouvé des enfants ayant entre 0,30 Bq/l et 3,21 Bq/l de césium dans les urines.
Dans la préfecture de Miyagi en 2013, un groupe citoyen et l’ACRO ont trouvé entre 0,25 et 1,18 Bq/l.
Dans la préfecture d’Iwate, début 2013 on a trouvé des enfants qui avaient de 0,5 à 1 Bq/l de Césium dans les urines.
Dans la plupart des groupes testés les aliments contaminés ont été estimés responsables de la contamination des enfants. Certains ont eu une amélioration après que les parents aient changé les habitudes de consommation alimentaire.
Il est signalé également que beaucoup de réserves d’eau municipales sont encore contaminées au japon par le Césium.

C’est un résumé d’un un article en anglais du blog Fukuleaks le 7 octobre 2013
nombreuses références dans l’article


Note

On n’a mesuré ci dessus que les Césiums. Il est évident que les 3 réacteurs fondus-explosés n’ont pas relâché que du césium:
De suite après l’accident, ils ont émis une « bouffée » d’Iode 131, émetteur Bêta et Gamma qui se fixe préférentiellement dans la thyroïde
Il y a aussi le strontium 90, émetteur Bêta (plus difficile à détecter que le césium, émetteur Gamma puissant)
On parle trop rarement du Plutonium 239, émetteur Alpha très dangereux et difficile à détecter
et bien d’autres..

Que signifient ces chiffres:
D’abord que la contamination des enfants japonais est diffuse et non pas limitée aux environs de Fukushima
Que l’alimentation leur apporte du Césium
Que l’irradiation interne due au Césium (et autres) vient s’ajouter à l’irradiation externe pour ceux qui vivent en zone contaminée.

Voyons l’ expérience des médecins de Tchernobyl puisée dans le petit livre du Dr Vladimir Babenko: « Après l’accident atomique » (disponible en français dans les librairies et par internet; 7,6€)

le livre de Babenko

« Une des particularités nettement observable du césium 137 est l’inégalité de sa capture par les divers organes du corps humain, ce qui explique les spécificités de son impact sur l’organisme. La recherche a montré que les niveaux de concentration du Césium 137 sont de dix à cent fois supérieurs dans les organes vitaux (reins, foie, coeur) qu’en moyenne dans la totalité du corps.
Prenons un exemple: si on obtient un niveau moyen d’accumulation du Césium 137 de 50 Bq/kg pour le corps entier, sa concentration peut atteindre dans les reins de 3.000 à 4.000 Bq/kg, dans le coeur plus de 1.000 Bq∕kg. Autrement dit, la dose moyenne ne constitue pas une information suffisante: il faut savoir comment elle se distribue dans l’organisme.
Les quantités absorbées sont extrèmement faibles : 1,3 milliardième de gramme de césium 137, fournit une dose totale de 4.000 Bq. Pour un enfant de 40 kg cela fait 100 Bq/kg….


Il s’avère que le système cardio-vasculaire est le plus sensible à un taux élevé de Césium radioactif: on observe que la fréquence des dysfonctionnements cardiaques chez les enfants est en relation directe avec la quantité de césium 137 incorporée.
Des dysfonctionnements cardiaques ont été observés:

  • chez 18% des enfants contaminés à moins de 5 Bq/kg
  • Chez 65 % des enfants contaminés à 11-26 Bq/kg
  • Chez 87 % des enfants contaminés par le césium 137 à plus de 74 bq/kg

»

Attention: le Dr Babenko parle ici de la contamination « corps entier » ; dans l’article cité ci dessus, au Japon, on parle de Césium mesuré dans les urines, ce qui n’est pas pareil. Je pense qu’on ne peut pas passer de l’un à l’autre; cela dépend de la dilution des urines, des derniers repas, de la fonction rénale etc…
De toute façon, manger du Césium, même très peu, n’est pas bon pour la santé, surtout celle des enfants.


Oct 07

Fukushima: catastrophe sans fin

Les Jeux Olympiques sous la menace de la contamination.
Les eaux radioactives vont probablement toucher les USA et le Canada au début de l’année prochaine.

Traduction partielle d’un texte Publié le 15 Septembre 2013 sur le site du dr Helen Caldicott

« Comme la fuite de radiations à Fukushima semble pratiquement impossible à arrêter, il y a encore des mesures que les gouvernements du monde entier devraient prendre pour en prévenir les pires conséquences. L’un d’eux serait l’annulation des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020.

Les estimations scientifiques prédisent que le flot radioactif vers l’est à travers le Pacifique atteindra probablement les côtes de l’Oregon, État de Washington, et le Canada en début d’année prochaine. La Californie sera probablement affectée plus tard cette même année.
Parce que le flux continu de l’eau du site du réacteur sera pratiquement impossible à arrêter, un flot radioactif va continuer à migrer à travers le Pacifique affectant Hawaii, l’Amérique du Nord, Amérique du Sud et, éventuellement, l’Australie pendant plusieurs décennies.
Nous ne parlons que des courants océaniques, cependant, les poissons nagent des milliers de miles et ne suivent pas nécessairement les courants. Comme indiqué dans la Partie I, les gros poissons concentrent la radioactivité plus efficacement, et des thons contenant du césium de Fukushima ont déjà été capturés au large de la côte de la Californie . Les Algues aussi concentrent efficacement les éléments radioactifs.

Quand je pense à l’avenir de Fukushima, il me semble que la fuite de rayonnement est pratiquement imparable. Les niveaux de rayonnement dans les bâtiments 1, 2 et 3 sont maintenant si élevés qu’aucun humain ne peut entrer ni s’ approcher des cœurs fondus. Il sera donc impossible d’enlever ces noyaux pendant des centaines d’années voire jamais.

(…ici H Caldicott décrit la situation actuelle dans la centrale dévastée)

Compte tenu de ces problèmes en cours, comment le Premier ministre japonais Shinzo Abe peut -il dire que Tokyo est sûre pour les Jeux Olympiques? Il a dit qu’ « il n’y a absolument aucun problème » et « la situation est sous contrôle. » Ne comprend-il pas que des quartiers de Tokyo sont déjà contaminés par la radioactivité et que son gouvernement déverse dans la baie de Tokyo des cendres provenant de l’incinération de milliers de tonnes de débris radioactifs provenant le tsunami et tremblement de terre ? Est-ce là que les athlètes nageront ?

Que faire s’ il y a une nouvelle émission majeure de rayonnement avant les Jeux Olympiques? Les jeunes qui ont effectué un entraînement rigoureux pendant des années ne doivent en aucun cas être exposés à radioactivé de l’air, de la nourriture ou de l’eau.
Et comment Abe peut-il envisager de dépenser tout cet argent pour loger les gens dans des logements onéreux et de construire des stades etc., alors que son propre peuple – 160.000 réfugiés de Fukushima – vit dans des cabanes, que des millions de gens vivent encore dans des zones hautement radioactives et que le complexe Fukushima est hors de contrôle? »

Publication originale de cet article ici


Helen Caldicott est une médecin australienne, militante anti-nucléaire, née à Melbourne en 1938.
Après avoir obtenu son diplôme de médecine à l’Université d’Adélaïde (Australie), Helen Caldicott rejoint l’Hôpital pour enfants d’Adélaïde, puis le quitte en 1977 pour celui de Boston (USA) et enseigne la pédiatrie de 1977 à 1978 à la Harvard Medical School. Elle abandonne sa carrière médicale dès 1980 pour se consacrer au mouvement anti-nucléaire.
Le site du Dr Helen Caldicott

Note:

De plus en plus de scientifiques pensent et affirment que la situation à Fukushima dai ichi est hors de contrôle humain.
Les ingénieurs nucléaires ont accumulé là bas des quantités d’énergie énormes dont ils ont perdu le contrôle.
Les fuites dans l’océan risquent de durer des dizaines d’années; la récupération des coeurs fondus est impossible; personne ne peut s’en approcher sous peine de mort.
Aucune technique actuelle ne permet de reprendre la maîtrise de la situation. Des experts américains sont ou doivent arriver sur le site… Pour l’instant la gestion de la catastrophe par Tepco semble avoir été mauvaise (euphémisme).

Gestion d'eau radioactive !!! Cliché Tepco

Gestion d’eau radioactive !!!
Cliché Tepco


Oct 04

Du Césium 137 décelé dans les urines de 70% des enfants examinés près de Tokyo

Les analyse d’urines ont été faites chez des enfants de 0 à 18 ans vivant dans les communes de Chiba, Ibaraki Matsudo, Kashiwa (en périphérie de Tokyo), Tsukuba. 85 analyses sont terminées, 58 sont positives.

environs-tokyo

Ce sont toutes des communes proches de Tokyo.

Il est difficile d’avoir des précisions actuellement, tant que les textes japonais n’ont pas été traduits en anglais (les systèmes de traduction automatique ne sont guère fiables)

L’info en elle même semble exacte, elle est reprise par plusieurs médias:
Le journal Weekly Asahi du 4 octobre
la télé coréenne Airang news
Enenews


Les scientifiques se plaignent de ce que le gouvernement cache les données techniques et épidémiologiques concernant la santé:

C’est dans Enenews:

Arnie Gundersen, ingénieur en chef Fairewinds (USA): Nous sommes constamment frustrés – Nous avons des scientifiques qui nous contactent, les médecins nous contactent, nous disent que leurs patients souffrent d’affections induites par les rayonnements, ou bien ils notent malformations chez les animaux et les plantes, mais toujours le gouvernement Japonais tente de mettre la pression sur eux pour empêcher ces études d’avancer.


100 bébés avec une polydactylie (doigts surnuméraires) seraient sur une liste d’attente pour opération

Origine: fukushimaappeal

La polydactylie est une affection héréditaire caractérisée par la présence d’un ou plusieurs doigts surnuméraires. Elle est citée dans la bible; un célèbre pianiste de jazz en avait été atteint, ainsi que beaucoup de gens célèbres. S’il n’y a pas d’autre pahologie associée, c’est une malformation bénigne guérie très simplement par la chirurgie avant 1 an. Il y aurait 1,7 cas de polydactylie pour 1.000 naissances.
C’est donc une très ancienne malformation bénigne qui existait bien avant l’industrie nucléaire. Je n’ai vu nulle part qu’il y ait une relation avec la pollution radioactive. En fait pour savoir, il faut des informations traitées statistiquement: est-ce que le nombre de cas a augmenté fortement ? dans quelle population ? ou? quand ?
Précisément, les scientifiques se plaignent que le gouvernement japonais ne communique pas, ou mal, les informations qu’il recueille.
Voir l’article de Wikipedia

Commentaire de Arnie Gundersen:
Les déformations, les mortinaissances et l’augmentation de la morbidité ne sont pas signalés par les Japonais. Ils publiaient chaque année un rapport […] préfecture par préfecture […] des déformations et des mortinaissances et des choses comme ça. Eh bien, ils ont cessé de publier ce rapport [..] Ils ne fournissant plus aux scientifiques la ventilation préfecture par préfecture. Alors, que de mauvaises nouvelles pour la science, et clairement, ils préféreraient avoir les Jeux Olympiques plutôt que d’être honnêtes avec leurs propres gens sur les effets sur la santé auxquels ils sont confrontés.

Lien vers Fairewinds


D’autres scientifiques se plaignent que la radioactivité de l’océan pacifique et des poissons est mal surveillée; que l’on ne fournisse que quelques mesures concernant le césium; alors qu’il est nécessaire de surveiller également au moins le Strontium et le Plutonium. Les riverains des côtes pacifiques des USA et du Canada s’inquiètent des énormes et persistants fuites d’eau fortement radioactive.

Diluer la radioactivité ne la fait pas disparaître; cela augmente seulement le nombre de gens contaminés


Oct 01

Supplique d’une mère de Fukushima à l’ONU:

Les enfants et les adultes souffrent énormément:

Forte augmentation des saignements dans les urines, de maux de tête, et d’autres maux. Les médecins disent qu’ils constatent que beaucoup de patients ont ces symptomes, mais sans cause connue. La santé de tous les membres de la famille se détériore en même temps; ils récupèrent dès qu’ils ont évacué.

Lettre d’une mère de la ville de Fukushima au Comité Scientifique des Nations Unies sur les effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR), traduite par le journaliste Mari Takenouchi et Publiée par l’organisme « sauvez les enfants » le 24 septembre 2013:

[…] 2 ans après l’accident, la santé de tous les membres de ma famille s’est détériorée en même temps. Nous avions en permanence la gorge pleine de glaires , nous ne pouvions arrêter une toux sèche […] Le médecin n’a pas su nous indiquer la cause de ces symptômes. Il a dit qu’il a beaucoup de patients avec de tels symptomes sans cause décelable. Mon enfant a commencé à se plaindre de douleurs dans les os du pied; et j’ai entendu que beaucoup d’adultes et d’enfants ont le mêmes douleurs […]

Personellement j’ai des douleurs osseuses […] Ensuite, mon fils et moi avons continué d’avoir des nausées et des maux de tête. La tension artérielle de mon fils a baissé et il a du sang dans les urines.
Ma famille a quitté Fukushima en juillet. Un mois après nous allions mieux.
[…] il y a une forte augmentation de gens qui ont ces mêmes symptômes. De plus en plus d’enfants ont des saignements de nez prolongés [… ] il y a de plus en plus de gens qui meurent d’infarctus du myocarde aigu. […]
Enfants et adultes ont souffert énormément.[…]

Publié: Le 27 Septembre 2013 Par ENENews


Une autre information confirme

Plus de 3.000 japonais âgés de moins de 30 ans souffrent de saignements de nez massifs et récurrents

Des médecins japonais: «Nous savons que nos patients ont une maladie due aux rayons mais nous sommes obligés de garder le secret»

Source: Takahiro Katsumi (Assistant du sénateur Tadashi Inuzuka pour la politique étrangère)
dans un article de Enenews du 1 Oct. 2013

Commentaire de Arnie Gundersen, de l’association Fairewinds:

« Le problème est que les chercheurs japonais ont peur de dire la vérité. Il y a des médecins qui nous appellent à Fairewinds disant: « Nous savons que nos patients ont une maladie due au rayonnement mais l’hôpital ne nous permet pas de le dire aux patients… » […]
Donc, le problème ici, c’est est la transparence. Et franchement si vous laissez faire gouvernement japonais, nous n’allons jamais obtenir la transparence. Nous allons impliquer les citoyens avec un comité de surveillance composé de civils qui n’ont rien à gagner, rien à perdre ou de dire la vérité.»

Voir l’article d’origine sur Enenews


Note:

Les médecins japonais ont effectivement l’ordre de ne pas évoquer la possibilité que ces troubles puissent avoir l’accident de Fukushima pour cause.
Les « autorités » nucléaires vont dire comme à Tchernobyl, que c’est psychologique ! l’angoisse, la peur etc…
Il n’empêche que tous ces troubles ressemblent fort aux troubles constatés à Tchernobyl, chez les patients obligés de vivre en territoire contaminé.

Voyez ce qu’ont constaté les médecins de la région de Tchernobyl:
Pathologies non cancéreuses dans les secteurs du Bélarus contaminés par la radioactivité due à la catastrophe de Tchernobyl
Prof. Yury Bandazhevski – Dr. Galina Bandazhevskaya
« La contamination nucléaire chronique ne provoque pas que des cancers. Elle provoque aussi une multitude de pathologies, surtout cardio-vasculaires ».
Lire ou télécharger
Voyez également d’autres publications que vous trouverez à la page « Documents »


Les manifestations se poursuivent au Japon. Principaux slogans:

– pas de redémarrages de centrales
– sortir le japon de la dépendance du nucléaire
– sauvez les enfants des radiations

«Je ne peux pas accepter que l’économie soit mise avant la vie et la sécurité du public en général», a déclaré Yukio Kurosu, un homme de 66 ans originaire de Ushiku, Ibaraki Prefecture.

«https://youtu.be/FNPxgzYcw0k»