Mai 29

Les gens de Fukushima devront retourner chez eux là où l’irradiation externe monte jusqu’à 20 mSv par an.

C’est le choix du gouvernement japonais.
En Biélorussie c’est la limite de 5 mSV/an qui a été appliquée pour le retour des populations, 5 ans après l’accident de Tchernobyl.
Aux États-Unis c’est 20 mSv la première année, 5mSv la suivante
En France ce serait 10 mSv/an.
Voici la carte (francisée)du nouveau zonage réalisée par l’Asahi Simbum. Voyez l’étendue de la zone à 5mSv/an. Lire la suite

Mai 24

Okuma, Fukushima : le désarroi des réfugiés

Par Cécile Asanuma-Brice Riveraine, Thierry Ribault Economiste au CNRS.
Publié le 22/05/2013 dans rue 89
Okuma est à 5 km des réacteurs en ruines. Tous les habitants ont été évacués.
Situation d'Okuma

Jusqu’à présent, ils n’avaient le droit de retourner chez eux que pour quelques heures avec un équipement de protection.

Les autorités vont rouvrir discrètement la zone interdite entourant la centrale nucléaire.

Les réfugiés pourront retrouver leur domicile, à leurs risques et périls. Lire la suite

Mai 23

Solidarité avec les enfants de Fukushima: nous pouvons agir

Un séjour en france pour des enfants de Fukushima avec un de leurs parents.

Une initiative de l’Association « terre de rêves » et « Fukushima Network for Saving Children from Radiation »

Depuis des mois , vous voyez apparaitre des articles alarmants concernant les enfants de Fukushima. Confrontés à toutes ces informations nous nous trouvons souvent impuissants devant cette situation.

Avec l’association Terres de Rêves et Fukushima network for saving children from radiation nous voulons relever le défi de faire venir 7 enfants avec l’un de leur parent en France.
Lire la suite

Mai 22

De plus en plus d’évacués du désastre de mars 2011 projettent de rester à Tokyo : enquête du Mainichi.

Parmi les évacués de mars 2011 qui vivent maintenant à Tokyo, plus de 40% souhaitent rester dans la capitale, contre 37% l’an dernier.

D’après une étude du gouvernement métropolitain de Tokyo.
L’enquête a concerné 3.555 foyers en février et mars 2013. Sur les 1.139 répondants, 81% venaient de la préfecture de Fukushima.

  • 44% ont répondu qu’ils souhaitent s’installer à Tokyo
  • 32% souhaitaient retourner dans leur commune d’origine. /li>

De plus en plus de gens ont décidé de quitter leur commune d’origine car cette évacuation prolongée a provoqué des modifications dans leur métier et dans l’éducation des enfants.
Lire la suite

Mai 21

Le dernier homme de Fukushima, Naoto Matsumura

Naoto Matsumura

Naoto Matsumura


Il a choisi de retourner vivre dans sa terre natale, à Tomioka, à quelques kilomètres des centrales nucléaires de Fukushima Daiichi et Daini. Il vit désormais seul dans sa ferme, tel un ermite, et s’est donné pour mission de venir en aide aux animaux domestiques, les siens mais aussi ceux de ses compatriotes évacués.
Plutôt que de subir une vie déracinée, d’un centre d’hébergement provisoire à un autre,

Antonio Pagnotta vient d’écrire et de publier un livre où il raconte comment il a réussi à rencontrer Naoto Matsumura.

Ne manquez pas d’aller voir la présentation de ce livre sur Fukushima-overblog
http://fukushima.over-blog.fr/le-dernier-homme-de-fukushima


Je vous avais déjà présenté cet homme dans ce billet


Mai 16

Fukushima: Le nombre d’enfants de moins de 18 ans qui se sont présentés aux examens de la thyroïde a diminué en janvier 2013.

Sur un total de 360.000 enfants de moins de 18 ans convoqués pour un examen de la thyroïde fin janvier 2013, 150.000 se sont présentés, selon la préfecture de Fukushima.
Cela signifie que seuls 42% des enfants appelés à subir le test en ont bénéficié.
Dans le village de Iitate, dont toute la population d’environ 6.000 personnes a du être évacuée de suite après l’accident, 84 % (917 enfants) des 1.090 enfants de moins de 18 ans ont subi le test en 2011. L’année suivante, ce pourcentage est tombé à 48% (280 enfants).
Lire la suite

Mai 16

Alors que les pêcheurs tentent de reprendre le travail, Tepco envisage de rejeter des eaux souterraines à la mer.

Tepco est embarrassé par les 400m3 d’eaux souterraines qui envahissent chaque jour les parties basses des réacteurs accidentés; elles se mélangent à l’eau que Tepco doit injecter pour refroidir les réacteurs ravagés et sont donc contaminées.

Carte de la côteTepco se propose de pomper en partie ces eaux souterraines avant qu’elles n’atteignent le site et de les rejeter à la mer, après contrôle de leur radio activité.

Les administrateurs des fédérations de pêcheurs étaient sur le point d’accepter mais la vive opposition des pêcheurs de base les en a dissuadés.

Dans la partie nord de la zone de Fukushima, qui est la moins contaminée, les pêcheurs se préparent en effet à reprendre leur activités interrompues depuis le 11 mars 2011.
Depuis Juin dernier, le syndicat a vendu ses prises à titre d’essai. Les types de produits de la mer autorisés à la vente sont maintenant de 16.
Lire la suite

Mai 15

A Fukushima, les réponses soporifiques du gouvernement inquiètent les mères.

Les autorités mettent tous les symptomes des enfants sur le dos de la radio phobie supposée des mères.
Traduction de l’ article de l’ Asahi Shimbun du 30 Avril 2013.

Mme K. Onosawa

Mme Katsuno Onosawa
cliché Asahi Simbun

Une interview de Mme Katsuno Onozawa

Katsuno Onozawa est praticien en médecine psychosomatique; elle a participé aux consultations pour enfants à la préfecture de Fukushima.

J’ai régulièrement participé aux consultations médicales organisées à Fukushima, Koriyama et d’autres villes par un groupe de médecins provenant de tout le pays , à la demande d’une organisation sans but lucratif de Fukushima.
Ce qui m’a choqué la première fois que j’ai participé en Janvier dernier, c’était l’écart entre ce que rapportaient les journaux et la TV et la réalité à Fukushima, comme en témoignaient les mères qui venaient consulter.
Voulant protéger leurs enfants des radiations, elles ont sollicité les autorités de la préfecture, de la cité et des médecins locaux, mais aucun n’a voulu se mettre de leur côté.
Ils disaient juste des choses telles que « On est en sécurité; vous n’avez rien de spécial à faire. Il y a beaucoup de mères radio-phobiques et nous ne pouvons pas nous occuper de toutes.» Lire la suite

Mai 10

«Conséquences médicales et environnementales de l’accident nucléaire de Fukushima.»

Un symposium qui s’est tenu à New-York les 11 et 12 mars 2013, organisé par la fondation Helen Caldicott.

Alexei yablokov

Alexei Yablokov

Alexey Yablokov est Docteur ès Sciences biologiques (PhD), ancien membre du parlement de l’Union Soviétique, il a été conseiller environnemental du président Eltsine et de l’administration Gorbachev, membre de l’Académie des Sciences de Russie. Il est co auteur du livre publié par l’académie de médecine de New-York « Chernobyl: Consequences of the Catastrophe for People and the Environment ».
Traduction partielle en Français.

Mai 2015: le livre a été intégralement traduit en français. On peut le télécharger gratuitement ou acheter une version papier sur le site de «Independent Who»

Il traite lors de cet exposé des les conséquences de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl pour l’homme ou son environnement; il décrit les problèmes de santé apparus chez les populations vivant dans les zones contaminées et soumis à de faibles doses de radiations.
Il nous rappelle également que mensonges et dissimulations ont été de règle de la part des autorités soviétiques ou internationales.
Mensonges et dissimulations que l’on retrouve au Japon suite à la catastrophe de Fukushima.
Lire la suite

Mai 09

Au nord et à l’Ouest de Fukushima le poisson d’eau douce a été fortement contaminé.

C’est ce que montre une étude du centre de recherches sur les risques de l’université de Shiga.
L’article original en anglais
Les mesures ont été effectuées entre mai et septembre 2011

contamination de l'Ayu

Contamination de l’AYU, poisson herbivore

Le niveau moyen de contamination des poissons herbivores était de 50,64 Bq/kg (de 12 à 90 Bq/kg)
Lire la suite