Mar 31

Tritium à Fukushima – Tritium à La Hague – Tritium partout

L’usine de retraitement de La Hague relâche beaucoup de tritium dans la Manche.
Tepco annonce qu’il va vider ses réservoirs pleins d’eau radio-active dans le pacifique. Après épuration ! oui, mais épuration partielle ! le Tritium notamment ira à la mer.

Le Tritium est un isotope de l’hydrogène, mais radioactif.
Il se décompose en hélium, stable, en émettant un rayonnement Bêta – de faible puissance.

Il s’en forme un peu naturellement dans la haute atmosphère sous l’influence des rayons cosmiques.
Mais surtout il est formé par les essais de bombes atomiques et l’industrie nucléaire, les centrales, les usines de retraitement.

Il est difficile à contenir: il traverse les aciers et le béton.
Les installations nucléaires le relâchent en totalité dans l’air ou l’eau.
Jusqu’à présent il était catalogué par les autorités nucléaires comme inoffensif !!!!! (commode, comme il n’y a pas de méthode industrielle pour épurer les effluents des industries).
Lire la suite

Mar 28

Le Droit à la santé bafoué à Fukushima

A son retour du japon, le rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à la santé a confirmé que le gouvernement nippon avait négligé la radioprotection de la population.

Tandis que l’OMS continue de sous estimer les problèmes sanitaires consécutifs à l’accident nucléaire.

Un article de ALISON KATZ
Membre du People’s Health Movement et de IndependentWHO
dans « Le courrier ».

l'article original du Courrier

L’article du courrier

Deux ans après la catastrophe de Fukushima, l’OMS écoutera-t-elle le rapporteur spécial des Nations Unies?
Des associations citoyennes japonaises ont fait état des violations du droit à la santé des populations à Fukushima dès les premiers mois qui ont suivi l’accident de la centrale nucléaire, survenu le 11 mars 2011.
Lire la suite

Mar 25

Le gouvernement japonais fait pression sur les populations pour qu’elles retournent vivre dans les zones contaminées

Il déclare habitables à partir du 1er Avril les zones jusqu’à 20 milli Sieverts /an

Il y envoie tout le monde : adultes, enfants, femmes enceintes, nourrissons ….

nouveau zonage

nouveau zonage

C’ est bien au delà de la norme internationale qui est de 1 Milli Sieverts/an.
20 Milli Sieverts/an c’est l’exposition maximale pour les travailleurs du nucléaire.
A Tchernobyl, tout ce qui était au dessus de 5 mSv/an était zone d’évacuation obligatoire.
Lire la suite

Mar 23

Fukushima: visite en zone interdite à un récalcitrant

Dans mon billet précédent je vous avais invité à consulter un compte-rendu de visite en zone interdite par Jannick Magne universitaire française enseignant au Japon.

Nombreuses photos.
Si ce n’est fait, vous le trouverez ICI ou


Aujourd’hui, je vous invite à faire la connaissance d’un récalcitrant

Mr Naoto Matsumura

Mr Naoto Matsumura

Mr Naoto Matsumura, exploitant agricole et père de famille a voulu rester, seul, vivre dans la zone interdite. Décidé à ne pas abandonner ses bêtes; soignant les animaux du voisinage, abandonnés.
Il estime que la vie des animaux doit être respectée.
Il s’insurge contre la politique d’abattage des animaux errants : une façon aussi de supprimer des témoins. Lire la suite

Mar 23

On ne revient pas indemne de Fukushima. Visite de la zone interdite, février 2013 par Janick MAGNE

Je dédie ce texte à mes amis de Futaba, la famille qui m’a accueillie si gentiment malgré sa détresse : les oncles, les tantes, les cousins, les cousines, mon amie M. et ses parents.
Je le dédie aussi au maire démissionnaire de Futaba, Katsutaka Idogawa, à qui j’ai fait la promesse de témoigner de ce qui s’est passé à Fukushima.

Janick MagneJanick Magne, professeur d’université à Tokyo, est une citoyenne française expatriée au Japon depuis 35 ans. Depuis mars 2011 et les tragiques évènements qui se sont déroulés à Fukushima, elle décide de militer pour une sortie du nucléaire au Japon.
L’ex-candidate d’Europe Ecologie Les Verts (EELV) aux législatives pour l’Asie, l’Océanie et le Japon se rend plusieurs fois dans la préfecture de Fukushima pour parler aux habitants et rencontrer les mères mobilisées pour l’évacuation des territoires contaminés.
Soutenant activement la population évacuée, elle visite également plusieurs fois la zone interdite de Futuba et en rapporte des photos afin de réaliser une exposition.
Dans les semaines qui viennent, elle va parcourir la France pour témoigner de ce qui se passe au Japon depuis deux ans (voir en bas de page)

Voyez le compte-rendu de sa visite à Futaba avec de nombreuses photos ici

Lire la suite

Mar 20

Fukushima: vivre avec de faibles doses de radioactivité. Les citoyens s’organisent.

« 2 ans après la survenue de l’accident nucléaire de Fukushima en 2011, notre vie avec le danger de l’exposition à long terme de faibles doses de radiations commence tout juste.

le hotspot-finder

le Hotspot-finder
cliché Fukushima network


Il nous faut surveiller de près les doses de radiations externes, avec une attention renouvelée. Les niveaux de la radiation de fond ont pu baisser Fukushima, en partie grâce à la diminution du césium 134 dont la demi-vie est d’environ 2 ans; et certains résidents sont satisfaits. Cependant, des mesures effectuées par des groupes indépendants de citoyens et de scientifiques ont montré que les autorités avaient falsifié les résultats en manipulant les balises de surveillance des doses dans l’air; dans le but de minorer la perception des risques dus aux radiations.
Lire la suite

Mar 18

Japon: les vents de printemps sont chargés de poussières

Une priorité: les préoccupations du 18 Mars:
1- une panne électrique concernant le refroidissement des piscines de combustible usé
2- les émissions de la centrale sont poussées par les vents vers Tokyo
3- un avis de tempête sur la région de Fukushima
A suivre sur Fukushima-Diary (en anglais, souvent traduit)
Espérons que tout se passe bien….


Tous les printemps, de très forts vents soufflent sur tout le Japon. Tokyo n’est pas épargné.
Il pleut moins que pendant les autres saisons et l’air est sec entre l’hiver et le printemps.
Donc, les vents balayent les poussières du sol.
Lire la suite

Mar 17

Cafouillages dans les tests thyroïdiens

Taux d’anomalies thyroïdiennes de 13,3% à Miyagi, « trop beau » en comparaison des 57% dans 3 autres préfectures.

marumori

Marumori

Selon la ville de Marumori, préfecture de Miyagi, les tests thyroïdiens ont décelé des nodules ou des kystes thyroïdiens chez 13,3 % des enfants.
Ces examens ont été effectués de mars 2012 à Janvier 2013 chez des jeunes âgés de moins de 18 ans au moment de la catastrophe du 11 Mars 2011.
Sur 1.982 testés, 259 kystes ont été découverts qui n’ont pas nécessité d’examens complémentaires.
5 nodules nécessitent des examens complémentaires.
Cependant, dans les préfectures de Nagasaki, Aomori et Yamanashi, éloignées de Fukushima, ce même examen des thyroïdes a détecté des nodules et kystes de la thyroïde chez 57% des enfants.

Cet énorme écart entre les tests thyroïdiens (13,3% contre 57%) est difficile à expliquer autrement que par une mauvaise exécution des tests.
en japonais
Posted by Mochizuki on March 17th, 2013

Note:
Le taux de 57% de kystes thyroïdiens dans les 3 préfectures semblait déjà bien étrange. Les doutes se renforcent.

Voir l’article « la guerre des chiffres »

Le 17 mars 2013


Mar 17

Fukushima, de la difficulté d’évacuer d’importantes populations

De nombreuses communes situées dans un rayon de 30 km d’une centrale nucléaire, qui doivent préparer un plan d’évacuation de leur population pour lundi 18 mars, ne sont pas prêtes. C’est pourtant une condition nécessaire pour pouvoir redémarrer les réacteurs. Et les plans des communes qui ont rendu leur copie ne sont pas satisfaisants.
La province de Fukui, avec 14 réacteurs nucléaires, est particulièrement concernée. En juin 2012, elle a écrit rapidement un plan d’évacuation autour de la centrale d’Ôï, pour pouvoir la redémarrer. C’est la seule à fonctionner actuellement.
Mais le plan est complètement irréaliste. Par exemple, les habitants de Takahama, à l’Ouest, ne doivent pas partir vers la ville de Maïzuru à 20 km de là, mais rester dans la province, en allant à Tsuruga, à 50 km de là, en passant au plus près de plusieurs réacteurs nucléaires… Lire la suite

Mar 14

Rencontre avec des évacués à Matsumoto

Un article du World Network for Saving Children from Radiation

carte Matsumoto

Matsumoto

Matsumoto City, préfecture de Nagano, est une ville universitaire de 240.000 habitants, avec une abondante nature, à 320 kilomètres des centrales nucléaires de Fukushima. Afin d’échapper aux conséquences de l’accident nucléaire, environ 300 personnes ont évacué vers Matsumoto city et ses environs.
Les 4 et 5 mars 2013, le Dr. Sebastian Pflugbeil, un physicien président de la société allemande pour la protection des radiations, et le Pr. Eugène Eichhorn, un mathématicien président du forum germano-japonais pour la paix (Berlin), ont visité Matsumoto.


Dans la soirée du 4 mars, le Dr Pflugbeil et Pr. Eichhorn ont rencontré les familles d’une trentaine d’évacués. Les Dr Pflugbeil et Pr. Eichhorn ont plusieurs fois visité le japon après le désastre nucléaire, soulignant à chaque fois la gravité de la situation. Le Dr Pflugbeil a dit: » Après le désastre de Tchernobyl, d’énormes dangers pour la santé ont été vus même en Bavière (Allemagne), qui est à 1.200 km de Tchernobyl. Ces dangers ont commencé d’apparaître 5 à 6 ans après le désastre. Lire la suite