Nov 30

2 Millions de personnes vivent dans les régions contaminées par Fukushima

2 millions de personnes dont 300.000 enfants vivent dans des régions très contaminées par l’explosion de Fukushima. Une situation que dénonce le Japonais Kazuhiko Kobayashi, en tournée en Europe.
Le Journal l’Alsace rend compte de son témoignage et de ses projets

Mr Kobayski
photo JM Loos

Ébranlé par la catastrophe de Fukushima, Kazuhiko Kobayashi, 66 ans, qui avait travaillé de 1968 à 1997 dans des entreprises privées en Allemagne, a décidé de revenir en Europe pour témoigner du vécu des habitants touchés par les irradiations et contaminations.

Où sont les personnes qui vivaient dans la zone aujourd’hui interdite de 20 km autour de la centrale ?

Les plus riches ont quitté la région. Les autres, la majorité, vivent toujours dans la région de Fukushima, au-delà des 20 km. Le gouvernement dit que c’est sans danger. C’est faux. Les taux de radioactivité sont très élevés jusqu’à 300 km de la centrale. La limite internationalement reconnue de 1 millisievert par an a été rehaussée à 20 millisieverts par an. Un médecin corrompu, nommé vice-président de la faculté de médecine, a même affirmé que 100 millisieverts par an ne présentent aucun risque. Ceci pour que le gouvernement ne soit pas obligé de dédommager les habitants qui ont tout perdu et qui tombent malades.

Voit-on apparaître des pathologies liées à la radioactivité ?

Une étude menée sur 4 000 enfants a montré, en octobre dernier, que 40 % d’entre eux ont déjà des problèmes de thyroïde. Le gouvernement refuse de reconnaître que cela est causé par la radioactivité. La plupart des médecins ignorent tout des pathologies induites par la radioactivité, ils ne savent pas ce qui s’est passé après Tchernobyl….

Lire la suite sur le journal l’Alsace

Le 30 novembre 2012


Nov 29

Fukushima dai Ichi: le bâtiment réacteur 3 de plus en plus radio actif

TEPCO a annoncé qu’un robot utilisé pour inspecter l’unité 3 de Fukushima Daiichi avait mesuré un niveau de rayonnement cumulé de 4780 mSv/h au rez-de-chaussée du bâtiment réacteur 3, soit beaucoup plus que le rayonnement cumulé de 1300 mSv/h mesuré aux mêmes endroits l’année dernière, le 14 novembre 2011.

La plus grande mesure enregistrée par le robot est de 2290 mSv/h : un homme ne pourrait intervenir dans cet endroit sans recevoir une dose mortelle en l’espace de 3 heures. Lire la suite

Nov 28

cultivateurs de Fukushima : partir ou rester ?

manifestation de paysans japonais
Partir ou rester ? Depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima, cette question hante les paysans qui ne savent plus comment assumer leur mission séculaire : celle de nourrir leurs concitoyens.
Le film « Terre souillée » s’attache à l’histoire de trois familles paysannes de Nihonmatsu, une ville de 60 000 habitants située à trente kilomètres de la zone interdite. Tous pratiquent l’agriculture biologique depuis plus de trente ans.
Lire la suite

Nov 26

Irradiation externe et contamination interne: deux choses bien différentes

L’irradiation externe:

Ce sont les rayonnements que nous recevons de l’extérieur:
travailleurs du nucléaire, habitants de zones contaminées. Pour ceux qui habitent ou traversent des zones contaminées ce sont surtout des rayons gamma émis par le Césium qui s’est déposé un peu partout.
Les rayons traversent le corps, y déposent une partie de leur énergie et c’est terminé si on quitte la zone contaminée.
C’est cette irradiation que détectent les compteurs Geiger, les compteurs installés dans les villes.
C’est sur cette irradiation que les « autorités » communiquent.

La Contamination interne

C’est totalement différent : ce sont les éléments radio-actifs qui se fixent dans l’organisme lorsqu’on les avale avec la nourriture,(les poussières); ou lorsqu’on les inhale en respirant, c’est surtout le cas des poussières (ou des gaz: Iode).
Lire la suite

Nov 25

La dose annuelle reçue par les jeunes élèves a augmenté

Sur Fukushima Diary

Selon la ville de Nihonmatsu, dans Fukushima, la dose annuelle externe reçue a augmenté par rapport à 2011 pour 45,3 % des élèves des écoles élémentaires et Junior high school de la ville. (1 969 sur 4 344)
La dose annuelle de 46 d’entre eux est montée jusqu’à 1,5 mSv/an.

La dose annuelle dépasse 1 mSv/an pour 76 % des élèves examinés, c’est la limite de sécurité d’une population normale.
Lire la suite

Nov 25

La décontamination comme unité de valeur à l’Université !

Sur Fukushima diary:
«…
L’université de Fukushima va faire de la décontamination une unité de valeur, alors que c’est supposé être bénévole.
45 heures de décontamination représentera une UV, 90 heures de décontamination en représentera deux.»

PS. C’est ce qui s’appelle, répartir la contamination sur l’ensemble de la Population.
Pendant que le Dr Caldicott recommande qu’on éloigne des zones contaminées les enfants et les jeunes en âge de procréer ! Voir la video du Dr Caldicot sur le post précédent

Nov 24

Dr Helen Caldicot – conférence à Tokyo le 19 novembre 2012

Une video sous titrée en japonais et…français du Dr Helen Caldicot lors d’une conférence donnée à Tokyo le 19 Novembre 2012.
Helen Caldicott est née à Melbourne en 1938. Médecin australienne, elle abandonne sa carrière médicale pour se consacrer au mouvement anti-nucléaire et milite pour la reconnaissance des dangers des faibles doses radioactives.

«https://youtu.be/kuCh06YMkdw»

– Elle insiste sur le fait que le gouvernement japonais devrait aider à évacuer les enfants et les femmes en âge de procréer
– Elle confirme que 40% de nodules thyroïdiens chez les enfants est un chiffre incroyablement élevé
– Qu’il est anormal que le sort des employés de Tepco à Fukushima soit tenu secret
– Que la fragilité de la piscine N° 4 représente un énorme danger. Si elle s’effondrait sous l’effet d’un tremblement de terre ce serait une catastrophe pire que tout ce qui existe. Tokyo devrait être évacuée ! mais où envoyer 30 millions de japonais ?

Merci à Kna pour le sous-titrage français

le 24 novembre 2012

Nov 24

Situation au Japon-Novembre 2012

Le site Kibô promesse, un site de solidarité avec les japonais nous fait un état de la situation en cette fin d’année:

Santé

Alors que le taux de naissance est en chute libre en 2012 au Japon (-0,76‰ par rapport à 2011), la moitié des enfants de Fukushima ont des problèmes thyroïdiens.
Les cantines n’hésitent pas à servir de la nourriture contaminée (ici depuis août 2011), pour soutenir les producteurs, mais au détriment de la santé des enfants.
Les services d’urgence sont débordés, et plusieurs personnalités japonaises ont dû être hospitalisées. Lire la suite

Nov 23

Médecine du travail sur catastrophe nucléaire

logo radio-actif

Image Kibô

Note: Je rappele qu’en France, la limite supérieure d’exposition des travailleurs du nucléaire est de 20 mSv par an au corps entier.
On estime que pour 100 000 travailleurs recevant la dose limite, il y aura 80 décès par cancer; ne sont pas comptés les cancers dits « guérissables », les maladies génétiques graves; ni les nombreuses maladies signalées par les médecins de Biélorussie qui vivent dans les régions contaminées par Tchernobyl

Le texte sur le site de l’ACRO:
« 24 118 personnes sont intervenues sur le site de la centrale de Fukushima daï-ichi entre mars 2011 et septembre 2012.
Parmi elles, seulement 904, ou 3,7%, sont éligibles pour bénéficier d’un dépistage gratuit du cancer proposé par le gouvernement et TEPCo qui l’ont réservé aux personnes qui ont reçu plus de 50 mSv entre mars et décembre 2011.
Pourtant, les relevés dosimétriques du début ne sont pas fiables car seul le chef d’équipe avait un dosimètre. Pourtant, les travailleurs continuent à prendre des doses élevées.
Lire la suite

Nov 21

Japon: Il devient difficile de faire vérifier la thyroïde de ses enfants

Dans Fukushima diary

Mme Shima montre les échographies de ses enfants

Mme Shima montre les échographies de ses enfants

 

Les échographies thyroïdiennes de « dépistage » demandées par les familles ne sont pas prises en charge par la « sécurité sociale » japonaise.
On se souvient que les autorités dissuadaient fermement les médeçins de réaliser des échographies de la thyroïde en dehors des circuits et études « officiels ».

Le 21 novembre 2012