Nov 22

Ruthénium 106 – synthèse au 22/11/2017

Ce n’est toujours pas plus clair
Voici le communiqué de la CRIIRAD du 22 novembre 2017

Contamination par le ruthénium 106
Présentation synthétique du 22/11/2017

Un énorme rejet de ruthénium 106 s’est produit dans la deuxième moitié du mois de septembre. Malgré les immenses capacités de dilution de l’atmosphère, le ruthénium 106 (ou plus exactement son descendant radioactif le rhodium 106) a en effet été mesuré dans l’atmosphère de très nombreux pays européens et les concentrations ont pu atteindre plusieurs dizaines de mBq/m3, voire dépasser 100 mBq/m3. La convention internationale imposant une notification rapide des accidents nucléaires n’a pas fonctionné. Alors que l’alerte sur la contamination de l’air a été lancée début octobre, on ne sait toujours pas quelle installation est à l’origine de la contamination. On ignore combien de travailleurs, combien d’habitants, combien d’enfants ont été exposés aux radiations ; combien ont été contaminés ; quelles doses de rayonnement ils ont pu recevoir …

Dans un premier temps, seule la CRIIRAD semble s’être souciée des risques encourus au niveau local. En Europe, la communication s’est focalisée sur l’absence de tout risque sanitaire. Au niveau international, l’OMS s’est enfermée dans le silence et l’AIEA a totalement occulté la question du terme source : aucun appel à investigation, aucune mise en garde sur les risques d’exposition des travailleurs et de la population locale. L’AIEA n’a même pas publié la liste des installations nucléaires susceptibles de rejeter du ruthénium 106.

Le 9/10/2017, les modélisations des organismes d’expertises français (IRSN) et allemand (BfS) ont désigné le sud de l’Oural comme la localisation la plus probable du rejet. Le 9/11/2017, l’IRSN a publié une note indiquant comme scénario le plus probable un rejet considérable de 100 à 300 TBq, survenu entre la Volga et l’Oural et qui aurait nécessité des mesures de protection de la population dans un rayon de 5 km et le contrôle des denrées alimentaires jusqu’à 40 km de distance.

Sur la base de ces estimations, la CRIIRAD a interpellé l’OMS et l’AIEA (le 17/11/2017) et lancé un appel à une totale transparence, tant du côté des gouvernements, et notamment de la fédération de Russie, que de l’AIEA et des organismes d’expertises (communiqué du 20/11 sur Médiapart).

Peu après, plusieurs médias ont titré sur « les aveux de la Russie » et sur la publication par l’agence fédérale russe de météorologie de résultats attestant d’une contamination extrêmement élevée. Se basant sur son analyse des documents russes, la CRIIRAD a démenti ces informations par 2 communiqués successifs de mise au point, le 21/11/2017 et le 22/11/2017.
À ce jour le mystère reste entier. Nous ne pouvons qu’espérer que les modélisations soient erronées et que l’impact sanitaire soit moins important qu’envisagé.


Voir le communiqué origine et les précédents
http://www.criirad.org/accident-et-pollutions/som-accidents&pollutions.html


Petite note

Le jour où il y aura un accident en France ou chez les voisins, il y a fort à craindre que nous soyons tout aussi mal informés !

Nov 11

Contamination par le ruthénium 106

Les rejets radioactifs sont considérables
et proviendraient de Russie ou de pays proches

Voici le communiqué de la CRIIRAD daté du 10 novembre 2017
http://balises.criirad.org/pdf/cp_criirad_17-11-10_radioactivite_%20ru106.pdf

Les responsables se soucient enfin de l’importance des rejets du ruthénium 106 intervenus, fin septembre 2017, et des risques encourus au plus près du terme source !
Dans un premier temps, les communiqués officiels se sont contentés de souligner l’absence de risque en France et en Europe. La CRIIRAD avait alerté dès le 5 octobre, mais en vain, sur les risques encourus par les populations locales.
On sait pourtant depuis Tchernobyl qu’il faut agir très vite car l’exposition est majeure dans les premiers jours et les premières semaines.

Rappel : présence anormale de ruthénium 106 (1)dans l’air européen détectée fin septembre.
Dans un communiqué de presse (2) du 4 octobre 2017, l’IRSN indiquait que du ruthénium 106 avait été détecté dans l’air de plusieurs pays européens et concluait, sans émettre aucune réserve sur les niveaux de risque sur le lieu de l’accident et dans les zones proches : « Les niveaux très faibles de contamination atmosphérique en ruthénium 106 observés à ce jour par les réseaux européens de surveillance sont sans conséquences pour l’environnement et pour la santé. Néanmoins, l’IRSN maintient une vigilance de surveillance sur cette présence de ruthénium dans l’air ».

La CRIIRAD faisait part de son inquiétude le 5 octobre
Dans son communiqué (3) du 5 octobre 2017, la CRIIRAD indiquait : « Il faut déterminer l’origine du phénomène et les niveaux de risque au plus près du terme source ». « Il est important que l’origine de ces rejets de ruthénium 106 soit recherchée. De ce point de vue l’absence d’information est inquiétante. Si l’installation à l’origine des rejets n’en est pas consciente, elle n’a pas pu mettre en place de mesures de radioprotection alors que les doses subies par les riverains ou les travailleurs concernés pourraient ne pas être négligeables. S’il s’agit de dissimulation, la situation est encore plus problématique”.

La piste Russe
Plus d’un mois s’est écoulé et, à notre connaissance, l’origine exacte de cette contamination n’est pas élucidée. Des simulations effectuées par les organismes de radioprotection français (IRSN) et allemand (BfS), évoquaient une origine au sud de l’Oural. Les autorités russes (4) avaient alors réagi en niant toute responsabilité.

Un rejet colossal entre la Volga et l’Oural ?

Dans un nouveau communiqué (5) du 9 novembre 2017, l’IRSN indique que l’hypothèse de la retombée sur terre d’un satellite contenant du ruthénium 106 a été écartée par l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique).

Partant alors de l’hypothèse que le ruthenium 106 provient des rejets d’une installation terrestre, et sur la base de simulations, l’IRSN indique «la zone de rejet la plus plausible se situe entre la Volga et l’Oural sans qu’il ne soit possible, avec les données disponibles, de préciser la localisation exacte du point de rejet. En effet, c’est dans cette zone géographique que la simulation d’un rejet de ruthénium permet de mieux reproduire les mesures obtenues en Europe » et « Pour la zone de rejet la plus plausible, la quantité de ruthénium-106 rejetée estimée par les simulations de l’IRSN est très importante, comprise entre 100 et 300 térabecquerels. Le rejet, accidentel eu égard à la quantité rejetée, aurait eu lieu au cours de la dernière semaine du mois de septembre 2017 ».

S’il s’agit bien de rejets émanant d’une installation unique à hauteur de 300 Terabecquerels, cela correspond à une quantité colossale, 300 mille milliards de becquerels est un chiffre, à titre de comparaison, 375 000 fois supérieur au rejet annuel maximal autorisé (6) de la centrale nucléaire de Cruas. Le ruthénium 106 est un produit de fission artificiel qui, une fois retombé au sol et sur le couvert végétal, va induire une contamination durable, il faut en effet plus d’un an pour que sa radioactivité soit divisée par deux.

Comme le note l’IRSN : “Du fait des quantités rejetées, les conséquences d’un accident de cette ampleur en France auraient nécessité localement de mettre en œuvre des mesures de protection des populations sur un rayon de l’ordre de quelques kilomètres autour du lieu de rejet. Pour ce qui concerne les denrées alimentaires, le dépassement des niveaux maximaux admissibles (NMA) (1250 Bq/kg pour le ruthénium 106 et pour les denrées autres que le lait) serait quant à lui observé sur des distances de l’ordre de quelques dizaines de kilomètres autour du point de rejet”.

Il était donc bien indispensable, comme le demandait la CRIIRAD, le 5 octobre 2017, d’identifier l’installation à l’origine de la pollution par le ruthénium 106 et de mettre en oeuvre des mesures de protection pour la population proche. Et ce d’autant plus que , comme la CRIIRAD l’a dénoncé à plusieurs reprises, les critères d’intervention (7) retenus par les autorités françaises pour mettre en oeuvre des mesures de protection sont excessivement élevés.

Or, les documents analysés par la CRIIRAD montrent que, dans un premier temps, les services officiels en Europe se sont contentés d’insister sur l’absence de conséquences sanitaires sur le territoire Européen. Cette situation pose de nombreuses questions sur l’efficacité de l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique) et des organismes de radioprotection officiels des pays européens.

  • A l’échelle de l’Europe et de la France, pourquoi des contrôles sur les avions susceptibles d’avoir survolé les secteurs incriminés n’ont pas été mis en place ?
  • Pourquoi les ambassades des pays Européens n’ont elles pas mis en place rapidement des dispositions particulières dans les pays pressentis comme pouvant être à l’origine de ces rejets massifs de ruthénium 106 (recueil d’échantillons de sol, couvert végétal, denrées alimentaires) ?
  • Si les Etats Européens n’ont pas souligné la gravité potentielle de la situation pour les populations et les travailleurs proches de l’installation, ils auraient pu au moins s’inquiéter de la protection de leurs ressortissants en voyage ou en séjour dans les pays incriminés

Protéger les populations proches du lieu du rejet

Avoir perdu plus d’1 mois pour alerter efficacement est une faute grave. En cas de rejet massif de substances radioactives dans l’atmosphère, il faut agir vite pour limiter les doses subies par les populations proches de l’installation incriminée. En l’absence de mesures de protection, les doses subies pourraient avoir dépassé largement les limites sanitaires.

S’il est probablement trop tard pour limiter les risques liés à l’inhalation dans le panache (on peut penser en effet que les rejets ont cessé depuis plusieurs semaines), les populations proches de l’installation sont toujours soumises aux radiations liées aux retombées de ruthénium 106 et à la contamination par ingestion de denrées contaminées. Il est donc important, en fonction des niveaux de retombées, de mettre en place des contre-mesures adaptées (évacuation ou décontamination des sols).

Il est tout aussi important de leur recommander de ne pas consommer les denrées qui ont subi une contamination par dépôt foliaire ou une contamination différée.

Dans la mesure où certains Etats ne sont pas capables d’assurer la protection radiologique des citoyens, il est plus que jamais nécessaire de soutenir les ONG locales et développer les contrôles radiologiques indépendants.

Pour les autorités françaises il n’y a rien de plus à faire ?

En ce qui concerne les risques pour les personnes vivant en France, l’IRSN considère « d’une part que la probabilité d’un scénario qui verrait l’importation en France de denrées (notamment des champignons) contaminées par du ruthénium-106 à proximité de la source de rejets est extrêmement faible et, d’autre part, que le risque sanitaire potentiel lié à ce scénario est lui aussi très faible. Il n’apparait donc pas nécessaire de mettre en place des contrôles systématiques de la contamination des denrées importées ».
Cette position est reprise par l’ASN dans son communiqué (8) du 9 novembre.

La CRIIRAD considère, au contraire, qu’il est indispensable de mobiliser tous les moyens des Etats Européens (contrôles sur des denrées et produits provenant des zones incriminées, actions au niveau des ambassades) pour déterminer précisément l’origine des rejets et peser pour que les populations proches bénéficient de mesures de protection (même si elles sont tardives). Il faut penser aux populations locales et aux ressortissants des pays étrangers susceptibles de se trouver au plus près du terme source !

Un contrôle systématique des denrées importées n’est pas forcément le plus adapté, en revanche, il est nécessaire qu’un programme de surveillance radiologique spécifique soit mis en oeuvre au niveau Européen pour vérifier la contamination par le ruthénium 106 des denrées à risque en provenance des pays incriminés, mais également par d’autres substances radioactives moins mobiles qui pourraient être présentes dans les retombées locales sans pour autant être détectables dans l’air à grande distance.

Rédaction : Bruno CHAREYRON, ingénieur en physique nucléaire,
directeur du laboratoire de la CRIIRAD.

Contact : bruno.chareyron@criirad.org


  • (1) Le ruthénium 106 est un radionucléide artificiel (produit de fission), émetteur de rayonnements bêta, de période relativement longue (1,02 ans). Il se désintègre en donnant naissance au rhodium 106, émetteur de rayonnements bêta et gamma de période 29,8 secondes.
  • (2) http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Pages/20171004_Detection-ruthenium-106-en-europe.aspx#.WgSLhXbkV8x
  • (3) http://balises.criirad.org/pdf/CP_CRIIRAD_171005_Ru106_Europe.pdf
  • (4) https://fr.sputniknews.com/international/201710111033422527-ruthenium-europe-russie/
  • (5) http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Pages/20171109_Detection-Ruthenium-106-en-france-et-en-europe-resultat-des-investigations-de-l-IRSN.aspx#.WgR77nbkV8x
  • (6) Pour les produits de fission et d’activation émetteurs bêta et gamma comme le ruthénium 106.
  • (7) L’IRSN se réfère par exemple au Niveaux Maximaux Admissibles (NMA) de contamination radioactive applicables aux aliments après un accident nucléaire ou toute autre urgence radiologique. La CRIIRAD rappelle qu’elle s’est battue contre l’adoption de ces limites fixées à des niveaux excessivement élevés et basées sur un rapport d’expertise truffé d’anomalies. De plus, le dispositif ne devrait être mis en œuvre qu’en cas de contamination massive limitant l’accès à des aliments non contaminés. Qui souhaite consommer des champignons contenant 100 becquerels de ruthénium 106 par kg au prétexte qu’en cas d’accident la limite autorisée est de 1 250 Bq/kg ?
    Les consommateurs ont le droit de savoir et de choisir.
  • (8) https://www.asn.fr/Informer/Actualites/Ruthenium-106-dans-l-air-ambiant-en-France-pas-de-risque-identifie-pour-la-population

Notes:

Le communiqué original sur le site de la CRIIRAD:
http://balises.criirad.org/pdf/cp_criirad_17-11-10_radioactivite_%20ru106.pdf

Le site de la CRIIRAD
http://www.criirad.org/

1 Térabecquerel = 10 puissance 12 Becquerels – Un chiffre inimaginable….

Le 11 novembre 2017

Je vous recommande vivement la lecture de l’article bien documenté du «Fukushima-blog»: » http://www.fukushima-blog.com/2017/11/nouvel-accident-nucleaire-en-europe.html

voir aussi l’article du Figaro
http://www.lefigaro.fr/sciences/2017/11/10/01008-20171110ARTFIG00006-premiere-carte-de-la-pollution-radioactive-au-ruthenium-106-en-europe.php


Oct 06

Le prix Nobel de la Paix vient d’être décerné à l’ICAN

coalition internationale en faveur de l’abolition des armes nucléaires.

De nombreuses organisations de la société civile mondiale luttent depuis des années contre l’armement nucléaire.
Grâce à ces multiples mobilisations citoyennes, un traité d’interdiction des armes nucléaires a été adopté le 7 juillet 2017 à l’ONU par 122 pays ! 53 Etats ont d’ores et déjà signé le traité depuis le 20 septembre.

C’est cette mobilisation coordonnée par ICAN qui vient d’être récompensée par le prix Nobel de la Paix.

ICAN:International Compaign to Abolish Nuclear Weapons

ICAN France: http://icanfrance.org/
Lire le communiqué de MAN France (Mouvement pour une Alternative Non violente)

logo de l'ICAN

Le gouvernement français est hélas agrippé à sa dissuasion nucléaire, il procède à la modernisation de ses armes de destructions massives. Il refuse de signer ce traité. Il reste aux citoyens français de persuader leurs gouvernants d’abandonner ces illusions nucléaires et de ratifier le traité d’interdiction des armes nucléaires au plus vite. Et donc de se débarrasser de ces armes inutiles, coûteuses et immorales.

Actualité

Alors que le Président nord-coréen affirme pouvoir réaliser un essai nucléaire atmosphérique dans le Pacifique, que le Président Trump menace de détruire Pyongyang sans s’inquiéter du sort des populations civiles et que la ministre de la Défense française visite les sites nucléaires stratégiques pour « réaffirmer la dissuasion nucléaire », l’ONU a célébré le 26 septembre la journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires.

De fortes inquiétudes sur une escalade militaire en Asie du nord-est pouvant déboucher sur une guerre nucléaire existent. Ce traité d’interdiction des armes nucléaires représente la seule solution crédible pour mettre fin aux crises nées de la prolifération nucléaire.
Un Traité qui, malgré les fortes pressions de la part des puissances nucléaires (France, États-Unis…), est ouvert à la signature depuis ce 20 septembre 2017. Le 26 septembre 53 États l’ont déjà signé et 3 l’ont également ratifié.

Ce Traité est né de la prise de conscience par une majorité d’États des conséquences que fait peser la politique de dissuasion de 9 États, démocratiques ou non, sur le monde entier.

Le 6 octobre 2017


Sep 18

Le traité pour l’abolition des armes nucléaires sera ouvert à la signature le 20 septembre 2017

Les Nations Unies ont adopté le 7 juillet 2017 un traité qui interdit catégoriquement les armes nucléaires, par 122 voix pour – une contre, et une abstention.

Après plus de 10 ans d’efforts de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN) et 72 ans après leur première utilisation

(extraits des communiqués de l’ICAN France)

Jusqu’à présent, les armes nucléaires étaient les seules armes de destruction massive qui n’étaient pas couvertes par un traité d’interdiction, malgré les conséquences humanitaires catastrophiques en cas d’explosion intentionnelle ou accidentelle. Les armes biologiques furent interdites en 1972 et les armes chimiques en 1992.

L’adoption de ce traité indique clairement que la majorité des États du monde n’accepte plus les armes nucléaires et ne les considère pas comme des outils de guerre légitimes.

L’objection répétée et le boycott des négociations par les États ayant des armes nucléaires démontrent que ce traité a un impact significatif sur leur politique. L’Histoire nous a montré que cela a été le cas avec les autres traités d’interdiction d’armes (les mines antipersonnel, et les bombes à sous-munitions). L’évolution des normes internationales conduit à des changements concrets dans les politiques et les comportements militaires, même dans les États qui ne sont pas parties au traité.

Alexia Berny, membre du CA d’ICAN France, a déclaré: « L’adoption de ce traité par l’ONU marque le début de la fin de l’ère nucléaire. Il est incontestable que les armes nucléaires violent les lois de la guerre et constituent un danger manifeste pour la sécurité mondiale. Personne ne croit que le fait de tuer indistinctement des millions de civils est acceptable — peu importe la circonstance — car c’est bien ce pourquoi les armes nucléaires sont conçues. »

Le traité crée également des obligations pour soutenir les victimes de l’utilisation d’armes nucléaires (Hibakusha) et des essais et pour réhabiliter les dommages environnementaux causés par ces armes. « La France ne pourra pas échapper à ses responsabilités vis-à-vis des Algériens et des Polynésiens qui ont été affectés directement par ses essais nucléaires » souligne Patrice Bouveret, membre du CA d’ICAN France.

Pour plus de détails sur ce traité, voir l’infographie de l’ICAN France (à diffuser librement)


Notes

Le traité, qui entrera en vigueur une fois ratifié par 50 pays, a été approuvé par 122 Etats membres, soit près des deux tiers des pays appartenant à l’Onu. Un pays a voté contre, un autre s’est abstenu. Mais des dizaines d’autres États membres dont la France ont boudé les négociations.

La France boycotte ce traité:

Communiqué du ministère des affaires étrangères:
Il s’agit d’un texte inadapté au contexte sécuritaire international, caractérisé par des tensions croissantes et la prolifération des armes de destruction massive, dont témoigne notamment la menace nucléaire nord-coréenne.
La France n’a pas participé aux négociations de ce traité et elle n’entend pas y adhérer. Ce traité ne nous lie pas et ne crée pas de nouvelles obligations. La décision d’un grand nombre d’Etats, dotés, possesseurs ou non d’armes nucléaires, de ne pas participer aux négociations, en Europe et en Asie notamment, illustre avec force ce décalage.
La politique de sécurité et de défense de la France, tout comme celle des alliés et d’autres partenaires proches, repose sur la dissuasion nucléaire.»
Le texte complet sur le site du Quai d’Orsay

Aux USA, il semble qu’on pense à fabriquer des bombes nucléaires à faible puisance et réglables; de façon à pouvoir les utiliser:
Voici un extrait de l’article du réseau international:
Reseauinternational.net/renovation-de-larmement-nucleaire-us-et-consequences/

Paul Selva, général de l’armée de l’air et vice-président de l’état-major interarmées US, estime que l’avenir de la dissuasion nucléaire réside, du moins en partie, dans les armes nucléaires plus petites, dont l’usage serait vraiment rendu possible. Selon lui, « Si nous faisons cela avec un missile balistique, un corps de rentré ou tout autre outil de l’arsenal, il est important d’avoir des armes nucléaires à rendement ajustable. » Le 3 août, devant l’Institut Mitchell de l’Association de l’armée de l’air du club de Capitol Hill, le numéro deux du commandement militaire a confirmé que, dans le cadre de la révision de la posture nucléaire du Pentagone, une nouvelle génération d’« armes nucléaires miniaturisées à faible rendement » était envisagée, afin d’assurer la crédibilité de la menace de l’arsenal nucléaire US.
Il pense que la riposte conventionnelle à l’attaque nucléaire ne suffirait pas à dissuader l’attaquant. Ce ne sont pas des armes tactiques ou de champs de bataille dont parle le général, mais plutôt des munitions dotées d’une puissance explosive décuplée ou réduite (rendement réglable) au moyen d’un système électronique à cadran. Cette combinaison de précision et de faible rendement en ferait les armes nucléaires les plus précieuses de l’arsenal, assurant aux USA la domination mondiale.
La menace d’une destruction mutuellement assurée ne joue pas avec les petites nations – comme la Corée du Nord et l’Iran – de la même manière qu’avec la Russie ou la Chine. Les USA doivent pouvoir lancer une attaque nucléaire sans conséquences mondiales contre un adversaire.


QUI est l’ICAN ?

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons
Le site de l’ICAN France: http://icanfrance.org/

Les organisations partenaires d’ICAN en France appellent les états, les organisations internationales, les organisations de la société civile (ONGs) et tous les acteurs à :

  • Reconnaître que toute utilisation des armes nucléaires auraient des conséquences humanitaires et environnementales catastrophiques
  • Reconnaître qu’il existe un impératif humanitaire d’interdire les armes nucléaires, même pour les états qui ne possèdent pas ces armes.
  • Reconnaître que les états dotés d’armes nucléaires ont une obligation de les éliminer complètement
  • Agir immédiatement pour soutenir un processus multilatéral de négociations d’un traité interdisant les armes nucléaires

le 18 septembre 2017


Sep 07

Cuve EPR et Creusot Forge : plus que quelques jours !

Utiliser une cuve nucléaire non conforme !???
Info CRIIRAD
    L’Autorité de Sûreté Nucléaire a mis en consultation publique

  • 1/ son projet d’avis concluant à l’aptitude au service de la cuve malgré les défauts de fabrication des calottes ;
  • 2/ son projet de décision fixant au 31/12/2018 la date butoir pour le contrôle des dossiers de fabrication des équipements sous pression nucléaires forgés par Creusot Forge.

Considérant

  • 1/ les zones d’ombre qui subsistent dans le dossier de validation de la cuve de l’EPR,
  • 2/ la nécessité de traiter en priorité les anomalies des équipements en service et de refonder d’urgence le système de contrôle des installations nucléaire,

la CRIIRAD s’oppose à l’autorisation de mise en service de la cuve de Flamanville 3 alors que ses composants ne respectent pas les exigences fondamentales de sûreté.
Rappelons que les possibilités de dérogation à ces exigences ont été définies très opportunément, et de manière très laxiste, par l’arrêté du 30 décembre 2015

    La CRIIRAD demande

  • 1/ une réduction des délais de vérification des dossiers de fabrication des équipements en service,
  • 2/ l’évaluation des risques associés et
  • 3/ l’instauration de mesures de sauvegarde pour toute la période d’incertitude et pour tous les équipements concernés.

Étant donné les failles gravissimes découvertes dans le système de contrôle, dans l’assurance qualité interne aux inspection de l’ASN en passant par la surveillance d’AREVA et EDF, il faut d’urgence identifier les causes des dysfonctionnements, de mettre en place des actions correctrices et s’assurer de leur efficacité.

Au vu des constats des 3 dernières années, les autorités devraient se demander s’il est possible, et à quelles conditions, de laisser en service les 58 réacteurs du parc électronucléaire français, et non s’employer à délivrer des dérogations pour passer outres les principes et exigences fondamentales de sûreté.

Nous vous invitons à participer, vous aussi, aux consultations de l’ASN (voir ci-dessous).
Nous sommes sans illusion sur les dispositifs officiels de « participation du public » mais vu la gravité des enjeux mieux vaut utiliser tous les leviers, quitte à dénoncer ensuite le passage en force des autorités. …

L’équipe de la CRIIRAD

Plus d’informations :
Communiqué de presse CRIIRAD du 6/09/2017
Note d’information CRIIRAD de 4 pages.


Consultations ASN

Pour participer aux consultations de l’ASN, vous vous devez d’abord créer votre compte. Cliquer ici pour accéder directement à la page « espace personnel » et vous inscrire. Vous recevrez ensuite un courriel de l’ASN avec un lien pour activer votre compte.

Vous pourrez alors insérer vos commentaires dans les consultations de l’ASN:

Projet d’avis l’ASN relatif à l’anomalie de la composition de l’acier du fond et du couvercle de la cuve du réacteur EPR de la centrale nucléaire de Flamanville

Revue des composants fabriqués par l’usine Creusot Forge Areva NP installés sur les réacteurs électronucléaires en exploitation

NB : avec l’ascenseur, allez bien jusqu’au bas de la page, après les commentaires déjà insérés, pour trouver la zone AJOUTER UN COMMENTAIRE.

N’hésitez pas à utiliser les passages de nos documents qui vous paraissent convaincants. Si vous avez des difficultés, vous pouvez également utiliser quelques idées clefs reprises ci-dessous.

    LIEN 1 : Consultation ASN sur la cuve de l’EPR

  • 1/ L’affaire Creusot Forge a révélé des défaillances gravissimes dans le système de contrôle des activités nucléaires. Il est indispensable et prioritaire d’en rechercher les causes et de les traiter. Dans un tel contexte, il serait irresponsable d’autoriser la mise en service d’équipements critiques qui ne satisfont pas aux minima requis par la réglementation.
  • 2/ Faute de pouvoir accéder à l’ensemble du dossier, toute contre-expertise est impossible.
  • 3/ Les documents à disposition émanent tous d’organismes impliqués dans les dysfonctionnements qui ont conduit à l’installation des composants défectueux ;
  • 4/ Le texte introductif de l’ASN induit d’ailleurs le lecteur en erreur, en présentant comme hypothétique l’altération bien réelle des propriétés mécaniques de l’acier des calottes ;
  • 5/ Les conditions posées par l’ASN pour la mise en service (contrôle sous 30 mois pour le fond de cuve et limitation à 2024 de l’utilisation pour le couvercle) ne sont pas de nature à compenser la dégradation des performances de l’acier et ne démontrent pas qu’aucun défaut nocif ne peut apparaître avant ces échéances ;
  • 6/ La dangerosité de l’EPR, réacteur de 1650 MWe dont la construction a été émaillé de nombreux problèmes et qui ne bénéficie d’aucun retour d’expérience, impose de proscrire toute diminution des marges de sécurité, toute zone d’ombre, toute remise en question du principe fondamental de défense en profondeur ;
  • 7/ Areva et EDF ont sciemment passé outre leurs engagements, les prescriptions réglementaires et les rappels à l’ordre de l’ASN. Ils doivent en assumer les conséquences. Toute autre décision enverrait un signal délétère.

LIEN 2 : Consultation ASN sur Creusot Forge

La consultation accorde un délai beaucoup trop long pour la vérification des dossiers. L’examen des équipements en service aurait dû et doit encore passer avant l’étude des équipements en projet, et notamment de l’EPR. De plus, le dossier ne contient aucune analyse de risque et ne prévoit aucune mesure conservatoire pour toute la période où l’on ignore la nature et la gravité des éventuelles anomalies. Il faut également ajouter des prescriptions pour garantir la fiabilité des vérifications. On est très loin du niveau d’exigence requis pour des installations aussi dangereuses.


[1] Site CRIIRAD : http://www.criirad.org (y compris nos pétitions)
[2] Site des balises : balises.criirad.org
[3] Site Fukushima : http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon_bis/sommaire.html

CRIIRAD – 29, cours Manuel de Falla
26000 Valence © Copyright 2017

Le 07 septembre 2017


Sep 03

Pas de droits de l’homme dans Namie à Fukushima ?

L’ordre d’évacuation des zones les plus peuplées de Namie, dans la préfecture de Fukushima, a été levé le 31 mars 2017.

Je transcris ici la partie française de l’article paru dans «Nos voisins 311»
Je vous invite à aller sur leur site voir l’article entier traduit en français et illustré

29/8/2017

Nous publions la carte la plus récente de densité de surface du sol de Namie créée par un groupe de mesures citoyennes nommé le «Projet de mesures de la radioactivité environnementale autour de Fukuichi (Fukushima Daiichi)».

la carte de la contamination de Namie

Cette carte est tout simplement terrifiante. Elle montre des niveaux de radio-contamination bien supérieurs au seuil défini pour une « zone contrôlée de radioactivité ».
Toute zone est désignée comme telle lorsque la dose efficace totale due à la radiation externe et celle due aux substances radioactives dans l’air est susceptible de dépasser 1,3 mSv par trimestre – sur une période de trois mois -, ou lorsque la densité de surface risque de dépasser 40.000 Bq/m2.
Dans la zone contrôlée de radioactivité, il est interdit de boire, de manger ou de passer la nuit. Même les adultes ne sont pas autorisés à rester plus de 10 heures. Pour quitter la zone, il faut passer par un dépistage rigoureux.

La radio-contamination de Namie va bien au-delà de ces chiffres. La densité moyenne de contamination du sol pour un total de 314 points dont le sol a été collecté et mesuré est de 858 143 Bq/m². La valeur maximale est de 6 780 000 Bq/m², et le minimum se lève à 31 400 Bq/m²!

Et les populations, y compris les nourrissons et les femmes enceintes, sont autorisées et encouragées à y retourner vivre en les persuadant qu’elles sont censées y être en sécurité. A la base, le gouvernement japonais ne reconnaît pas le droit humain fondamental de vivre dans un environnement sain. La population est confrontée à un avenir difficile, car la compensation sera bientôt coupée, et l’aide au logement par le gouvernement central a déjà fini. Continuer à vivre en tant que réfugiés nucléaires devient de plus en plus difficile. Nous considérons qu’il s’agit là d’une violation des droits fondamentaux de l’homme en matière d’environnement.

N’oublions pas de remercier les membres et les bénévoles de l’équipe du Projet de mesures de la radioactivité environnementales autour de Fukuichi. Ils sont surtout des personnes âgées de plus de 60 ans. Etant âgées, ces personnes sont censées être moins radio-sensibles que les personnes plus jeunes. Toutefois, cela ne signifie pas pour autant qu’elles soient insensibles à l’irradiation. Nous les remercions et prions pour leur santé.

une équipe de testeurs

Vous pourriez penser que les Japonais ont l’habitude d’endurer leur sort sans se plaindre. Ce n’est pas vrai. Beaucoup de gens se battent et protestent. Nous allons citer, parmi les nombreux procès en cours, l’un appelé le «procès pour exiger le retrait de la dose-limite de 20 mSv pour l’évacuation» déposé par les résidents de la ville de Minamisoma à Fukushima. Rappelons que le gouvernement japonais a adopté 1 mSv/an, la limite de dose internationalement reconnue pour le public recommandée par la CIPR (Commission internationale de protection radiologique), et que c’est encore la limite pour le public partout au Japon, sauf dans le département de Fukushima. C’est l’une des raisons pour lesquelles beaucoup de gens de Fukushima se demandent: « Fukushima fait-il vraiment partie du Japon? » ou « sommes-nous les gens abandonnés par l’État? »

les plaignants devant le tribunal
Partie civile du procès pour exiger le retrait de la dose-limite de 20 mSv


Qui sont «Nos voisins lointains» ?
Nous sommes une association loi 1901. Notre objectif est de venir en aide aux populations sinistrées de l’accident de Fukushima.
Nous essayons de diffuser une information concernant la vie de sinistrés, mal connue en France, et aussi collecter des dons afin de venir en aide aux familles les plus nécessiteuses.

Le site de «Nos voisins lointains»
Le projet de mesures citoyennes:
http://www.f1-monitoring-project.jp/index.html
Page Facebook du « Projet de mesures de la radioactivité environnementale autour de Fukuichi (Fukushima Daiichi) » (en japonais):
https://www.facebook.com/fukuichi.mp/?fref=ts


Le 03 septembre 2017


Août 18

Radiations Ionisantes: les normes de radioprotection doivent être améliorées

Des médecins et des scientifiques lancent une alerte au sujet des risques sur la santé des radiations ionisantes.
Même de faibles doses d’environ 1 millisievert (mSv) augmentent le risque de faire se développer des maladies radio-induites.
Il n’y a pas de seuil en dessous duquel les radiations pourraient être considérées comme inoffensives.

Résumé d’une réunion d’experts à Ulm (Allemagne) le 19 octobre 2013

Le 19 octobre 2013, les membres allemands et suisses de « International Physicians for the Prevention of Nuclear War» (IPPNW – médecins du monde pour la prévention de la guerre nucléaire) ont invité des médecins et des scientifiques dans les domaines de la radiobiologie, épidémiologie, statistique et physique à une réunion d’experts à ULM, la ville natale d’Einstein. Les participants ont discuté des connaissances  actuelles concernant les effets sur la santé des radiations ionisantes, spécialement dans le domaine des faibles doses.

Le groupe d’experts a conclu qu’une révision des normes de radio-protection actuelles est essentielle, de façon qu’elles reflètent le niveau actuel des connaissances scientifiques. Les radiations ionisantes sont capables de causer des effets préjudiciables à la santé; certains peuvent être prévus et quantifiés grâce à l’utilisation de modèles épidémiologiques.

Dans le passé, la détermination des risques sanitaires des radiations ionisantes a été basée sur des études concernant les survivants des bombardements de Hiroshima et Nagasaki. Ce groupe de référence ne peut plus être considéré comme approprié à la lumière des nouvelles preuves statistiques. Même de très faibles doses de radiations sont susceptibles de provoquer des maladies.

Voici les conclusions du symposium d’ULM:
  • 1. Même le rayonnement naturel de fond a des effets néfastes qui sont mesurables ;
  • 2. L’usage des radiations en vue de faire des diagnostics médicaux a des effets néfastes sur la santé qui sont mesurables ;
  • 3. L’usage de l’énergie nucléaire et les tests d’armes nucléaires ont des effets néfastes sur la santé qui sont mesurables ;
  • 4. L’utilisation du concept de dose collective dans les études épidémiologiques permet de prédire et quantifier de façon fiable les risques pour la santé des faibles doses de radiations.
  • 5- L’usage par la CIPR de baser les facteurs de risques pour les faibles doses de radiations sur l’examen des survivants de Hiroshima et Nagasaki doit être considéré comme périmé.
  • 6. Une amélioration de la radioprotection basée sur la notion de risque est nécessaire. Elle doit être combinée à l’application rigoureuse de l’impératif de minimisation de l’exposition aux radiations.
1. Même le rayonnement naturel
a des effets néfastes mesurables sur la santé.

Même les faibles doses du rayonnement naturel (radiations d’origine terrestre et cosmique, radon inhalé et ingestion de radioisotopes naturels), ont des effets néfastes sur la santé qui peuvent être mesurés par les études épidémiologiques. C’est donc une tromperie d’affirmer que l’exposition aux radiations peut être considérée sans danger tant qu’elle elle se trouve au niveau des doses de la radiation de fond « naturelle ». 1-17

2. L’usage des radiations en vue de faire des diagnostics médicaux a des effets néfastes sur la santé qui sont mesurables

Il a été mis en évidence que le scanner et les examens radiologiques conventionnels provoquent une augmentation des cas de cancer (surtout cancer du sein, leucémie, cancer de la thyroïde et tumeurs du cerveau). Le risque est plus grand chez les enfants et les adolescents que chez les adultes et l’embryon est le plus vulnérable de tous. 18-40

Limiter l’usage des rayons à usage diagnostique et l’usage de la médecine nucléaire aux cas d’absolue nécessité est recommandé de façon urgente. Il faudrait adhérer à des règles strictes pour l’usage des scanners et n’utiliser que des CT scanners [Computed tomography=tomodensitomètre appelés simplement scanners -ndt] à basse émission de radiations. Chaque fois que c’est possible les ultrasons et l’imagerie par résonnance magnétique devraient être préférés.

Certains groupes de population ont un risque augmenté de développer un cancer suite à l’exposition aux radiations, par exemple les femmes qui ont une prédisposition génétique au cancer du sein. Par conséquent il est recommandé que les femmes avec un tel risque ne soient pas incluses dans les dépistages utilisant les rayons X. 41-45

3. L’usage de l’énergie nucléaire et les tests d’armes nucléaires ont des effets néfastes sur la santé qui sont mesurables

Du fait de l’usage des armes nucléaires (plus de 2.000 tests) et de graves accidents nucléaires, de grandes quantités de radionucléides ont été relâchées et largement dispersées ; elles exposent une grande partie de la population mondiale à une exposition accrue aux radiations. Les études épidémiologiques effectuées chez les populations concernées, autour des sites des tests d’armes nucléaires du Nevada et de Semipalatinsk et dans les régions affectées par le désastre de Tchernobyl et de Fukushima, montrent une augmentation de la morbidité et de la mortalité. 46-54
Même les opérations de routine des centrales nucléaires ont des effets néfastes sur la santé de la population environnante. Dépendant de la distance, une augmentation des cas de leucémies et d’autres sortes de cancers a été constatée chez les enfants de moins de 5 ans dans l’environnement des centrales nucléaires. (Actuellement, la preuve la plus forte se trouve en Allemagne, avec des résultats concordants dans des études en Suisse, en France et au Royaume-Uni.) 55-59

Chez les travailleurs exposés professionnellement aux radiations ionisantes, on constate une élévation significative des cas de cancer, en comparaison avec les autres groupes même si la dose limite officielle n’a pas été dépassée.
La santé de leurs enfants est plus altérée que celle des autres enfants. 60-64
Chez les employés des compagnies minières d’uranium et des sites de production d’armes atomiques, on observe une augmentation des leucémies lymphoïdes chroniques. 65-68
Des leucémies et beaucoup d’autres types de cancers ont été provoqués par de faibles doses de radiations ionisantes, dans les régions dont le rayonnement de fond a augmenté suite aux tests des armes nucléaires, aux accidents nucléaires, ou du fait d’examens de diagnostic médical et d’exposition professionnelle. 69-92

Suite à l’exposition à de faibles doses d’Iode radioactif, des maladies de la thyroïde dont des cancers ont été observées chez des enfants, des adolescents et des adultes. 93-99
De plus, de faibles doses de radiations ionisantes provoquent des maladies graves non malignes telles que des méningiomes et autres tumeurs bénignes, des maladies ou dysfonctionnements cardiaques, cérébro-vasculaires, respiratoires, gastrointestinaux et endocriniens ; et aussi des troubles psychiatriques et des cataractes.100-113

Des études ont pu montrer que, in utero et chez les enfants, l’exposition du cerveau aux radiations ionisantes provoque une diminution du développement cognitif. Les sources possibles de radiations sont, parmi d’autres, les rayons X pour diagnostic, les radiothérapies et l’exposition aux radiations due aux accidents nucléaires. 114-116

Suite aux accidents nucléaires, des effets tératogènes ont été observés tant chez les animaux que chez les humains, même chez ceux qui n’ont été exposés qu’à de faibles niveaux de radiations. 117-120
Certains effets génétiques peuvent déjà être observés dans la première génération de descendants, d’autres ne commencent à apparaître que dans les générations suivantes. Les affections tardives peuvent de ce fait être difficiles à confirmer.
De nombreuses études ont été menées dans les « zones mortes » de Tchernobyl et Fukushima sur des animaux dont les générations se succèdent rapidement ; elles ont montré de sévères anomalies génétiques en rapport avec le niveau de radiation dans leur habitat.

Chez les humains, de telles anomalies ont depuis longtemps été observées suite à une exposition à des doses faibles.
Des effets transgénérationnels des radiations, c’est-à-dire génétiquement fixés, ont été souvent documentés par exemple chez les enfants des liquidateurs de Tchernobyl. 121-128. De nombreuses autres études suggèrent également que les radiations ionisantes provoquent des dommages génétiques ou épigénétiques sur le long terme. 129-146

4.L’utilisation du concept de dose collective dans les études épidémiologiques permet de prédire et quantifier de façon fiable les risques pour la santé des faibles doses de radiations.

Le concept de dose collective est, dans l’état actuel des connaissances, le moyen le plus sûr d’évaluer quantitativement les risques stochastiques des radiations. D’importantes études cliniques nouvelles confirment le modèle linéaire sans seuil ; ce modèle établit qu’il n’y a pas de seuil au-dessous duquel les radiations n’auraient pas d’effets sur la santé. 147,148

En utilisant le concept de dose collective qui prend en considération les études scientifiques actuelles, voici les facteurs de risque (Excès absolu de risque, EAR) qui devraient être appliqués :

Un facteur de risque de 0,2/Sv devrait être utilisé pour prévoir la mortalité par cancer et de 0,4/Sv pour prévoir l’incidence des cancers. 149-151
Le comité scientifique de l’ONU pour les effets des radiations atomiques (UNSCEAR) et la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) utilisent encore des facteurs de risque bas, soit 0,05/Sv pour la mortalité par cancer et 0,1/Sv pour l’incidence des cancers. Cependant, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), dans son évaluation de 2013 sur les risques pour la santé à Fukushima, a reconnu que les facteurs de risque de la CIPR devraient être doublés. 152

Les facteurs de risque ci-dessus s’appliquent à une population exposée dont les âges ont une distribution standard. Cependant, selon la CIPR, la sensibilité aux radiations ionisantes des jeunes enfants (moins de 10 ans) et des fœtus est trois fois plus élevée que celle des adultes. 153-155

Les facteurs de risque pour la prédiction de l’incidence et de la mortalité des affections non malignes (maladies non cancéreuses), spécialement les affections cardiovasculaires, sont du même ordre que celles des affections malignes. 156-157

Il serait souhaitable que l’OMS et les institutions nationales de radioprotection adoptent les facteurs de risque mentionnés ci-dessus comme base pour l’évaluation des risques après les accidents nucléaires.

5. L’utilisation par la CIPR [Commission internationale de protection radiologique] des études sur les survivants de Hiroshima et Nagasaki comme base pour déterminer les risques des faibles doses de radiations doit être considérée comme une pratique périmée.

Dans leurs études, les institutions comme la CIPR ont utilisé comme référence les survivants des bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki pour la prédiction des effets des radiations.
La prédiction du risque sur cette base n’est pas transférable à d’autres populations exposées sur une longue période à des niveaux croissants de radiations, pour les raisons suivantes :

Les survivants japonais ont été exposés brièvement à des radiations gamma pénétrantes à haute énergie. Les recherches radiobiologiques ont montré qu’une telle exposition est moins nuisible pour les tissus qu’une irradiation interne Alpha ou Beta consécutive à l’incorporation de radionucléides.
La même chose vaut pour l’exposition à long terme à des rayons X ou des rayons Gamma issus de sources naturelles ou artificielles, à des niveaux comparables à la radiation normale de fond. 158-159

Les radiations délivrées par les bombes nucléaires ont un niveau de dose extrêmement élevé. Antérieurement, il était accepté que la mutagénicité serait donc dans ce cas plus élevée que pour de faibles doses. Actuellement la CIPR prétend que cette assertion tient toujours et elle divise dans ses calculs le risque de développer des cancers par un facteur 2.
Les études sur des cohortes de travailleurs exposés professionnellement contredisent cette affirmation et l’OMS ne voit plus de justification pour diviser ce facteur de risque par deux. 160-161

Les doses de radiations reçues du fait des retombées radioactives et de l’activation neutronique n’ont pas été prises en compte par la RERF (Radiation Effects Research Fondation), malgré le fait qu’elles ont causé des effets signifiants sur les survivants de Hiroshima et Nagasaki. Les effets réels des radiations s’en sont donc trouvés sous-estimés. 162

Du fait que le RERF n’a commencé ses travaux qu’en 1950, il manque d’importantes données sur les 5 premières années qui ont suivi le bombardement nucléaire. Il faudrait donc reconnaître que l’évaluation des effets tératogéniques et génétiques, ainsi que celle des cancers avec une courte période de latence est incomplète.
Du fait de la situation catastrophique après les bombardements de Hiroshima et Nagasaki, il faut admettre de considérer les survivants comme une cohorte sélectionnée de gens spécialement résistants («la survie du plus apte»). Par conséquent ces études n’étaient pas représentatives d’une population normale. Ce biais de sélection a provoqué une sous-estimation d’environ 30% du risque des radiations. 163

Les survivants des bombardements nucléaires étaient ostracisés par la société japonaise. Il est fort probable que les informations concernant l’origine de la famille ou la morbidité des descendants aient été cachées ou falsifiées pour ne pas mettre en danger, par exemple les chances de mariage et l’intégration sociale des enfants. 164

Note des éditeurs:

Les facteurs de risque utilisés dans le concept de dose collective décrivent la probabilité que des cas supplémentaires de maladie, supérieurs aux taux de cancers spontanés, se produisent, que la carcinogénèse provoquée par les radiations, l’incidence ou la mortalité du cancer, s’accroissent au dessus de la ligne de base d’une population donnée.
Habituellement cet Excès Absolu de Risque (EAR) est représenté par l’unité 1/Sv. Un facteur de risque (EAR) de 0,2/Sv pour la mortalité par cancer signifie qu’une irradiation de 1Sv provoquerait un risque supplémentaire de décès par cancer de 20% – en supplément du risque de base de 25%. Un EAR de 0,2/Sv correspond à un excès relatif de risque (ERR) de 0,2/0,25=0,8/Sv.

6. Une amélioration de la radioprotection basée sur la notion de risque est nécessaire. Elle doit être combinée à l’application rigoureuse de l’impératif de minimisation de l’exposition aux radiations.

Déterminer à quel niveau le risque pour la santé provoqué par les radiations est acceptable et raisonnable ne peut se faire qu’au niveau de la société, en écoutant la voix de ceux qui sont concernés. Pour protéger les populations, les risques des radiations ionisantes devraient être déterminés aussi précisément que possible et présentés d’une façon compréhensible. En médecine, de tels critères de radioprotection s’imposent déjà de plus en plus.

L’évaluation des dangers des radiations ionisantes selon un concept basé sur le risque peut aider à minimiser leurs effets néfastes, même aux doses faibles. Associé aux exigences légales de minimisation, un ensemble de mesures concrètes utilisant un tel concept pourrait servir à réduire encore plus les effets néfastes des radiations. Le concept d’acceptabilité du risque pour les matériaux cancérigènes au travail déjà existant dans la législation allemande est, dans ses grandes lignes, un bon exemple à suivre. 165-169

La plus haute priorité devrait être donnée à la protection de la vie avant la naissance et à l’intégrité des futures générations. La radioprotection doit élargir ses modèles basés sur les adultes et les adapter à la vulnérabilité particulière de l’embryon et des enfants.


Orateurs et participants à la réunion d’experts de Ulm,
19 Octobre 2013:
  • » » Prof. Dr. med. Wolfgang Hoffmann, MPH, Professor für
    bevölkerungsbezogene Versorgungsepidemiologie und
    Community Health, Institut für Community Medicine,
    Universitätsmedizin in Greifswald
  • » » Dr. rer. nat. Alfred Körblein, Dipl. Phys., selbstständiger
    Wissenschaftler in Nürnberg, Wissenschaftlicher Beirat
    der IPPNW.de
  • » » Prof. Dr. med. Dr. h.c. Edmund Lengfelder, Professor
    em. des Strahlenbiologisches Institutes an der Medizini-
    schen Fakultät der LMU München, Leiter des Otto Hug
    Strahleninstitutes für Gesundheit und Umwelt
  • » » Dr. rer. nat. Hagen Scherb, Dipl. Math., Helmholtz Zen-
    trum, Deutsches Forschungszentrum für Gesundheit und
    Umwelt in München
  • » » Prof. Dr. rer. nat. Inge Schmitz-Feuerhake, Professorin
    em. für experimentelle Physik an der Universität in Bre-
    men, Wissenschaftlicher Beirat der IPPNW.de
  • » » Dr. med. Hartmut Heinz, Facharzt für Arbeitsmedizin,
    ehem. leitender Werksarzt in Salzgitter, AK Atomenergie
    der IPPNW.de
  • » » Dr. med. Angelika Claußen, Fachärztin für Psychothe-
    rapie in Bielefeld, AK Atomenergie der IPPNW.de
  • » » Dr. med. Winfrid Eisenberg, ehem. Chefarzt der Kin-
    derklinik in Herford, AK Atomenergie der IPPNW.de
  • » » Dr. med. Claudio Knüsli, Leitender Arzt der Onkologie
    im St. Claraspital in Basel, Vorstandsmitglied IPPNW.ch
  • » » Dr. med. Helmut Lohrer, Facharzt für Allgemeinmedizin
    in Villingen, Int. Board der IPPNW, International Councillor
    der IPPNW.de
  • » » Henrik Paulitz, Dipl.-Biol., Atomenergie-Referent der
    IPPNW.de in Seeheim
  • » » Dr. med. Alex Rosen, Kinderarzt in Berlin, Stellv. Vorsit-
    zender der IPPNW.de
  • » » Dr. med. Jörg Schmid, Facharzt für Psychotherapie in
    Stuttgart, AK Atomenergie der IPPNW.de
  • » » Reinhold Thiel, Facharzt für Allgemeinmedizin, Ulmer
    Ärzteinitiative, AK Atomenergie der IPPNW.de

Le texte est complété par une longue liste de références à télécharger ici


Traduction:fukushima-is-still-news.com/ et vivre-apres-Fukushima.fr
à partir des versions allemande et anglaise
La version allemande:
http://www.ippnw.de/commonFiles/pdfs/Atomenergie/Ulmer_Expertentreffen_-_Gefahren_ionisierender_Strahlung.pdf
La version anglaise:
https://www.ippnw.de/commonFiles/pdfs/Atomenergie/Health_effects_of_ionising_radiation.pdf

Télécharger la version française imprimable (pdf): cliquer ici


Je rajoute une référence traduite en français:
Risque de cancer chez 680 000 personnes exposées à la tomodensitométrie dans l’enfance ou l’adolescence: étude reliant les données de 11 millions d’Australiens
Version française
original en anglais

Qu’est l’IPPNW ?

L’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (en anglais : International Physicians for the Prevention of Nuclear War, IPPNW), est une organisation internationale pacifiste de médecins qui s’engagent pour le désarmement nucléaire. Créée en 1980, l’organisation obtient le prix Unesco de l’éducation pour la paix en 1984 et le prix Nobel de la Paix en 1985 pour son « important et compétent travail d’information », qui améliora la conscience mondiale sur les conséquences d’une guerre nucléaire et syndrome d’irradiation aiguë. L’organisation regroupe près de 150 000 membres dans plus de 50 pays.

Le site de l’IPPNW: http://ippnw.org/
Le site de la section française: Association des Médecins pour la Prévention de la Guerre Nucléaire
http://amfpgn.org/site/category/qui-sommes-nous/amfpgn-presentation/

le 18 Août 2017


Juin 19

Fissures à Tihange – malfaçons sur EPR
interdiction des armes nucléaires

Voici l’appel à se joindre à la chaîne humaine en Belgique dimanche 25 juin 2017 pour l’arrêt d’urgence de réacteurs nucléaires fissurés maintenus en fonctionnement sous la pression des nucléocrates français : https://www.chain-reaction-tihange.eu/fr/.
Un bus est prévu à Paris à 7h45, angle de l’av. de Friedland et de la place du Général de Gaulle – Étoile.

En France, des actions se multiplient pour que l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) n’autorise pas EDF à construire le désastreux EPR de Flamanville sur une cuve siège de malfaçons.
À ce sujet (entre autres), (ré-)écouter les quatre volets de l’émission « À l’ombre des centrales nucléaires » diffusée sur France Culture du 12 au 15 juin 2017, et sur le site : https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/lombre-des-centrales-nucleaires.
Et (re)voir la vidéo par Stéphane Lhomme
https://youtu.be/06M2DzpDuK0.

Pour plus d’information, voir l’article de l’observatoire du nucléaire:
http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article326

Concernant le nucléaire militaire, la vidéo par Dominique Lalanne est plus que jamais d’actualité car, en ce moment même, le traité d’interdiction des armes atomiques est vigoureusement porté à l’ONU malgré l’opposition de pays accros à l’atome comme la France :
https://www.youtube.com/watch?v=R7GgEMBDGbk&t=13s.

Voir aussi le site de « sortir du nucléaire »:
http://sortirdunucleaire.org/Abolition-des-armes-nucleaires

le 19 juin 2017

Mai 24

«La farce cachée du nucléaire»-un livre instructif

Ce livre décapant dresse un panorama saisissant des centrales nucléaires françaises. Il vulgarise le fonctionnement d’une centrale en décryptant de nombreux documents internes d’EDF. Il propose une vision sans concession du quotidien des centrales hexagonales. Le texte est enrichi de figures, de tableaux, de schémas et de photographies prises à l’intérieur des sites nucléaires.
Les phénomènes physiques sont expliqués sans langue de bois, à des années lumière de la communication lénifiante d’EDF. Plusieurs chapitres détaillent la cinétique d’un grave accident nucléaire avec les rejets radioactifs massifs associés.

Cependant tous les mécanismes sont en place pour cacher à la population les conséquences radiologiques d’un tel accident, à l’image de ce qui se passe au Japon et dans l’ex-Union soviétique suite aux catastrophes de Fukushima Dai ichi et de Tchernobyl. Cet ouvrage donne quelques coups de canif à la propagande bien huilée des zélateurs de l’atome.
L’auteur conclut sur la nécessité d’arrêter les centrales avant la catastrophe. Il liste les tranches nucléaires les plus dangereuses qu’il faudrait mettre à l’arrêt en priorité. Enfin, des pistes pour sortir du nucléaire sont abordées… pour le salut de nos enfants.

Nozomi SHIHIRO est issue du sérail d’EDF. Formaté par le culte du secret au sein de son entreprise, l’auteur s’est caché derrière un pseudonyme pour publier cet ouvrage. L’ensemble des droits d’auteur sera versé en soutien à l’institut de radioprotection BELRAD de Minsk (Ukraine) qui réalise notamment des mesures de contamination radioactive dans l’organisme des enfants irradiés de Tchernobyl.

On peut se procurer l’ouvrage ici:
http://boutique.sortirdunucleaire.org/index.php
12€


L’une des illustrations du livre:
Description d'un accident nucléaire grave

En voici la table des matières:

  • 1ere partie: les barrières de sûreté
  • Chapitre 1: première barrière
  • Chapitre 2: deuxième barrière
  • Chapitre 3:Les générateurs de vapeur
  • Chapitre 4: Troisième barrière
  • 2° partie: Accidents nucléaires
  • Chapitre 5: L’accident grave
  • Chapitre 6:L’accident sur les tranches de 900 MWe
  • Chapitre 7: L’accident sur les tranches de 1300 et 1450 MWe
  • Chapitre 8: Les rejets radioactifs en accident grave
  • Chapitre 9: Les conséquences radioactives: la farce cachée de l’accident grave
  • 3° partie, chapitre 10: Sortir du nucléaire
  • Épilogue
  • Annexes

le 24 Mai 2017


Mai 12

Coûts et faisabilité du démantèlement des installations nucléaires

Le point sur le rapport parlementaire français du 1er février 2017

Au terme de 7 mois d’enquête et l’audition de 70 personnes, dont les porte-paroles du réseau «Sortir du nucléaire, la rapporteure Barbara Romagnan (PS) et le président Julien Aubert (LR) de la commission parlementaire ont rendu un rapport (1)d’information sur la faisabilité technique et financière du démantèlement des installations nucléaires.

Ce rapport est disponible à l’adresse:
http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-info/i448.asp

Voici çi-dessous l’analyse qu’en fait le réseau «Sortir du nucléaire»:

<<

Ce rapport fait ressortir les divergences entre les auteurs sur l’évolution de la production d’électricité d’origine nucléaire en France et dans le monde, sur le montant des provisions réalisées par EDF et sur la remise en état des sites sur lesquels se trouvent des installations nucléaires. Il instruit de façon pertinente la problématique du démantèlement en apportant des informations et des justifications sur le dogme de la nécessité du démantèlement immédiat. Dressant d’abord un état des lieux, le document détaille les difficultés techniques que rencontre EDF, les questions cruciales de la gestion des déchets et de la sous-traitance, et s’intéresse aux provisions de l’exploitant et à la sous évaluation des coûts induite par des hypothèses trop optimistes, de nombreuses dépenses non provisionnées et des charges sous-évaluées.

Qu’est-ce que le démantèlement immédiat ?

L’article 127 de la loi n°215-992 du 17 août 2015(2) relative à la transition énergétique pour la croissance verte dispose que «lorsque le fonctionnement d’une installation nucléaire de base ou d’une partie d’une telle installation est arrêté définitivement, son exploitant procède à son démantèlement dans un délai aussi court que possible.
Ce principe est toutefois relatif, dans la mesure où il s’écoule un délai de 5 à 7 ans entre la mise à l’arrêt définitif d’un réacteur et le début de son démantèlement, qui prendra plusieurs d’années. Les exemples en cours contredisant d’ailleurs ce dogme du démantèlement «immédiat» : les chantiers de Brennilis (arrêt en 1985) et Superphénix (arrêt en 1998) sont loin d’être terminés. Quand à la filière graphite gaz, EDF a reporté au XXII° siècle leur déconstruction ! Et pour les sous-marins nucléaires mis à l’arrêt, le tronçon réacteur est découpé et entreposé «pour une durée de l’ordre de quelques dizaines d’années» dans l’attente d’une diminution de la radioactivité de certains matériaux métalliques.

Une faisabilité technique pas entièrement assurée.

C’est que pour démanteler, EDF se heurte à plusieurs difficultés techniques. La première est de travailler dans un milieu radioactif. Milieu qui, en outre, n’a pas toujours été conçu pour dans l’optique d’être un jour démantelé.

Par ailleurs, 80% des réacteurs ont été mis en service entre 1877 et 1987. Du fait de la mise en service resserrée dans le temps, leur démantèlement sera donc aussi rapproché et cette quasi-simultanéité posera de véritables défis en termes de moyens et de main d’oeuvre à mobiliser simultanément en de nombreux points du territoire.

La gestion des déchets est elle aussi problématique. Le démantèlement d’une installation nucléaire génère la production d’une grande quantité de déchets, certains conventionnels et d’autres radioactifs. c’est un volume de 2.300.000 m3 qui est attendu, toutes catégories confondues, auxquels il faut encore ajouter les combustibls usagés. Les décharges existantes arriveront rapidement à saturation et la création de nouveaux sites de stockage de déchets se heurtera à la légitimes oppositions des populations impactées comme à Bure avec le projet CIGEO (3).

Et il y a aussi la question du seuil de libération: afin d’en diminuer le volume, le rapport n’exclut pas que des déchets de radioactivité comparable à la radioactivité naturelle puissent être réutilisés dans le domaine public, même si cette option (surtout envisagée pour les métaux) coûterait plus cher car elle impose un tri plus sévère des déchets. Le rapport prend en compte le niveau de radioactivité sans se poser la question de la nature de la radioactivité, question pourtant importante sachant par exemple que des matériaux peuvent contenir des traces de plutoniun sans pour autant dépasser le niveau de la radioactivité naturelle.

Enfin, autre difficulté: il n’existe pas de filière industrielle spécialisée du démantèlement. Et le recours à la sous-traitance pose problème comme le signale le rapport:« L’absence de cadre législatif réellement contraignant en matière de recours à la sous-traitance dans le secteur empêche à l’heure actuelle à la fois la sructuration de cette filière et de réels gains d’eficacité comme d’efficience des opérations de démantèlement. En d’autre termes, sans filière structurée du démantèlement, il semble peu probable que l’on puisse compter sur un véritable retour d’expérience permettant de gagner en efficacité au fil des démantèlements successifs ni que des économies d’échelle (réutilisation d’équipements lourds, de robots) soient possibles si le marché reste éclaté entre différents prestataires» (4)

Des provisions financières nettement insuffisantes:

Selon la loi française, le démantèlement doit être financé par l’exploitant des centrales. Examinant les principes et les méthodes d’estimation d’EDF, le rapport conclut à une sous-évaluation. Sur les 75 milliards d’euros du coût estimé du démantèlement, seuls 36 milliards sont provisionnés, dont 23 milliards couverts par des actifs dédiés qui sont des placements boursiers sensibles aux fluctuations des marchés financiers !

Quant aux comparaisons internationales, elles sont toutes défavorables aux calculs français; les provisions allemandes sont 2,4 fois supérieures aux provisions d’EDF !

Ces coûts ne prennent pas en compte la gestion des combustibles usagés, ni le coût social des suppressions d’emplois consécutives à la mise à l’arrêt des réacteurs; Les taxes et assurances auxquels les sites seront assujettis ne sont pas non plus prises en compte.
Hypothèses optimistes, dépenses non provisionnées, charges sous-évaluées…Il ne fait aucun doute qu’en l’absence de décisions politiques exigeant des provisions suffisantes, le coût du démantèlement et de la gestion des déchets sera supporté par les impôts des générations futures !

Les raisons du choix du démantèlement immédiat

On peut se demander si le choix du démantèlement immédiat n’a pas été fait dans l’idée de libérer des sites pour construire de nouveaux réacteurs. Comme l’a fait remarquer Mr André-Claude Lacoste, ancien président de l’ASN,  » l’idéal pour tout grand électricien serait de disposer, sur un même site, d’un réacteur en construction, d’un autre en exploitation et d’un troisième en cours de démantèlement »; (…) EDF considère qu’il y aura un réacteur en construction ou en exploitation sur tous les sites. Il s’agira la plupart du temps de nouveaux réacteurs dont la construction n’est actuellement pas décidée (5) ». Ainsi EDF considère que le programme nucléaire français va se poursuivre sans tenir compte de la loi de Transition Énergétique (6) qui limite à 50% la part du nucléaire dans l’électricité produite en France.

Le point de vue développé
lors de l’audition du réseau « Sortir du nucléaire »

Cas des Graphite-gaz arrêtés depuis plus de 20 ans

La décision d’EDF de reporter à 2100 le démantèlement des deux réacteurs de St Laurent des Eaux est risquée: les réacteurs auront alors 130 ans, et qui peut garantir qu’il n’y aura pas de fuite de radioactivité dans l’environnement ? D’autant plus que ces réacteurs ont déjà été à l’origine de rejets de radionucléides et qu’ils se trouvent en bord de Loire, dans une zone potentiellement innondable. Dès lors, quelles solutions pour les stocks de graphite contaminé ?

Démantèlement des sites nucléaires:

Notre réflexion est en discussion dans les groupes qui composent le Réseau mais nous nous orientons vers une position interrogative sur la nécessité de démanteler le coeur du réacteur pour 3 raisons essentielles:

  • la cuve et l’enceinte en béton sont radioactives et leur déconstruction ferait prendre des risques importants aux travailleurs qui l’effectueraient ainsi qu’à l’environnement
  • les gravats et ferrailles de démolition seraient alors envoyées dans des centres d’enfouissemnet à créer, or personne ne veut une poubelle nucléaire près de chez lui
  • il y a une tentation récurrente de la part des autorités d’autoriser le «recyclage» de déchets faiblement radioactifs dans les biens de consommation et matériaux de construction. Or cela aboutirait à disperser de faibles doses de radioactivité dans l’environnement et augmenter le niveau moyen d’exposition à la radioactivité du grand public.Nous sommes contre cette option et rappelons notre opposition catégorique au recyclage des matériaux même faiblement radioactifs pour la fabrication d’objets et d’infrastructures de la vie quotidienne.

Pourquoi ne pas utiliser les enceintes actuelles comme lieu de stockage des combustibles usagés tout en maintenant à l’intérieur la cuve fortement radioactive ? Contrôler l’état de confinement de ces vieilles enceintes et en cas de fuite construire une nouvelle «peau» par dessus la première ? Cette solution de non démantèlement immédiat avec sécurisation du confinement de la radioactivité dans les réacteurs existants ou dans des bunkers à proximité éviterait de nombreux transports de déchets radioactifs et leur mise en décharges.Néanmoins pour les réacteurs en zone potentiellement innondable (Gravelines, le Blayais, Fessenheim, Bugey, Chinon …), le démantèlement devra être mené dans les meilleurs délais sans attendre l’innondation !

le «retour à l’herbe» est pour nous un mythe idéaliste

En l’absence d’une définition stricte de ce qui constitue une installation démantelée, comme c’est le cas actuellement, la plupart des exploitants ont pour objectif d’obtenir simplement la déclassification administrative de l’installation nucléaire. Les lieux peuvent être déclassés en étant assortis d’une servitude pour l’éventuelle réutilisation industrielle du site.

Nécessité d’évaluer les coûts de manière réaliste et de provisionner en conséquence

Les provisions actuelles d’EDF nous semblent ridicules. Démantèlement ou pas, il est indispensable d’imposer à tous les producteurs de déchets nucléaires de provisionner des capitaux à hauteur des besoins.

Arrêter le retraitement des combustibles usagés à La Hague de toute urgence

Ce retraitement est coûteux, il s’accompagne de rejets radioactifs dans l’environnement (mer et atmosphère), et du fait des traitements chimiques utilisés, le volume des déchets radioactifs augments. Au final les déchets sont séparés les uns des autres, les plus dangereux se trouvent concentrés dans un faible volume, ce qui tend à augmenter leur dangerosité. C’est le cas en particulier du plutonium (50 tonnes en stock à La Hague alors qu’il suffit de 6 à 8 kg pour faire une bombe !).

Pas d’enfouissement des déchets à 500m de profondeur à Bure !

L’enfouissement ne garantit en rien la mise en sûreté des déchets, la réversibilité n’existe que sur le papier, personne ne peut garantir que les galeries ne se déformeront pas et la récupération des colis, si nécessaire, deviendrait problématique.
Pour évacuer les gaz et la chaleur, une ventilation permanente des galeries sera nécessaire pendant des centaines d’années ou plus, avec les risques de remontée de radioéléments dans l’environnement, de pollution des eaux…

Pour les déchets radioactifs, il n’y a pas de solution, que des options toutes mauvaises et nous considérons que la moins mauvaise consiste à les sécuriser et stocker en surface de façon à intervenir en cas de problème.

Les déchets nucléaires et le démantèlement sont les casse-têtes insolubles de la filière nucléaire. L’urgence est d’arrêter d’en produire. Le seul moyen pour y arriver est de fermer les réacteurs existants et de ne pas en construire de nouveaux.

Notes:

  • 1: rapport d’information n°4428, 1er février 2017,113 pages:
    http://www.assemblee-nationale.fr14/rap-info/i4428.asp
  • 2: LOI n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte
    ELI: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2015/8/17/DEVX1413992L/jo/texte
    Alias: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2015/8/17/2015-992/jo/texte
  • 3: Centre industriel de stockage géologique: www.sortirdunucleaire.org/CIGEO-qu-est-ce-que-cest
  • 4 :Voir page 44 du rapport
  • 5: voir pages 52-53 du rapport
  • 6: loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énéergétique pour une croissance verte.

Martial Chateau et Laure Barthélémy.

>>

Cet article est paru dans «Sortir du nucléaire» n°73, printemps 2017
www.sortirdunucleaire.org
sa reproduction est autorisée et vivement conseillée sous réserve d’en indiquer la source et le nom des auteurs